Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

La Septième fonction du langage, de Laurent Binet

Signé Bookfalo Kill

Le 25 février 1980, Roland Barthes, éminent critique littéraire et sémiologue, professeur au Collège de France, est renversé dans la rue par une camionnette de blanchisserie. Il meurt un mois plus tard des suites de ses blessures.
Et si ce n’était pas un accident ?
Mandaté pour éclaircir le mystère de cette mort trop rocambolesque pour être honnête, le commissaire Jacques Bayard, des Renseignements Généraux, s’adjoint les services de Simon Herzog, jeune chargé de cours à la bouillante université de Vincennes, pour le guider dans les méandres complexes de la sémiologie, de la linguistique et de la philosophie moderne. L’affaire se corse quand on découvre que Barthes, qui sortait le jour de l’accident d’un déjeuner avec François Mitterrand, candidat aux élections présidentielles, portait vraisemblablement sur lui un document ultra-sensible, au sujet d’une hypothétique septième fonction du langage (après les six définies par le linguiste américain Roman Jakobson), capable de convaincre n’importe qui de n’importe quoi. Un document qui, bien entendu, a disparu, mais auquel nombre de gens inquiétants s’intéressent de très près…

Binet - La Septième fonction du langageLaurent Binet est un malin. Je dirais même plus, un roublard. Le sujet dont il s’empare dans ce gros roman étant d’une grande complexité, il a imaginé de l’emballer dans la trame d’un roman policier échevelé, dont l’enquête est confiée à un policier mal dégrossi, ancien de la guerre d’Algérie, pas du tout armé pour affronter un sujet aussi opaque que la sémiologie, et à un jeune homme compétent mais naïf. Leurs regards croisés épousent naturellement celui du lecteur, pas forcément plus au fait des enjeux évoqués ici. Et ça marche à plein régime.
La Septième fonction du langage est un roman prenant, facile à lire (en dépit de certains développements trapus, mais que Binet, qui a bien et beaucoup travaillé, parvient toujours à rendre limpides), très rythmé et souvent d’une grande drôlerie. Surtout que le romancier ne se contente pas de se plonger dans les travaux de Barthes et consorts, mise en perspective d’une drôle de période intellectuelle qui, en soi, serait déjà intéressante ; il assortit sa réflexion d’un regard affûté sur l’époque de l’intrigue, cernant l’atmosphère et les enjeux de l’année 1980 avec talent.

Au fil de récits de fêtes, de rencontres, de colloques, de beuveries ou coucheries diverses, Laurent Binet émaille ainsi son texte de références précises, de citations de journaux télévisés, d’articles de presse, et met en scène avec gourmandise une impressionnante galerie de personnalités, qu’il prend souvent un malin plaisir à égratigner.
Sollers, vantard superficiel et insupportable, prend souvent cher (et on s’en réjouit !!!) ; mais les autres ne sont pas épargnés, de la froide et calculatrice Julia Kristeva à l’opportuniste BHL en passant par l’extraverti et arrogant Michel Foucault ou l’énigmatique Umberto Eco, sans oublier Giscard d’Estaing, alors Président, en grand bourgeois dédaigneux, ou Mitterrand, roquet amer luttant contre la spirale de la défaite, tous en prennent pour leur grade dans une comédie irrévérencieuse qui, rien que pour cela, fera beaucoup parler d’elle lors de cette rentrée littéraire.

La Septième fonction du langage est un roman d’une fraîcheur insolente, qui déconstruit avec férocité toute une époque au fil d’un jeu littéraire enlevé, plein de mystères et de mises en perspective. Un roman, surtout – et ce n’est pas la moindre de ses prouesses -, qui réussit le renversement ultime : celui de traiter par le romanesque le plus frénétique un mouvement intellectuel qui méprisait le romanesque. Un petit chef d’œuvre d’ironie, en somme.
Bref, vous l’aurez compris, La Septième fonction du langage est un livre ambitieux, intelligent et accessible, à coup sûr l’un des plus joyeux et intéressants de la rentrée. A ne pas manquer !

La Septième fonction du langage, de Laurent Binet
  Éditions Grasset, 2015
ISBN 978-2-246-77601-7
495 p., 22€

Publicités

5 Réponses

  1. Quel article ! Tu sais me convaincre sur ce coup car je n’aurais pas nécessairement eu envie de le lire au premier abord.

    20 août 2015 à 09:31

    • Merci ! Ca va être toute la difficulté (et en même temps le pari excitant) de ce livre : convaincre qu’il est accessible en dépit de son sujet…
      Mais je me suis tellement régalé à le lire que je ne pouvais pas essayer de partager ce plaisir !

      21 août 2015 à 07:52

  2. J’en avais entendu parler, merci pour ton avis sur ce roman.

    23 août 2015 à 20:50

  3. Pingback: Laurent Binet, La septième fonction du langage | Sylvie's World is a Library

  4. Pingback: La septième fonction du langage (de Laurent Binet) – Passion : Culture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s