Archives de novembre, 2013

Faber de Tristan Garcia

Il est des romans où l’on est happé. Littéralement. Et Faber le Destructeur en fait partie. 480 pages que je n’ai pas vu passer. 

FaberBasile et Madeleine sont deux gamins tout ce qu’il y a de plus commun. Faber, arraché à la Ddass par un couple de retraité, est bien au dessus du lot. Charismatique, surdoué, très fort physiquement pour son âge, l’enfant effraie et fascine. Il prend sous son aile Madeleine et Basile et les trois deviendront inséparables.

Faber va chercher à devenir un héros. Il est vu comme le fils prodigue, qui électrise tout sur son passage. Mais il arriva le moment où…

Basile et Madeleine sont devenus prof de français et pharmacien. Faber, une loque humaine, vivant recluse dans les hauteurs des montagnes pyrénéennes. Si les deux premiers ont renoncé à leurs rêves et se sont insérés avec plus ou moins de réussite dans la société, Faber n’a pas pu intégrer le rang et mener une vie classique.

Faber, c’est le récit d’une génération dans laquelle je me suis parfaitement reconnue et qui résonnera encore longtemps tant que la société actuelle n’évoluera pas. Faber, c’est le gamin plein de rêves à qui on demande d’intégrer la société, de trouver un travail quand il n’y en a plus, et de ne pas faire d’esclandre, pour ne pas perturber les autres. Faber, c’est la vie dans une petite ville de province, qui aurait pu être ma ville d’enfance, une ville morte. D’ailleurs, la ville fictive s’appelle Mornay.

Le récit, mêlant les voix comme les périodes, monte en puissance au fur et à mesure des pages pour littéralement exploser à la fin. Je n’avais pas du tout soupçonné ce qui allait arriver et Tristan Garcia m’a bien mené en bateau tout au long de son passionnant roman.

Faber le destructeur de Tristan Garcia
Editions Gallimard, 2013
9782070141531
480p., 21€50

Un article de Clarice Darling.

Publicité

Les grands duels du cinéma, de Scott C. / Silhouettes de la culture pop, d’Olly Moss

Signé Bookfalo Kill

Quoi ?!? Novembre, déjà ! Et voici que se profile à l’horizon le spectre angoissant des fêtes de fin d’année, qui réveille la même éternelle question : quel cadeau offrir au cousin Jean-Gaston que vous ne voyez qu’une fois par an et à qui vous n’avez rien à dire, ou à votre amie Rodogune qui, certes, est une bonne copine, mais dont vous connaissez mal les goûts ?
Allez, détendez-vous, les éditions Cambourakis ont pensé à vous, et plutôt deux fois qu’une, en proposant deux livres présentés dans le même format carré et relié, joliment fabriqués, dont le contenu amusera surtout, précisons-le tout de même, les trentenaires et quarantenaires, voire les cinquantenaires branchés (et je suis sûr qu’ils sont nombreux !)

Scott C. - Les grands duels du cinémaCommençons par Les grands duels du cinéma, dont le concept est compris dans le titre : sur chaque page, Scott C. s’amuse en mettre en opposition au moins deux « personnages » qui s’affrontent dans un film dont il faut reconnaître le titre. Si je mets le mot entre guillemets, c’est que, parfois, l’adversaire n’est pas forcément humain…
Le dessin de Scott C. adopte un style volontairement naïf, qui rappelle les peintures maladroites que nous faisions à l’école primaire, en donnant aux personnages des expressions souvent niaises, grands sourires à l’appui, qui cassent ironiquement le mythe des grands duels cinématographiques ainsi représentés, choisis massivement parmi des films cultes des années 70 à nos jours (d’où ma précision ci-dessus sur les 30-40 ans).
Le résultat est donc amusant, et l’on se prend très facilement au jeu. Un tuyau utile : certains films sont cités plusieurs fois…

Moss - Silhouettes de la culture popSilhouettes de la culture pop joue aussi à fond sur le décalage entre la forme et le fond. Cette fois, une fois ouvert le livre dont la couverture toilée est du plus bel effet chic, il faut reconnaître des personnages par leurs silhouettes représentées dans un médaillon ovale, à la mode victorienne. Évidemment, le décalage provient du fait qu’il s’agit de héros de films, de bandes dessinées, de télévision ou de jeux vidéo, largement issus des mêmes années que précédemment.
Là encore, Olly Moss attrape rapidement notre curiosité grâce à un art du mimétisme confondant. Les moments de gamberge sont nombreux, et il faut parfois revenir plusieurs fois sur le même portrait avant d’en saisir un détail qui révèlera la vérité.

Dans les deux cas, pour des questions de droits, les solutions ne sont pas précisées dans les livres… Il faudra donc vous creuser la cervelle, ou mieux encore, mettre à contribution vos amis ou vos proches, pour une sorte de quizz improvisé qui vous fera passer à coup sûr un bon moment tous ensemble !

Les grands duels du cinéma, de Scott C.
Éditions Cambourakis, 2013
ISBN 978-2-36624-058-0
144 p., 14€

Silhouettes de la culture pop, d’Olly Moss
Éditions Cambourakis, 2013
ISBN 978-2-36624-063-4
144 p., 15,90€


Les gnomes de Wil Huygen et Rien Poortvliet

Il était une fois, en 1988, un livre que ma mère a acheté et qui s’appelait Le grand livre des Gnomes. J’adorais cet ouvrage parce qu’il décrivait avec minutie, la vie des gnomes, leurs moeurs, leurs ennemis, leur habitat traditionnel, et bon nombre de sujets dignes d’une encyclopédie. J’ai gardé de ce livre, un souvenir émerveillé, tant par la richesse des dessins que par l’imagination des auteurs. 

gnomesAussi, quelle ne fut pas ma surprise quand Albin Michel a réédité ce superbe ouvrage. Intitulé cette fois plus sobrement, Les Gnomes reprend exactement le contenu du précédent ouvrage. Vous saurez tout sur l’habillement, la construction des maisons, l’histoire et les légendes propres au peuple gnome, et bien d’autres choses, le tout richement illustré par les magnifiques peintures de Rien Poortvliet (Enfant, son prénom me faisait beaucoup rire)

Je ne saurai que trop vivement vous conseiller cet ouvrage, pour vous, pour vos proches (peut-être pas vos jeunes enfants impressionnables, les représentations des trolls sont terrifiantes) ou pour tout ami à qui vous ne savez pas quoi offrir à Noël. C’est un livre original, passionnant, drôle, hyper documenté, et ainsi, vous ne pourrez plus passer à côté de nos petits amis gnomes lors de vos prochaines pérégrinations en forêt. 

Les Gnomes de Wil Huygen et Rien Poortvliet
Editions Albin Michel, 2013
9782226209603
230p., 29€90

Un article de Clarice Darling.


Les plus grands films que vous ne verrez jamais, de Simon Braund

Signé Bookfalo Kill

Tout est dans le titre : Les plus grands films que vous ne verrez jamais est une merveilleuse collection d’objets cinématographiques, parfois juste envisagés, parfois scénarisés, parfois même tournés pour tout ou partie, mais qui n’atteindront jamais les écrans de cinéma, en tout cas pas sous la direction des prestigieux réalisateurs qui y sont associés.

Braund - Les plus grands films que vous ne verrez jamaisOn y apprend ainsi que Charlie Chaplin et Stanley Kubrick ont tous deux voulu signer en vain un film sur Napoléon – le second réunissant pour l’occasion ce qui est considéré aujourd’hui comme l’une des collections de documents les plus riches et complètes sur l’Empereur.
On y découvre encore qu’au début des années 80, essoré par l’échec de 1979 et tourmenté par des problèmes de couple, Steven Spielberg envisage pour se refaire de revenir à la science-fiction avec un film sombre intitulé Night Skies ; de ce projet avorté en naîtront trois autres : E.T. l’Extra-Terrestre, Poltergeist et Gremlins
Ou encore, saviez-vous que, vingt-ans avant Roberto Benigni et la Vie est belle, Jerry Lewis avait tourné et interprété une comédie dramatique sur les camps de la mort – mais que celle-ci, jugée ratée et de très mauvais goût, n’avait finalement jamais été sortie ?

Depuis un premier chapitre consacré aux années 1920-1950, puis dans cinq autres parties organisées par décennie jusqu’à 2012, Simon Braund nous permet d’explorer une part de l’histoire secrète du cinéma, montrant ainsi que tous les plus grands ont un jour buté sur des difficultés insurmontables – parfois pour mieux rebondir sur le projet suivant et en tirer un chef d’œuvre inattendu.
On croise ainsi Hitchcock, Eisenstein, Dreyer, Cukor, Fellini, Lynch, Leone ; ou, plus près de nous, Fincher, Tim Burton, les frères Coen – sans oublier les champions du monde des productions avortées, Orson Welles et Terry Gilliam.

Braund - Les plus grands films que vous ne verrez jamais - affiche Night SkiesBien écrit, précis sans tomber dans la cinéphilie absonse à force d’être maniaque, assorti d’encarts analytiques très intéressants, chaque article replace le film dans son époque, dans son contexte et celui de son auteur. La somme de ces chapitres dresse alors en creux l’inventaire des mille et une raisons pouvant amener dans le mur le projet le plus viable en apparence : manque d’argent, conflits avec les producteurs ou les acteurs, concurrence d’un autre film similaire et sorti avant (The Aryan Papers de Kubrick, abandonné à cause du succès de la Liste de Schindler), moyens techniques insuffisants à l’époque…
Avec un humour non dénué de rigueur, Simon Braund conclut chaque présentation par une estimation, notée sur 10, des chances du projet de renaître un jour. L’espoir est rarement de mise ! Mais ainsi vient-on d’apprendre que Steven Spielberg travaillait sur une adaptation en mini-série du Napoléon de Kubrick, en collaboration avec la famille de ce dernier…

Un dernier mot sur le livre lui-même, pour saluer, outre une mise en page claire et agréable, la création d’affiches originales pour chaque film, conçues par des designers et des illustrateurs souvent très inspirés. Certaines sont si réussies que l’on aimerait voir le projet aboutir juste pour pouvoir les admirer au fronton des cinémas !
Bref, Les plus grands films que vous ne verrez jamais devrait emballer tous les amateurs de cinéma, qui seront sûrement ravis de le trouver au pied du sapin de Noël !

Les plus grands films que vous ne verrez jamais, de Simon Braund
Traduit de l’anglais par Jean-Louis Clauzier, Laurence Coutrot et Emmanuel Dayan
Éditions Dunod, 2013
ISBN 978-2-10-070199-5
256 p., 24,90€

Envie d’en savoir plus ? Le livre de Simon Braund dispose de son site Internet !