Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Archives de décembre, 2012

Joconde jusqu’à 100 et plus si affinités, de Hervé Le Tellier

Signé Bookfalo Kill

Dans ses Exercices de style, Raymond Queneau s’était amusé à décliner de 99 manières différentes la même brève histoire, en s’imposant une contrainte différente à chaque fois, soit stylistique, soit thématique, soit comportementale. Hervé Le Tellier reprend la même idée, avec le même bonheur, mais avec une autre base d’inspiration : cette fois, il ne s’agit pas d’un texte, mais… de la Joconde.

Le Tellier - Joconde jusqu'à cent et plus si affinitésEn tant que membre émérite de l’OuLiPo, Le Tellier est plus que familier avec la notion de contrainte littéraire. Le résultat de son travail est tout simplement hilarant. La pauvre Mona Lisa, qui n’en demandait sûrement pas tant en posant pour Léonard de Vinci, se retrouve passée à la moulinette humoristique de plus de 200 manières différentes – ce livre regroupant en fait deux précédents ouvrages de Le Tellier, Joconde jusqu’à cent et Joconde sur votre indulgence.

On ne peut qu’admirer la maestria stylistique de Hervé Le Tellier, dont la verve et l’imagination s’emparent du tableau mythique, de son sujet et de son peintre, pour les métamorphoser à coup de burlesque, d’absurde ou de jeux de mots qui n’ont peur de rien (cf. le titre du livre !!!)
Comme chez Queneau, les textes sont plus ou moins drôles, mais il s’en trouve un nombre largement suffisant pour passer souvent du sourire à la franche rigolade, ce qui n’est pas désagréable en ces temps de morosité ambiante…

Un exemple vous donnera sûrement plus envie que mes longs discours de vous plonger dans Joconde jusqu’à 100 et plus si affinités :

Le point de vue du tonton flingueur

– Ta Mona, elle m’est sympathique, mais elle commence à me les briser menu avec son sourire d’oie sacrée. Ou elle s’arrête de poser, la Madone, ou je te lui en colle une à lui faire envisager le panorama qu’elle a dans le dos.
– Calme-toi, Riton, tu te fais du mal.
– Tiens, si c’était pas la gonzesse à Léo, c’est en plusieurs colis que je te la réexpédierais à Florence et à ses gondoles.
– Fais zexcuse, Riton, mais sans vouloir te vexer, y’a gourance, les gondoles, c’est Venise, pas Florence.
– Oh , mais c’est que je vais me le décalquer aussi, le petit singe savant.

Et si celui-ci ne vous convainc pas, pensez qu’il y en a plus de 200 autres… impossible que certains ne vous arrachent pas au moins un rictus de gaieté – ou alors, c’est que vous êtes de mauvaise foi, ou bien un indécrottable grognon !

Joconde jusqu’à 100 et plus si affinités, de Hervé Le Tellier
Éditions Castor Astral, 2012
ISBN 978-2-85920-888-2
236 p., 16€


Les Cocottes, reines du Paris 1900 de Catherine Guigon

Halte! C’est bientôt Noël et vous n’avez pas de cadeau? Vous ne savez pas quoi offrir à votre grand-mère/oncle/belle-soeur ou même pour vous? Les Cocottes est LE livre qu’il vous faut!

cocottesCatherine Guigon livre ici un ouvrage magnifiquement illustré, aux textes agréables et à la mise en page élégante, tout comme son sujet, les Cocottes de Paris. Mata-Hari pour la plus célèbre, mais également Liane de Pougy, Cléo de Mérode, Emilienne d’Alençon et autres jeunes filles réputées pour leur beauté autant que pour leurs qualités artistiques et leur gouaille inimitable. Sans parler de leur réputation de croqueuses d’hommes, voire de diamants!

Toutes ces femmes connaîtront une ascension fulgurante au détour du XXe siècle, avant de tomber  en désuétude au sortir de la Première Guerre Mondiale. Qui étaient-elles? Que sont-elles devenues? Quelles ont été leurs vies, si riches dans cette Belle Epoque puis plus rien, après 1914?

Témoins d’une époque révolue, ces Cocottes resplendissantes offrent dans ce livre une fois encore, l’éclat de leur jeunesse et la beauté de leur trait. Un ravissement!

Les Cocottes, reines du Paris 1900 de Catherine Guigon
Editions Parigramme, 2012
9782840967279
190p., 45€

Un article de Clarice Darling.


Méto t.2 : l’Île, d’Yves Grevet

ATTENTION, SPOILER !
Ce deuxième tome de la série Méto étant une suite directe, je suis obligé de dévoiler des éléments de l’intrigue du premier volume et en évoquer notamment la fin.

*****

Signé Bookfalo Kill

En réussissant à quitter la Maison, Méto et ses amis pensaient avoir fait le plus dur… Grossière erreur. A peine sortis, ils sont obligés de livrer une bataille terrible qui en laisse plus d’un sur le carreau.
Méto reprend conscience quelques heures plus tard, gravement blessé, entravé sur un lit et les paupières cousues, incapable de se souvenir de ce qui s’est passé. Qui les a attaqués ? Où est-il ? Ses amis sont-ils tous morts ?
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas au bout de ses peines, ni de ses surprises…

Grevet - Méto t.2, l'IlePour rédiger cette chronique, j’avais le choix entre deux options : soit en dire le moins possible, respectant ainsi la volonté de l’auteur de surprendre son lecteur dès les premières pages du livre ; soit détailler davantage les premières péripéties de ce deuxième tome, et ruiner en partie le suspense initial.

Vous l’aurez compris, j’ai donc décidé de me limiter au strict minimum. Comme l’indique le titre, Yves Grevet nous emmène à la découverte de l’île au cœur de laquelle se trouve la Maison, et à la rencontre de ses autres habitants – pas forcément plus aimables que les autres, d’ailleurs.
Méto et ses amis (oui, bon, je vous le concède, Méto n’est pas seul, et quelques figures marquantes du premier tome survivent au début apocalyptique du roman) expérimentent d’autres formes d’asservissement, approfondissent leur apprentissage des responsabilités et des souffrances liées à la vie en société. Petit à petit, ils en apprennent également davantage sur ce qui se passe sur l’île et dans la Maison, ainsi que sur eux-mêmes…

Yves Grevet creuse donc le sillon intelligent qu’il avait entamé dans le premier volume, tout en assurant le même suspense et la même maîtrise narrative – avec le même style minimaliste. Cela fonctionne tout aussi bien, et on n’a qu’une envie… Mais oui, se plonger dans le tome 3, pour enfin (?) tout savoir !
A suivre encore une fois, donc.

Méto t.2 : L’Île, d’Yves Grevet
Éditions Syros, 2009
ISBN 978-2-7485-0786-7
247 p., 16€


Pour seul cortège, de Laurent Gaudé

Signé Bookfalo Kill

Pendant un banquet qui tourne à l’orgie, à Babylone, Alexandre le Grand s’écroule soudain, fauché par la maladie. Transporté sur son lit de mort, il agonise pendant de longues heures, durant lesquelles son entourage vient pleurer sur son corps tout en se préparant à se déchirer l’héritage de son gigantesque empire.
Au même moment, un cavalier solitaire file vers Babylone, enjoignant par la pensée son ami mourant de l’attendre avant de trépasser ; et des émissaires partent chercher Dryptéis, fille de Darius, l’ennemi défait d’Alexandre. La jeune femme vit recluse dans un monastère perdu en pleine montagne, mais Alexandre exige son retour dans le cercle du pouvoir et elle ne peut s’y soustraire…

Gaudé - Pour seul cortègeSans pour autant avoir adoré tous ses livres, je suis un fidèle de Laurent Gaudé depuis La Mort du Roi Tsongor (qui reste sans doute à ce jour mon roman préféré). Aussi, lorsque j’ai lu un peu partout que Pour seul cortège chassait sur les terres mythiques de Tsongor, je me suis jeté dessus avec entrain.
Plus dure fut la chute.

Dans les premières pages, j’ai été surpris, et séduit, par le lyrisme nouveau qui animait le texte, exaltant le style plus volontiers lapidaire de Gaudé, et faisant de ce roman une sorte de chant poétique survolté. Malheureusement, cet enchantement initial n’a pas duré. A la longue, la puissance du texte finit par être plombée par ses propres excès. Trop d’envolées, de métaphores, de cris, de supplications, de complot, de messes basses et de vilenie. Tout dans l’extrême, rien dans la nuance – qui fait la beauté des meilleurs livres de Laurent Gaudé. Le mode rouleau-compresseur ne lui convient hélas pas du tout.

En dépit de la grâce de certaines descriptions et autres passages provisoirement épargnés par les tambours de guerre, je n’ai donc pas tardé à m’ennuyer, d’autant que Gaudé allonge à l’envi l’agonie d’Alexandre et par là-même les enjeux du récit, créant une sorte de faux suspense (notamment autour du cavalier solitaire) dont j’ai fini par me désintéresser.
Pour seul cortège n’est pas un mauvais livre pour autant. C’est juste un roman qui m’est tombé des mains, faute d’adhérer aux choix narratifs forts et exigeants (trop ?) de l’auteur. Pas grave : rendez-vous au prochain !

Pour seul cortège, de Laurent Gaudé
Éditions Actes Sud, 2012
ISBN 978-2-330-01260-1
176 p., 18€

Les avis sont partagés sur ce roman… Ici on aime : Le blog des livres qui rêvent, Mille et une pages ; là on aime beaucoup moins : Reading in the rain, L’Ivrogne.com… A vous de décider !


Le prisonnier du ciel de Carlos Ruiz Zafon

Après avoir lu La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, c’est dur de devoir se replonger dans un autre roman. Tiens! La suite de L’Ombre du vent? Je prends!

cielAmi lecteur, pour apprécier Le Prisonnier du ciel, sache que tu dois avoir lu L’Ombre du vent, sous peine de ne pas tout comprendre. Essayons de faire simple sans tout dévoiler…

On retrouve exactement les mêmes personnages, Daniel, Fermin et les autres empêtrés dans une nouvelle histoire. Un étrange bonhomme entre dans la librairie Sempere, achète l’ouvrage le plus ancien et le plus cher de tout le magasin et l’offre à Fermin. Qui est cet homme? Pourquoi fait-il cela? Ni une, ni deux, Daniel le suit dans les rues barcelonaises pour tenter de percer à jour le passé de Fermin. 

Comme pour L’Ombre du vent, on se promène avec plaisir dans les rues de Barcelone, entre 1939 et 1957, on retrouve avec autant de plaisir Fermin et Daniel, mais la magie n’a pas opéré sur moi. Le Prisonnier du ciel est un ouvrage plaisant à lire, mais sans commune mesure avec L’Ombre du vent, qui reste le chef d’oeuvre de Ruiz Zafon. On dirait d’ailleurs que l’auteur ne s’en remet pas d’avoir écrit un tel roman et tente par dessus tout de faire revivre ses personnages, en écrivant des « préquelles » (Le Jeu de l’ange, que je n’ai pas lu) ou des suites comme Le Prisonnier du ciel. D’ailleurs, cet ouvrage l’affirme très clairement, on va avoir une suite. 

Honnêtement, je pense que c’est bien dommage, L’Ombre du vent se suffisait à lui-même et Carlos Ruiz Zafon devrait se plonger dans un tout autre projet pour nous faire vibrer à nouveau grâce à la beauté de sa plume.

Le Prisonnier du ciel de Carlos Ruiz Zafon
Editions Robert Laffont, 2012
9782221131022
340p., 21€

Un article de Clarice Darling

 


Blake et Mortimer t.21 : le Serment des Cinq Lords, de Sente & Juillard

Signé Bookfalo Kill

Une série de vols étranges, portant sur des objets anodins, se produit à l’Ashmolean Museum juste au moment où Mortimer s’y trouve invité. Intrigué, le célèbre professeur se met à enquêter.
Pendant ce temps, de vieux amis d’université de Blake meurent les uns après les autres, mobilisant toute l’attention du capitaine du MI-5 – car ces amis, unis par un vieux secret, ne sont évidemment pas choisis au hasard…

Sente & Juillard - Blake et Mortimer 21, Le Serment des Cinq LordsDans la série « c’est dans les vieux pots qu’on risque toujours de faire des soupes qui ont un vieux goût de réchauffé », voici donc le nouveau Blake et Mortimer. Et par « nouveau », j’entends « dernier paru », pas « révolutionnaire », hein.
Certains lecteurs vont même jusqu’à reprocher à cette vingt-et-unième affaire d’être trop classique, ce qui n’a pas beaucoup de sens à vrai dire. Reprocher à un Blake et Mortimer d’être classique, c’est comme reprocher à Lucky Luke de faire du cheval ou à Gaston de faire des gaffes : c’est idiot. En tout cas, tant qu’il n’est pas question de revoir les codes de la série, ce qui n’est visiblement pas le projet pour le moment.

De ce point de vue, ce nouveau tome est conforme à ce qu’on peut attendre d’un B&M : du flegme britannique, du « by jove » à toutes les sauces, du mystère épais comme le fog, une enquête tortueuse au possible qui implique le passé de Blake et la figure de Lawrence d’Arabie…
Côté scénario, Yves Sente s’en sort donc pas trop mal, dans un esprit d’enquête dénué de fantastique, plus Marque Jaune que Secret de l’Espadon, même si c’est sans surprise et un rien bavard ; la même histoire aurait bien tenu avec vingt pages de moins et avec une première partie plus énergique. Quant à la fin, elle est assez prévisible, en dépit des tours et détours qu’emprunte parfois l’intrigue pour essayer – en vain, dois-je avouer – de nous égarer.

En revanche, c’est côté dessin que j’ai eu du mal à accrocher. Bizarre, hein ? A première vue, on reconnaît pourtant bien les personnages et le dessin à la Jacobs. Sauf qu’il manque à André Juillard le sens de l’animation que le créateur de la série était capable de mettre dans ses arrière-plans et ses décors. Là, le cadre est statique, souvent d’une grande pauvreté dans les détails, et donne un rendu global décevant. Certains gros plans des personnages font assez peur aussi, notamment les yeux. Oui, Blake a les yeux bleus, mais à ce point-là, faut pas exagérer !
A la différence d’Achdé redonnant vie au trait de Morris pour Lucky Luke, Juillard fait donc plutôt bon élève à qui il manque l’inspiration pour dépasser la simple copie.

Bref, ça ressemble suffisamment à du Blake et Mortimer pour se lire sans déplaisir, ça en a plus ou moins le goût sans en avoir la pleine saveur. De quoi donner envie de relire les albums originaux d’Edgar P. Jacobs – en songeant que, oui, parfois, les meilleures choses devraient avoir une fin…

Blake et Mortimer t.21 : le secret des Cinq Lords, d’après Edgar P. Jacobs
Dessin : André Juillard / Scénario : Yves Sente
Éditions Blake et Mortimer, 2012
ISBN 978-2-87097-164-2
64 p., 15,25€


Méto t.1 : la Maison, d’Yves Grevet

Signé Bookfalo Kill

64 enfants vivent dans la Maison, une gigantesque bâtisse dont ils ne sortent jamais. Placés sous la surveillance d’adultes tous semblables, les César, ils y sont nourris, vêtus, éduqués, punis lorsqu’ils manquent aux règles. Ce sont tous des garçons. Ils n’ont aucun souvenir ou presque de leur passé. Ils ignorent de quoi sera fait leur avenir, une fois qu’ils seront jugés trop grands pour rester dans la Maison.
Méto est un Rouge, c’est-à-dire l’un des pensionnaires les plus âgés de la Maison. Tandis qu’il est nommé tuteur de Crassus, un petit nouveau qui doit tout apprendre du mode de vie local, il commence à s’interroger sur ce qui l’attend – et à fouiner pour en savoir plus sur les mystères de la Maison et de l’Île sur laquelle elle se trouve. Ce qu’il découvre dépasse largement son imagination et pourrait bien tout changer…

Grevet - Méto t.1, la MaisonÉvacuons tout de suite la question qui fâche – ou du moins qui pourrait fâcher, parce qu’en fait il n’y a pas lieu de le faire : celle du style. C’est très simple, il n’y en a pas. L’écriture d’Yves Grevet est purement factuelle, dénuée de tout lyrisme, évacuant la tentation de la métaphore ; c’est presque une écriture blanche tant elle est dépouillée. Sujet, verbe, complément, phrases courtes et sèches, allant à l’essentiel.
Lors de certaines scènes, j’aurais aimé plus d’engagement, plus de sentiment, pouvoir m’inquiéter davantage, être beaucoup plus ému, effrayé ou passionné. Ce que d’autres grands auteurs français contemporains pour la jeunesse – Timothée de Fombelle, Jean-Claude Mourlevat, Marie-Aude Murail, pour ne citer que les plus éminents – savent si bien susciter, par la grâce d’une écriture ambitieuse, pleine de souffle et de caractère.

C’est le choix de l’auteur et il est respectable. Car en-dehors de ça, quelle efficacité ! Grevet mène son histoire tambour battant, avec un souci de clarté qui se met toujours au service de l’intelligence du récit et de ses thématiques.
D’abord, le romancier nous balance illico dans le mystère, sans explication préalable. L’immersion dans l’intrigue est immédiate, l’addiction assurée. On veut comprendre, découvrir qui sont ces enfants reclus dans la Maison, à quoi ils sont destinés, qui sont les César, pourquoi il n’y a pas de filles…
De Méto le narrateur à ses amis, les personnages trouvent tous leur personnalité – détail capital d’autant plus à souligner que Grevet ne leur accorde pratiquement aucune description physique et se limite à quelques traits prédominants de caractère. Bien placés, ils sont largement suffisants pour camper des héros auxquels on s’attache sans problème.

Avec ces ingrédients, Yves Grevet traite pêle-mêle d’éducation, de politique, de manipulation (physique et psychologique), de résistance, de respect, de libre arbitre… Le propos est ambitieux, et nul doute que la limpidité du récit contribue largement à confronter les jeunes lecteurs à ces problématiques fondatrices.
Reste à lire les tomes 2 (L’Île) et 3 (Le Monde), pour découvrir le fin mot de l’histoire… C’est en cours, à suivre donc !

A partir de 11 ans.

Méto t.1 : La Maison, d’Yves Grevet
Éditions Syros, 2008
ISBN 978-2-74-850688-4
247 p., 16€


Steven Spielberg : une rétrospective, de Richard Schickel

Signé Bookfalo Kill

En chantant les louanges de Clément Safra et de son Dictionnaire Spielberg l’année dernière, j’ai dû vous laisser entendre ma passion personnelle pour le réalisateur de Minority Report. Alors, oui, n’y allons pas par quatre chemins : oui, je suis fan de Steven Spielberg.
Me pardonneront, je l’espère, ceux qui ne peuvent pas supporter le cinéma spectaculaire, volontiers commercial (mais pas que), parfois sentimental (mais pas que… heureusement !) de celui qui est l’une des figures incontournables de Hollywood. Il y en a, je le sais, sans doute même parmi vous, fidèles lecteurs. Ce n’est pas grave, restons amis. Et je vais essayer de ne pas vous embêter trop longtemps avec ma marotte, promis.

Shickel - Steven Spielberg, une rétrospectiveMais tout de même, je voulais dire un mot d’un nouveau gros et beau livre qui vient de paraître aux éditions de la Martinière, intitulé tout simplement Steven Spielberg : une rétrospective. Déjà auteur d’un ouvrage similaire sur Clint Eastwood ou d’entretiens avec Martin Scorsese, le vénérable Richard Schickel, éminent critique du Time, ajoute donc le cinéaste américain le plus influent et le plus puissant d’Hollywood à son tableau de chasse.
Sa méthode est simple : après une introduction consacrée à la jeunesse du réalisateur, Schickel déroule son œuvre de manière chronologique, présentant et analysant chaque film l’un après l’autre, en s’appuyant sur les nombreux entretiens qu’il a eus avec Spielberg himself. Le résultat n’est pas dénué de réserve, contrairement à ce que ce choix pourrait laisser craindre – les premiers reproches sortant de la bouche du cinéaste lui-même d’ailleurs.

Néanmoins, il ne s’agit pas d’un ouvrage d’analyse critique, avec la distance générale que cela impliquerait. On pourra d’ailleurs ne pas être d’accord avec l’opinion laudatrice de Shickel sur certains films, comme par exemple le dernier en date, le lourdingue Cheval de guerre – d’ailleurs bizarrement encensé par une critique française pourtant prompte pendant trente ans à flinguer Spielberg, jusqu’à ce que son acharnement à rester sur le devant de la scène finisse par lui attirer son respect et sa reconnaissance…
L’aspect « beau livre », avec ses quelques 400 photographies et illustrations, dont beaucoup de peu connues, rappelle qu’il s’agit avant tout d’un ouvrage destiné à célébrer l’œuvre curieuse, protéiforme, d’un réalisateur qui hésite de plus en plus entre méga-productions et films intimistes, blockbusters au premier degré et sujets sombres, souvent historiques.

De quoi contenter avant tout les amateurs de l’univers de Steven Spielberg, dont ils liront au début du livre une préface qui lui ressemble : humble, passionnée et humaniste.

Steven Spielberg : une rétrospective, de Richard Schickel
Préface de Steven Spielberg
Éditions de la Martinière, 2012
ISBN 978-2-7324-4986-9
280 p., 35€


Cavalier seul, d’Achdé, Pennac & Benacquista

Signé Bookfalo Kill

Après une énième tentative de braquage qui tourne mal, contrecarrée par l’inévitable Lucky Luke, les Dalton se retrouvent une fois de plus au pénitencier. Là, une dispute éclate entre les quatre frères : Jack, William et Averell en ont assez de suivre les plans foireux de Joe et remettent en cause son autorité. Ulcéré, Joe leur lance alors un défi : le premier des quatre frères qui réunira un million de dollars deviendra le chef incontesté de la fratrie.
Aussitôt dit, aussitôt fait : les Dalton s’évadent illico, et chacun se lance de son côté et à sa manière dans la réalisation du projet. Si Joe garde la méthode Dalton (braquages, vols et compagnie), Jack se lance dans la politique, William devient patron de casino et Averell travaille dans un restaurant.
Face à tant d’honnêteté (sauf chez Joe évidemment), Lucky Luke ne sait plus où donner de la tête…

cavalier seulDans la série « c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes », ce nouveau Lucky Luke confirme qu’une série « historique » peut se poursuivre après la disparition de ses créateurs sans tomber forcément dans la médiocrité. Il faut avouer, quand même, Daniel Pennac et Tonino Benacquista au scénario, ça a une autre gueule que Laurent Gerra !!! Leur deuxième album en collaboration avec le dessinateur Achdé confirme que les romanciers s’amusent comme des fous avec l’univers imaginé par Morris et longtemps mis en mots par Goscinny. Là où il est, ce dernier doit d’ailleurs être rassuré, car en terme de malice et de verve, les deux romanciers relèvent haut la main le défi.
Rien que de penser à raconter la séparation des Dalton, voilà une idée que Morris & Goscinny auraient pu avoir. La manière dont Pennac et Benacquista s’approprient les personnages tout en jouant avec des références contemporaines est réjouissante : Averell invente le fast-food, William se prend pour De Niro dans « Casino » et Jack se plonge dans les merveilles de la spéculation financière…

Il faut souligner également le formidable boulot d’Achdé, dont le trait colle au plus près au dessin original de Morris, à tel point que, simple lecteur amateur et non luckylukophile averti, je serais bien en peine de distinguer l’un de l’autre.
L’histoire reste légère, la fin un peu rapide et sans surprise (mais peut-il y en avoir dans Lucky Luke ?) Elle se teinte même d’une jolie mélancolie par un retour aux sources de l’identité du personnage principal, le « lonesome cowboy » Luke. Bref, une plongée sans arrière-pensée dans un univers d’enfance parfaitement restitué et respecté. Très sympa !

Cavalier seul, d’après Morris
Dessin : Achdé / Scénario : Daniel Pennac & Tonino Benacquista
  Éditions Lucky Luke Comics, 2012
ISBN 978-2-88471-322-1
46 p., 10,60€


Le Maestro de Thomas Saintourens

A première vue, on pourrait croire qu’il s’agit d’un roman, si ce n’est le sous-titre de l’ouvrage qui nous ramène illico à la réalité : A la recherche de la musique des camps. Thomas Saintourens, journaliste, a suivi pendant huit mois Francesco Lotoro, pianiste italien qui poursuit depuis une vingtaine d’années, une quête, celle de redécouvrir et faire revivre les musiques des camps. Camps de concentration en Europe, camps de prisonniers militaires en Asie… Le Maestro a récolté plus de 4000 partitions et avec un orchestre qu’il a fondé, il enregistre et promeut la musique des camps dans tous les pays du monde. Grâce à lui, on découvre des artistes comme Rudolf Karel, qui a rédigé un opéra sur des feuilles de papier hygiénique à l’aide d’un bâtonnet de bois frotté à du charbon, ou encore Jozef Kropinski, qui après cinq ans de détention n’a jamais pu réécrire, comme si toute sa créativité était sortie d’un coup, pour survivre à Büchenwald. 

maestroVoici un très court entretien du journaliste expliquant la genèse de son ouvrage dans l’émission Un livre, un jour, sur France 3. 

 

Les plus musiciens d’entre nous connaissent l’opéra Brundibar, personne ou presque n’a entendu parler de Frida Misul, Harry Berry, Emile Goué ou encore Alexander Kulisiewicz. Thomas Saintourens, en collaboration avec Francesco Lotoro, a retracé huit mois de recherches, de voyages, d’enregistrement des musiques des camps par une poignée d’hommes hors du commun. Francesco bien sûr, mais aussi sa compagne, Grazia, ses amis, Angelo et Paolo, et toutes les personnes membres de l’Orchestre de Musique Concentrationnaire, créé par Lotoro. 

Cet ouvrage fait revivre ceux qui n’existent plus que par leur musique et quel plus bel hommage leur rendre que d’enregistrer et jouer leurs oeuvres? 

 

Le Maestro, A la recherche de la musique des camps
de Thomas Saintourens
Editions Stock, 2012
9782234071759
305p., 19€50

Un article de Clarice Darling