Archives de octobre, 2013

Yeruldelgger, de Ian Manook

Signé Bookfalo Kill

Tandis que le commissaire Yeruldelgger est effaré de découvrir, en plein milieu d’une steppe, le cadavre d’une fillette enterrée avec son vélo, ses adjoints Oyun et Chuluum s’affairent à Oulan-Bator sur deux scènes de crime particulièrement atroces : d’un côté, trois Chinois retrouvés émasculés dans une usine, de l’autre deux prostituées massacrées et pendues dans un container, leurs corps ornés des sexes des gentlemen précédents.
Rongé par le chagrin l’ayant frappé après la mort de sa petite fille et la ruine de sa famille qui s’en est suivie, Yeruldelgger s’emploie à résoudre ces énigmes avec son énergie sans limite. Mais ses méthodes expéditives et sa personnalité dangereuse finissent par l’isoler, alors que les affaires se corsent en renvoyant à des figures haut placées…

Partagé je suis, autant le dire tout de suite. Il y a dans ce premier polar signé Ian Manook de belles qualités comme des défauts et des fragilités qui m’empêchent de crier au chef d’œuvre, ainsi que certains le font déjà (et tant mieux pour l’auteur !)
Commençons par les qualités, elles sont d’ailleurs évidentes. Avec Yeruldelgger, Manook nous donne à découvrir un pays méconnu, la Mongolie, dont il dévoile avec richesse et précision les tiraillements entre tradition et tentation de la modernité. La scène d’ouverture, où des nomades de la steppe prennent le commissaire pour Horacio Caine, le héros des Experts : Miami, est à ce titre aussi drôle qu’éloquente. On se plonge également avec fascination dans Oulan-Bator, capitale anarchique, grouillante, hérissée de buildings qui s’opposent à des quartiers de yourtes traditionnelles et à des bas-fonds misérables.

Manook - YeruldelggerIan Manook s’inscrit ainsi dans la lignée du polar dit « ethnologique », dont Caryl Ferey (Zulu, Mapuche) est le plus digne représentant français, et où Olivier Truc s’est également illustré l’année dernière avec le Dernier Lapon. Je cite ces deux romanciers parce qu’il y a quelque chose d’eux chez notre nouvel auteur : comme le second, il exprime une belle passion pour les traditions culturelles et spirituelles du pays, livrant quelques pages mémorables dans les steppes ou dans un vieux monastère caché ; et de Ferey, il hérite d’une énergie dingue, d’une puissance de narration impressionnante, sans renoncer, comme lui, devant des scènes de violence parfois insoutenables.

C’est là que je dois évoquer ce qui, pour moi, constitue la petite faiblesse de Yeruldelgger : il est trop, justement. Un peu trop long, la faute à un trop plein de rebondissements (dont certains sont téléphonés, à force) qui font s’égarer artificiellement l’intrigue dans toutes les directions pour ne pas arriver trop vite à des solutions qui, parfois, sont trop vite évidentes.
Là où Ferey parvient toujours à canaliser la folie du récit par un réalisme obsessionnel, Ian Manook s’abandonne au fil des pages à un excès de naïveté, à vrai dire plus touchant qu’irritant, mais néanmoins dommage.

C’est surtout flagrant dans les dialogues, trop souvent excessifs par leurs emportements (voir l’utilisation quasi systématique des points d’exclamation).
Flagrant aussi dans la caractérisation des personnages, qui finissent par manquer de crédibilité à force de les pousser systématiquement au-delà de leurs limites – je pense notamment à Gantulga, jeune garçon des rues qui s’allie avec Oyun et dont certaines actions et certains raisonnements sont vraiment too much, même pour un gamin malin et débrouillard, très attachant par ailleurs. J’avais parfois l’impression de lire un manga, de revoir les Chevaliers du Zodiaque de mon enfance, avec leurs provocations verbales, leurs attitudes (trop) héroïques, l’opposition radicale entre des gentils très gentils et des méchants très méchants… Un comble, alors que les protagonistes de ce roman ne sont, dans l’ensemble, pas manichéens, surtout pas Yeruldelgger.

Thriller haletant, parfois violent (attention à une scène de viol plutôt difficile), Yeruldelgger est un premier polar prometteur, même s’il manque de maîtrise et souffre paradoxalement d’un excès d’enthousiasme. Ian Manook annonçant une suite pour l’année prochaine sans doute, on sera donc au rendez-vous !

Yeruldelgger, de Ian Manook
Éditions Albin Michel, 2013
ISBN 978-2-226-25194-7
542 p., 22€


Psycho Killer (Anonyme)

Signé Bookfalo Kill

B Movie Hell est petite cité américaine bien tranquille, dont l’essentiel de l’activité tourne autour du Minou Joyeux, son bordel de luxe, propriété de Silvio Mellencamp, un richissime producteur de films qui tient l’ensemble de la ville sous sa coupe tout en faisant profiter ses habitants de ses largesses. Bien tranquille, donc, jusqu’au jour où un serial killer, affublé d’un masque en forme de crâne surmonté d’une crête rouge, se met à dézinguer tous ceux qu’il croise, avec une nette préférence pour les décapitations et autres démembrements sauvages.
Pour le neutraliser, le FBI fait appel à Jack Munson, un de ses agents très spéciaux – dont la compétence majeure, ces dernières années, se réduit à une consommation d’alcool exceptionnelle. Ce qui ne va pas l’empêcher de s’intéresser très vite à l’opération Blackwash, un projet top secret du Département d’Etat qui pourrait bien avoir un rapport avec cette affaire…

Psycho KillerDéglingué, cradingue, rigolo, graveleux, sanguinolent, haletant : tout ceci vous rappelle quelque chose ? Hé oui, le plus célèbre des auteurs anonymes (dont l’identité reste obstinément secrète, un sacré tour de force à notre époque) est de retour ! Après le Livre sans nom, ses deux suites et son prequel, il abandonne le Bourbon Kid et la terrible Santa Mondega pour un autre tueur en série et une autre ville.

La comparaison étant inévitable, on notera tout de suite que l’un et l’autre sont moins barrés et moins terrifiants dans Psycho Killer – il faut dire que la barre était placée haut en matière de furie et d’horreur. Néanmoins, si vous avez aimé la tétralogie du Bourbon Kid, le voyage vaut le détour. D’abord parce ce nouveau roman est un page-turner implacable, plaisir de lecture si pur et si brut qu’il en serait presque culpabilisant.
Ensuite et surtout, parce que Psycho Killer est un bel hommage au cinéma de série B (tirant parfois sur le Z). De Halloween à Twin Peaks en passant par Jason Bourne, Terminator et Dirty Dancing (!), le romancier malaxe tout un tas de références qu’il n’est pas nécessaire de maîtriser pour apprécier le roman – mais qui vous feront sourire quand vous les identifierez, certaines étant plus évidentes que d’autres.

Moins original et habité que ses livres précédents, Psycho Killer est tout de même un slasher percutant, hyper efficace et encore une fois hanté par des personnages bien secoués. Notre Anonyme préféré fatigue peut-être un peu, mais il a encore de beaux restes !

Psycho Killer, d’Anonyme
Traduit de l’anglais par Cindy Kapen
Éditions Sonatine, 2013
ISBN 978-2-35584-227-6
359 p., 20€


Le Mystère Fulcanelli, de Henri Loevenbruck

Signé Bookfalo Kill

Toujours rangé des voitures depuis qu’il ne fait plus partie de la DCRI ni de la vie de Lola, son grand amour désormais mère de famille, Ari Mackenzie se laisse vivre, de whisky en whisky et de crise de cynisme aigu en amertume. Jusqu’au jour où Cédric Radenac, l’un de ses amis policiers, surgit dans sa vie pour solliciter ses connaissances encyclopédiques en matière d’alchimie, en particulier au sujet de Fulcanelli, l’une des personnalités les plus mystérieuses des cercles ésotériques du XXème siècle.
Un meurtre à Séville et une disparition d’un précieux manuscrit plus tard, voilà la curiosité d’Ari piquée au vif, et le plus incontrôlable des ex-agents replongé dans l’action…

Loevenbruck - Le Mystère FulcanelliAprès Le Rasoir d’Ockham et les Cathédrales du vide, Henri Loevenbruck retrouve donc Ari Mackenzie, son héros fétiche, plus cynique, drôle, opiniâtre et attachant que jamais. Un peu atteint, à vrai dire, par l’âge et le surpoids, moins héroïque, et du coup plus juste et plus humain. Une nouvelle fois, le romancier le met au service d’un page turner redoutablement efficace, dont les chapitres courts, les points de vue multiples, les intrigues parallèles et les rebondissements parfaitement dosés rendent très difficile le simple geste de poser le livre pour le reprendre plus tard.

Pour autant, on ressent une véritable évolution chez Loevenbruck dans ce troisième opus. Totalement passionné, accaparé par son sujet (qui est authentique, autant le préciser, il y a bien une affaire Fulcanelli), nourri de plusieurs années de recherches qui l’ont amené à creuser des pistes inédites pour tenter de résoudre le mystère – avec à la clef une hypothèse solide et étayée, en tout cas pour un lecteur profane en matière d’hermétisme tel que je le suis -, l’auteur du Testament des siècles délaisse le spectaculaire et les effets faciles ou sanguinolents, et s’écarte du roman d’aventures à tendance « indianajonesque » (très réussi par ailleurs) qu’étaient les Cathédrales du vide.
Si l’action est toujours régulièrement présente, le Mystère Fulcanelli est avant tout une enquête historique menée avec les armes de notre époque ; un thriller intellectuel, où l’analyse de documents, de biographies et de faits du passé est plus importante que la résolution des meurtres qui jalonnent le récit – même si, en excellent orfèvre du suspense, Henri Loevenbruck nous tient en haleine à ce sujet jusqu’à la toute fin du livre.

Formellement, le romancier s’inscrit plus que jamais dans la lignée des auteurs de romans populaires des XIXème et XXème siècle, de Gaston Leroux à Eugène Sue, dont il reprend certaines recettes avec succès. Excellent raconteur d’histoires, il n’hésite pas à recourir parfois aux mêmes effets de style volontairement appuyés (points de suspension, italiques, formules qui claquent, seconds rôles outranciers, dialogues exagérément mystérieux…) pour faire vibrer dans sa phrase son imaginaire romanesque le plus débridé.

Avec tout cela, le Mystère Fulcanelli est sans doute la plus aboutie des enquêtes d’Ari Mackenzie, qui creuse le sillon de ces thrillers intelligents sur l’ésotérisme dont Henri Loevenbruck s’est fait la spécialité. C’est aussi et surtout un polar captivant, malin et inspiré, avec une pointe de roublardise et d’humour pour faire passer le tout en douceur. Bref, une réussite !

Le Mystère Fulcanelli, de Henri Loevenbruck
Éditions Flammarion, 2013
ISBN 978-2-08-124629-4
413 p., 21€

Vous voulez en savoir plus sur le Mystère Fulcanelli – le vrai, comme le roman ? Rendez-vous sur le site dédié au roman et à son univers, qui vous donnera toutes les clefs nécessaires à la compréhension de cette étrange histoire…


Dark Country, de Thomas Ott

Signé Bookfalo Kill

Pas facile de parler d’un album de 56 pages sans aucun dialogue, surtout quand tout son intérêt réside dans la découverte d’une histoire – sombre, comme le titre l’indique – dont les images se suffisent à elles-mêmes.
Tout juste pourrais-je dire que l’on s’embarque avec un couple de jeunes mariés, sur la route d’un voyage de noces dont la destination est inconnue. Malheureusement, le charme se brise pour eux lorsque leur voiture percute un homme en pleine nuit, et que débute alors un cauchemar sans nom…

Ott - Dark CountryAdapté d’un roman de Tab Murphy, lui-même adapté auparavant par Thomas Jane en film (que Thomas Ott n’a pas vu, livrant ainsi sa propre interprétation du texte original), Dark Country est donc une petite merveille de noirceur. Dans tous les sens du terme, puisque l’histoire, qui aurait pu être une excellente nouvelle de Stephen King, déroule son récit horrifique dans un noir et blanc hachuré du plus bel effet, donnant la part belle à la première des deux couleurs pour une atmosphère stressante et étouffante à souhait.
Pour continuer sur l’aspect formel de l’album, Ott joue en plus sur les référents cinématographiques, en usant le plus souvent de cadres allongés façon Cinémascope, qui étire l’image pour lui ajouter zones d’ombre et suggestions d’un hors-champ inquiétant.

Le livre en lui-même est également une jolie réussite : relié, doté d’une couverture toilée du plus bel effet, et impeccablement réalisé avec ses pages noires qui enferment le lecteur dans l’obscurité du récit. Un beau travail des éditions l’Apocalypse, qui explique le prix un peu élevé d’un album aussi court. Le voyage vaut le coup, néanmoins !

Dark Country, de Thomas Ott
 Éditions l’Apocalypse, 2013
ISBN 978-2-36731-019-0
56 p., 19€


365 expressions parisiennes expliquées de Dominique Foufelle

ArgotL’argot parisien est une perle, comme toutes les langues peu usitées. Dominique Foufelle a collecté 365 expressions que nous jugeons aujourd’hui improbables, alors qu’elles s’entendaient à tous les coins de rue de Paname au XIXème. En ce temps là, tout ce beau monde jaspinait le latin français! Le populo de Pantruche aimait fourmiller et traîner dans les trimes pour s’astiquer le corridor à l’aide d’un verre de perroquet ou de macadam. Si vous n’entendez rien à ce que je viens de dire, précipitez-vous sur les 365 expressions parisiennes expliquées. C’est drôle, très fourni et imagé, et vous apprendrez des tas de choses sur l’étymologie de certaines expressions qui persistent toujours dans le langage courant. 

En bref, un ouvrage parfait pour les fêtes de Noël si vous ne savez pas quoi offrir à votre vieille tante parisienne ou à des nostalgiques de l’Ile de France. 

365 expressions parisiennes expliquées de Dominique Foufelle
Editions du Chêne, 2013
9782812306945
229p., 15€90

Un article de Clarice Darling


Le journal malgré lui de Henry K. Larsen de Susin Nielsen

journal-malgre-henry-k-larsen-1399289-616x0J’avais lu il y a deux ans (déjà), Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère? que j’avais beaucoup aimé. Cette fois, l’auteur change totalement de registre et nous entraîne dans le sillage de Henry, ado mal dans sa peau, qui vit seul avec son père et voit régulièrement un psychiatre depuis ÇA. ÇA, c’est la catastrophe qui a touché toute la famille d’Henry et l’a fait voler en éclats. Depuis, plus rien n’est comme avant. Henry et son père ont dû déménager pour tenter de se reconstruire. Le thérapeute d’Henry lui conseille d’écrire un journal. Idée qu’il déteste de prime abord mais à laquelle il va se prêter. 

Susin Nielsen réussit encore une fois à rendre ses personnages attachants. Dans ses romans, point de mièvrerie. Surtout pas dans Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen. Un drame atroce a eu lieu dans sa famille et Henry doit survivre avec ce sentiment douloureux. Les adultes sont tout aussi paumés que lui, et Henry, déraciné, va devoir se familiariser avec un nouvel environnement, revenir peu à peu à la vie. Henry est un gamin rondouillard, fan de jeux vidéos et de catch, comme bon nombre d’ados. Ses copains sont aussi vrais que les miens, le père est complètement à l’ouest et les voisins sont un running-gag permanent. 

L’auteur traite ainsi d’une très belle façon l’amitié, les premiers émois et le drame familial. Et prouve que, malgré l’horreur, la vie peut reprendre ses droits. 

Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen de Susin Nielsen
Editions Hélium, 2013
9782330022495
236p., 14€50

Un article de Clarice Darling.


Ecrit en lettres de sang, de Sharon Bolton

Signé Bookfalo Kill

Un 31 août au soir, la jeune policière Lacey Flint voit mourir dans ses bras une femme frappée de multiples coups de couteau, en plein milieu d’une cité populaire de Londres. Tandis que l’enquête commence sous la direction de la commissaire Dana Tulloch et de Mark Joesbury, Lacey est alertée quelques jours plus tard par une journaliste, Emma Boston : celle-ci a reçu une lettre écrit à l’encre rouge, qui fait allusion au crime – mais qui rappelle surtout les célèbres courriers d’un certain Jack l’Eventreur…
Au deuxième meurtre similaire, commis comme le précédent à la date anniversaire du deuxième crime de Jack, le doute n’est plus permis : la police a affaire à un imitateur. Fine connaisseuse du fameux tueur en série, Lacey est associée à l’enquête, ce qui ne va pas sans lui poser des problèmes, car cette affaire singulière semble également la ramener à son passé, un détail qui éveille la perspicacité de l’étrange commandant Joesbury…

Bolton - Ecrit en lettres de sangRecourir à la figure de Jack l’Eventreur pour alimenter un suspense, qu’il soit d’époque ou contemporain de notre temps, est forcément risqué. D’abord parce que de nombreux auteurs s’y sont déjà frottés, au point que, pour un auteur anglais, cela finisse par ressembler à un cliché. Ensuite parce que le mystère n’a jamais été résolu (et devrait rester insoluble, selon toute vraisemblance), mais il a déjà suscité tant de théories, allant des plus solides aux plus fumeuses, qu’il devient délicat de se montrer original sans courir le risque du ridicule.

C’est là que Sharon Bolton se montre à la fois humble et intelligente. Autant le dire tout de suite, et ce n’est pas porter atteinte à l’intérêt du livre, Écrit en lettres de sang ne cherche pas à apporter une nouvelle solution au mystère. Tout juste la romancière évoque-t-elle une hypothèse moins courante que d’autres, mais sans donner de nom ; ce n’est pas son sujet.
Le roman suit la trame des meurtres de Jack, mais s’attache avant tout à ses personnages et à des enjeux contemporains. S’il faut trouver une passerelle entre les crimes du passé et ceux du présent, ce sont les atteintes faites aux femmes qui intéressent Bolton, et encore le fait-elle avec subtilité, sans volonté de démonstration.

Pour le reste, Écrit en lettres de sang est un très bon thriller anglais, alliant efficacité d’une intrigue qui prend tout de même son temps pour se dérouler, sens de l’atmosphère (certaines scènes sont angoissantes à souhait) et profondeur de personnages riches de nombreuses strates et peu avares en surprises.
Ou pour le dire autrement, un page-turner impeccablement conçu, qui tient la route du début à la fin, réaliste sans tomber dans le sordide. Bref, c’est un bon polar, du genre qui assure quelques bonnes soirées de frissons sans décevoir !

Écrit en lettres de sang, de Sharon Bolton
Traduit de l’anglais par Marianne Bertrand
Éditions Fleuve Noir, 2013
ISBN 978-2-265-09624-0
553 p., 21,90€


Reflex, de Maud Mayeras

Signé Bookfalo Kill

Photographe pour l’Identité judiciaire, Iris Baudry a la désagréable surprise d’être appelée sur une scène de crime dans la ville de son enfance, où vit encore sa mère qu’elle déteste et avec qui elle n’a plus de contacts ; la ville, également, où gît son traumatisme le plus profond, la mort de son fils Swan, assassiné onze ans auparavant. En découvrant le cadavre, celui d’un autre jeune garçon, elle est persuadée de trouver sur son corps la signature du meurtrier de Swan, qui dépeçait partiellement ses victimes – alors qu’un homme a été arrêté à l’époque et croupit toujours en prison.
Bloquée en ville suite à une panne de sa moto, Iris découvre que d’autres enfants ont disparu récemment. Elle décide alors de mener l’enquête, pour se confronter avant tout à son terrifiant passé, à sa mère, et à tous les fantômes qui peuplent la région…

Mayeras - ReflexAutant vous le dire tout de suite : en dépit de ce que pourrait laisser penser ce résumé, et plus encore celui de la quatrième de couverture, Reflex n’est pas DU TOUT un thriller, pas au sens où on doit entendre ce terme, soit une mécanique vivace et implacable de suspense, hérissée de rebondissements et de cliffhangers qui poussent à tourner les pages à toute vitesse. Si une enquête policière dans les règles semble s’amorcer dans les premières pages, avec découverte d’un cadavre, descriptions des procédures réglementaires, entrée en scène d’un flic haut en couleur et de l’héroïne, ce n’est qu’une fausse piste, un pétard mouillé.
Ce n’est surtout pas là que Maud Mayeras souhaite emmener son lecteur. Au contraire, son deuxième roman prend son temps pour arpenter en tous sens ses territoires hantés, géographiques et mentaux.

Car Reflex n’est pas non plus un livre aimable. Il est dur, plein de souffrance, de cruauté et de désespoir. D’une noirceur étouffante, jusqu’à la fin. Autrement dit, il n’est pas à mettre entre toutes les mains. Je l’ai souvent lu le cœur au bord des lèvres, non pas en raison de scènes particulièrement horribles ou sanglantes, mais parce que l’acharnement qui frappe ses personnages est éreintant.
C’est le cas d’Iris bien sûr, plombée de chagrin suite à la mort de son fils, prisonnière de la violence psychologique que lui inflige sa mère. Mais cet acharnement frappe aussi les personnages d’une autre histoire que Maud Mayeras développe en parallèle, celle d’une lignée de femmes à qui rien n’est épargnée : violées, battues, maltraitées, humiliées, et qui débouche sur la naissance d’un ultime monstre, que l’on voit grandir au fil des pages, depuis sa naissance jusqu’au moment où il rejoint le présent d’Iris de la manière la plus inattendue qui soit.

Très maîtrisé, remarquablement écrit, Reflex me laisse une impression trouble. Je suis incapable de dire si j’ai aimé ce livre, tant les sensations physiques épuisantes qu’il procure m’empêchent de le penser. Mais c’est un roman implacable, et il faut admirer l’obstination de Maud Mayeras à l’avoir mené aussi loin sans fléchir dans son propos. Le temps, peut-être, me permettra d’éclaircir mon sentiment final…

Reflex, de Maud Mayeras
Éditions Anne Carrière, 2013
ISBN 978-2-8433-7719-8
365 p., 21€


Puzzle, de Franck Thilliez

Signé Bookfalo Kill

Depuis que sa petite amie Chloé l’a plaqué un an plus tôt, Ilan Dedisset n’a plus goût à rien. Même son addiction pour les jeux et les chasses aux trésors grandeur nature l’a abandonné, et depuis il vivote dans la maison de ses parents, disparus en mer. Il n’a pas d’amis et même ses collègues de la station-service où il travaille l’évitent.
Lorsque Chloé ressurgit en affirmant avoir enfin trouvé la clef d’entrée de Paranoïa, le jeu à taille réelle le plus mystérieux et donc le plus excitant de tous les temps, Ilan accepte de se remettre en chasse – pour le pire seulement…

Ça démarre plutôt bien, il faut l’avouer. Un massacre dans la montagne, un suspect dénommé Lucas Chardon appréhendé au milieu des cadavres mais qui ne se souvient de rien ; puis on fait connaissance avec Ilan, de prime abord bien campé et intéressant, et avec Chloé, on suit les étranges étapes d’une chasse au trésor en plein Paris…
Mais ensuite la machine se grippe peu à peu. Il y a d’abord ces symboles un peu lourds auxquels Thilliez recourt (l’organisateur du jeu s’appelle Virgile Hadès… Hum !), détails secondaires, presque superficiels certes. J’aurais sûrement pu faire abstraction si la suite de l’histoire ne se mettait pas à patiner. Une fois que les personnages arrivent dans le décor principal du roman, un complexe psychiatrique désaffecté, les clichés s’accumulent, à la croisée trop manifeste de Shining, Shutter Island et Sixième Sens de M. Night Shyamalan.

Thilliez - PuzzleBon, j’essaie de demeurer honnête, cela reste efficace – même si j’ai parfois survolé certains passages, la faute à des longueurs censées retarder des révélations importantes. Mais allez, encore une fois, passons. Ces réticences viennent aussi de moi. Je sais que j’ai de plus en plus de mal avec les thrillers à grand spectacle, ces bouquins spectaculaires appuyés sur des recettes établies et des ficelles (souvent grosses) qui sautent rapidement aux yeux, privant le lecteur aguerri et attentif de toute surprise.
Surtout quand l’écriture de l’auteur ne se montre pas d’une grande élégance littéraire… C’est le cas chez Thilliez, qui n’est pas un virtuose de la plume ; mais dans tous les romans de lui que j’ai lus auparavant, l’histoire était largement assez forte, originale, nourrie de recherches, portée par des personnages solides, pour dépasser ce handicap. Je précise également, avant de me faire lyncher par les nombreux fans de l’ami Franck, que je le considère comme l’un des tout meilleurs du genre dans son registre en France, égal voire parfois supérieur à Jean-Christophe Grangé.

Là, désolé, je n’ai pas marché, disons-le tout net, pour deux raisons majeures. La première tient au personnage d’Ilan, faible, versatile, parfois tellement naïf qu’il finit par en paraître stupide ; à part au début, où il avait de l’allure, y compris dans ses failles (qui peuvent, et font souvent apprécier un bon personnage), j’ai été incapable d’éprouver de l’empathie pour lui, et il m’a vite agacé.

Deuxième raison, mais c’est la plus importante : il s’agit de la fin. La révélation du « mystère ». Je l’avais devinée dans les vingt premières pages. Non, je ne suis pas un génie, hein. C’est surtout que certains des premiers indices sont flagrants, et que la construction elle-même d’un passage en particulier dévoile involontairement la vérité.
Pendant tout le roman, j’ai donc attendu LA surprise, voulu croire qu’il s’agissait d’une fausse piste grossière pour abuser des petits malins dans mon genre, qui croient tout comprendre avant tout le monde et se retrouvent ridicules quand le romancier sort, non pas un lapin, mais une girafe de son chapeau. Hélas, pas de girafe, pas même une autruche ou un flamand rose. C’est un lapin, tout ce qu’il y a de plus classique, tellement attendu que c’en est triste. Dans le chapitre final, l’explicitation de quelques détails et menus indices reste sympa, assez pour se dire : « Ah oui, bien vu ! » Mais dans l’ensemble, cela reste pauvre et décevant.

Voilà, j’ai dit ce que je pensais de ce Puzzle dont la belle couverture m’attirait autant que le pitch, et que j’aurais bien voulu apprécier. Franck Thilliez ayant un large réseau de fans dévoués, je sais que la plupart d’entre eux n’auront pas mes réserves et prendront plaisir à ce nouveau roman. Tant mieux pour eux, et tant pis pour moi !

Puzzle, de Franck Thilliez
Éditions Fleuve Noir, 2013
ISBN 978-2-265-09357-7
429 p., 20,90€


Une histoire d’hommes, de Zep

Signé Bookfalo Kill

Jusqu’en 1995, les Tricky Fingers étaient un jeune groupe français prometteur. Invité à Londres, dans une émission culte, le quatuor ne passera pourtant pas à l’antenne, le batteur faisant un mauvais trip au mauvais moment. Seul Sandro, le chanteur et leader charismatique de la formation, sort indemne de cette affaire. Il devient une immense star, tandis que ses anciens acolytes retournent à l’anonymat – Jibé travaille dans le surgelé, Franck dirige un restaurant et Yvan, le meilleur ami de Sandro, reste bloqué à ce stade de sa vie, surtout qu’Annie, son ex, est partie avec Sandro.
Dix-sept ans plus tard, les quatre amis se retrouvent tous ensemble pour la première fois à l’invitation de la rock-star, dans son gigantesque manoir. L’occasion de faire le point sur leurs existences, de se remémorer le bon vieux temps, mais aussi de solder quelques comptes…

Zep - Une histoire d'hommesRock’n’roll, sexe et drogue, amitié et trahison, célébrité ou rendez-vous manqué avec la gloire. Le refrain est connu, n’attendez pas de Zep la moindre révolution sur le sujet. Son histoire d’hommes reste dans les clous et ne cherche d’ailleurs pas à surprendre le lecteur.
C’est ailleurs que l’alchimie se réalise. Difficile à dire où et comment, en fait. Les personnages sont attachants en dépit des clichés qui les constituent en partie – le batteur bourrin, le bassiste discret, le chanteur charismatique… Le dessinateur parvient à leur insuffler quelque chose de personnel, d’intime, qui rend leurs retrouvailles drôles, touchantes, en un mot : justes.

Le découpage reste sage, trois cases par ligne au maximum, entrecoupées par des cases larges qui détaillent souvent un paysage, une ambiance, attrapent tous les personnages dans le cadre. Zep joue également avec des couleurs dominantes, toujours pastel, en fonctionnant par séquence : à chaque changement, une nouvelle teinte qui imprègne la scène. Le choix n’a pas forcément de sens, la couleur choisie ne reflète pas, en tout cas pas de manière flagrante, l’humeur des situations – et pourtant, là encore, cela fonctionne, créant des transitions à la fois fluides et évidentes.

Oui, Une histoire d’hommes demeure un peu pour moi une énigme. Si j’essaie de l’analyser, de la décortiquer, j’en vois la simplicité, les traits parfois un peu grossiers, les défauts (notamment dans la représentation des personnages féminins). Mais en la lisant sans réfléchir, j’en apprécie l’émotion, la tendresse et la douleur, la manière dont Zep saisit en douceur la sensibilité de ses héros, et je marche à fond.
Comme quoi, parfois, il vaut mieux débrancher le cerveau et laisser parler l’instinct. Au bout du compte, cela permet d’apprécier à leur juste valeur certains jolis rendez-vous.

Une histoire d’hommes, de Zep
Éditions Rue de Sèvres, 2013
ISBN 978-2-36981-001-8
62 p., 18€


Mauvaise étoile, de R.J. Ellory

Signé Bookfalo Kill

Rien n’aurait dû se passer comme cela. Earl Sheridan, condamné à mort en route pour une prison de Californie où l’attendaient le couloir de la mort et la potence, n’aurait jamais dû transiter par le centre de correction pour mineurs d’Hesperia ni rencontrer les demi-frères Elliott Danziger, dit Digger, et Clarence « Clay » Luckman, qui y végétaient en espérant ne pas finir plus mal.
Mais voilà, une tempête de neige s’en est mêlée, déroutant l’escorte de Sheridan jusqu’à Hesperia. Là, le tueur s’est libéré facilement puis évadé, prenant Digger et Clay en otage pour se lancer dans une longue cavale sanglante, de la Californie au Texas, dont les conséquences iront au-delà de tout ce qu’on peut imaginer…

Ellory - Mauvaise étoileÉpoustouflant. D’une maîtrise et d’une subtilité sidérantes. Violent, effroyable, poignant, bouleversant : Mauvaise étoile est tout cela à la fois, prouvant une fois de plus le talent singulier, la puissance hors normes de R.J. Ellory, le romancier britannique qui parle des États-Unis mieux que bien des écrivains américains.
Ayant bouclé sa « trilogie institutionnelle » sur les USA (Vendetta consacré à la Mafia, les Anonymes sur la C.I.A. et les Anges de New York sur le N.Y.P.D.), l’auteur du magnifique Seul le silence revient avec ce thriller tendu et sombre, qui gagne en intensité, en force et en suspense au fil de ses 535 pages que l’on dévore sans pause ni peine.

A l’instar d’Au-delà du mal de Shane Stevens, Mauvaise étoile pourrait même devenir un classique du roman intelligent sur les tueurs en série, tant son analyse des mécanismes du mal et de la violence s’avère fine et minutieuse. Ellory prend surtout le parti du réalisme, dépeignant avec précision, presque avec distance, les pires actes comme les échecs, les erreurs, les incompréhensions et les colères de ses criminels.
Si la violence est omniprésente dans ce polar – jamais sans doute autant de morts n’ont pavé les chemins ténébreux d’un de ses livres -, le romancier évite les pièges du sensationnalisme ou de la surenchère gratuite dans lesquels trop nombreux de ses confrères se laissent tomber sans grâce lorsqu’ils décident de mettre en scène un sociopathe criminel. Il reste toujours au niveau de l’humain, dans toute sa triste gloire, sa complexité faite de cruauté et de douceur, de mesquinerie et d’espoir.

On retrouve surtout la maestria d’Ellory pour camper des héros inoubliables. La démonstration est d’autant plus flagrante dans Mauvaise étoile que les personnages sont nombreux, et que le romancier leur accorde à tous le même intérêt, prenant le temps de détailler leur histoire, leur vie, même s’ils ne doivent apparaître que deux pages et trouver une fin aussi rapide qu’atroce entre les mains d’un meurtrier.
Certains, apparus comme de modestes seconds rôles, gagnent aussi en importance pour finir parmi les plus marquants du livre, à l’image de John Cassidy, le policier consciencieux qui ne surgit qu’à mi-roman, mais dont la voix et les réflexions semblent épouser celles de l’auteur lui-même en s’imposant peu à peu dans l’intrigue.

Immense roman sur la fatalité mais aussi sur la rédemption, brillante analyse de l’exercice du mal, Mauvaise étoile installe un peu plus R.J. Ellory, s’il en était besoin, parmi les incontournables d’aujourd’hui. Presque déjà un classique, en tout cas LE roman à ne pas rater cette année, pour ceux qui pensent que le grand polar est autant un style qu’une intrigue.

Mauvaise étoile, de R.J. Ellory
Traduit de l’anglais par Fabrice Pointeau
Éditions Sonatine, 2013
ISBN 978-2-35584-194-1
535 p., 22€


Le coeur des louves de Stéphane Servant

louvesJe viens à peine de refermer les pages de ce roman. Quel bouquin! Je ne sais même pas par où commencer pour vous vanter les mérites de ce livre.

Célia vit avec sa mère, Catherine, écrivain reconnue et renommée, femme volage et égocentrique. Pour terminer l’écriture de son dernier roman, Catherine décide de partir dans les montagnes, là où elle a grandit. Célia et sa mère s’installent alors dans la maison de Tina, la grand-mère de Célia, décédée quelques années plus tôt.

Tina avait une réputation sulfureuse, à la frontière entre folle et putain. Et même si elle n’est plus de ce monde, les villageois ne parlent pas à Célia et sa mère. Seule Alice, une amie d’enfance de Célia, renoue le lien distendu. Mais bientôt, plus rien ne sera comment avant.

Ce livre est formidablement bien écrit. Sombre, mais lumineux. Cependant, une question me revient sans cesse à propos de cet ouvrage. Pourquoi l’avoir publié en roman jeunesse? Parce que l’héroïne est une ado? Ca me paraît un peu « light » comme argument. Car le fond du roman est, comment dire, noir. Très noir. Inceste, description crue de l’acte sexuel, enfant battu, je vous passe les détails. Mais je tiens à vous rassurer, si le livre est dur, il n’en est pas moins fabuleux. Une fresque familiale sur trois générations où s’imbrique un secret qui remonte à des années et va conditionner le futur de chacun des membres du village. 

Un roman fort, à l’écriture poétique et poignante, où on se passionne pour l’histoire de ce village et de ces trois femmes, perdues dans les montagnes de leurs vies. 

Le coeur des louves de Stéphane Servant
Editions du Rouergue, 2013
9782812605581
542p., 17€50

Un article de Clarice Darling.