Archives de juin, 2017

A première vue, le retour des Cannibales !

Coucou, nous revoilà ! Si nous avons eu besoin de souffler ces derniers mois sur ce blog, nous n’avons pas cessé de lire pour autant ; simplement, le temps, l’envie et l’énergie ont manqué, et comme il n’y avait aucune raison de nous forcer, nous avons levé le pied, comptant sur votre compréhension – et, peut-être, votre fidélité – pour vous retrouver lorsque nous déciderions de nous y remettre.

Et quoi de mieux que le retour de la rubrique « à première vue » pour repartir ? Les habitués du blog savent de quoi il est question, pour les autres je rappelle la règle de ce jeu devenu un rituel de Cannibales Lecteurs depuis 2013. Ouvrant ses portes aux alentours de la fin juin et courant pendant une bonne partie de l’été, « A première vue » est une présentation partielle et totalement subjective de la prochaine rentrée littéraire. Partielle parce qu’il est impossible de tout évoquer, subjective parce que nous n’avons pas encore lu grand-chose des livres à paraître à partir de la mi-août.

Rentrée littéraireSauf contre-indication, c’est donc sur la seule foi des résumés, présentations des rentrées par les éditeurs et réputations des auteurs en présence que nous fondons ces textes, qui ne constituent en rien des critiques constructives ni des avis définitifs. Alors, si nous nous permettons parfois quelques coups de griffe ou plaisanteries de plus ou moins mauvais goût, n’oubliez jamais qu’il s’agit d’un exercice où la mauvaise foi et les a priori ont entièrement droit de cité. Libre à vous de ne pas être d’accord, et à nous de nous tromper – quitte à le reconnaître plus tard, après lecture (ou pas).

Quoi qu’il en soit, si quelque bon mot vous hérisse, pas la peine de monter sur vos grands chevaux ni de nous agresser (c’est déjà arrivé, d’où cette précision) : « à première vue » n’est pas un travail critique, juste un regard plus ou moins distancié sur ce drôle de cirque qu’est la rentrée littéraire. Et puis, vous êtes ici sur un blog, soit un lieu d’expression personnelle, notre lieu. Si vous voulez discuter, échanger, donner un avis contradictoire, vous êtes tous les bienvenus, du moment que vous le faites avec des arguments et non des insultes ; de notre côté, nous essaierons d’être toujours à l’écoute – quitte, encore une fois, à admettre publiquement nos erreurs ou préjugés. Mais pour la rubrique « à première vue », la liberté de ton est de mise, la volonté de s’amuser aussi, et il est hors de question d’y renoncer… Vous êtes prévenus !

Ceci posé, nous sommes heureux de vous annoncer que quelques gros coups de cœur sont déjà au rendez-vous, notamment d’auteurs chouchous des Cannibales (Timothée de Fombelle, Sorj Chalandon), et qu’il devrait y avoir de quoi se réjouir parmi les 581 romans annoncés. Une rentrée copieuse, certes (trop, comme chaque année, mais on ne va pas refaire le film), plus prometteuse néanmoins que l’année dernière sur le papier.
Rendez-vous très vite donc, et au plaisir de vous retrouver par ici !


Piste noire, d’Antonio Manzini

Signé Bookfalo Kill

Rocco Schiavone est un citadin pur souche. Un Romain, un vrai. La montagne, le grand air, les sports d’hiver, ce n’est vraiment pas son truc. Le voilà pourtant nommé sous-préfet à Aoste, une promotion qui a tout d’une punition – et c’est exactement ce qu’elle est. Si cette situation exaspère son caractère déjà naturellement odieux, voilà qu’un crime très sale vient s’ajouter à la liste de ses emmerdements : un type a été broyé par une dameuse sur une piste de ski.
Autant dire que les autochtones du Val d’Aoste vont très vite apprendre à découvrir le caractère de cochon du policier Schiavone – mais aussi son coup d’œil remarquable et sa clairvoyance redoutable…

Première enquête du sous-préfet Rocco Schiavone, Piste noire donne clairement envie de poursuivre la série. Antonio Manzini ne bouleverse pas le genre, mais il y ajoute une gueule, une vraie. Un personnage entier, drôle, joyeusement furibard et plein de surprises inattendues à mesure que l’on avance dans la lecture et que l’on en apprend plus sur lui. Déjà, planter un flic plus citadin tu meurs en pleine montagne, le faire patauger dans la neige en Clarks parce qu’il est hors de question qu’il s’abaisse à porter ces énormes chaussures de ski qui font ressembler les gens à des Yéti, ça fonctionne à plein régime.
Ensuite, Antonio Manzini l’entoure d’une belle galerie de personnages secondaires, que ce soit ses adjoints plus ou moins décérébrés ou les habitants du coin, qui lui donnent tous du fil à retordre. Puis le romancier pousse son héros loin dans ses retranchements ; sans trop en dire, disons qu’il lui confère une capacité à jongler avec les limites de la morale qui va beaucoup plus loin que ce qu’on pourrait imaginer – et ce qui nous donne une scène d’anthologie aux deux tiers du livre, avec une histoire de braquage qui tourne au rocambolesque le plus réjouissant.

Seul bémol néanmoins, Manzini glisse parfois vers des clichés qui ne font aucun bien aux stéréotypes sur les Italiens. Schiavone est excessivement macho, et ses considérations sur les femmes flirtent régulièrement avec le mauvais goût et la lourdeur. De même, les personnages féminins ne sont pas toujours servis comme ils le devraient, même si certaines protagonistes s’en tirent mieux que d’autres, laissant espérer du mieux pour la suite de la série.

Pour le reste, l’enquête est bien menée, poussée en avant par les déductions habiles de Schiavone, ainsi que par l’humour énergique qui préside à l’ensemble du récit. Bon galop d’essai, Piste noire ne demande qu’à être confirmé, dans une suite déjà parue et intitulé Froid comme la mort. On dirait que l’ami Rocco n’a pas fini de patauger dans la neige… et tant mieux !

Piste noire, d’Antonio Manzini
(Pista Nera, traduit de l’italien par Samuel Sfez)
Éditions Folio Policier, 2016 (première édition : Denoël, 2015)
ISBN 978-2-07-046753-2
291 p., 7,20€


L’enfant qui devint fou d’amour d’Eduardo Barrios

Barrios

C’est un joli livre délicat au titre mystérieux qui est tombé entre mes mains, il y a dix jours à peine. La quatrième de couverture le décrit comme un livre culte au Chili. Il me fallait me faire ma propre opinion.

Il s’agit du journal intime d’un jeune garçon âgé, je dirais, d’à peine plus de 12 ans. Il est éperdument amoureux de la belle Angelica, une amie de la famille, femme aussi belle que frivole et qui joue avec les sentiments du garçonnet. Mais sait-elle seulement ce qu’il ressent pour elle?

Au début, on sourit à l’écriture touchante et naïve de cet enfant, la description de ses sentiments et de son état physique. Il aime rendre visite à Angelica mais n’ose lui parler de peur de lui avouer son amour. On le dit timide, effacé. Il est simplement amoureux.

Mais lorsqu’il comprend qu’Angelica a un prétendant, la jalousie le gagne. Le manque d’appétit, la peur de la perdre. Et il s’enfonce petit à petit dans la folie quand il découvre que sa belle a donné sa main à ce Jorge, ce « type ».

L’enfant qui devint fou d’amour est tout en poésie, en délicatesse. L’écriture est un délice, la traduction de François Maspero y est pour beaucoup. Écrit au début du 20ème siècle, ce texte, toujours d’actualité, résonne comme un cri éperdu de l’enfance à l’âge adulte.

(Ce texte est suivi d’une nouvelle épistolaire intitulée « Pauvre laid! » où deux cousines écrivent à leur cousin plus âgé pour lui raconter la venue d’un nouveau à la pension. S’il est très gentil, il n’en est pas moins fortement laid. Et les cousines, l’une diablotine, l’autre angélique, ne vont pas l’épargner. Jusqu’au moment où…)

L’enfant qui devint fou d’amour d’Eduardo Barrios
La fosse aux ours
978 2 912042057
91p., 13€20

Un article de Clarice Darling.