Articles tagués “club

Badroulboudour, de Jean-Baptiste de Froment

Éditions Aux Forges de Vulcain, 2021

ISBN 9782373050929

212 p.

18 €


Antoine Galland se retrouve un jour dans un hall d’aéroport, en partance pour un club de vacances en Égypte. Madeleine, sa femme, l’a quitté et, pour les vacances, lui a confié leurs deux petites filles.
Antoine a bien besoin de vacances. Il reste éprouvé par son divorce, mais aussi par l’agitation de ces derniers mois, où lui, l’homme discret, maladroit, féru de littérature arabe, s’est retrouvé, bien malgré lui, embrigadé dans une grande opération de communication du jeune Président de la République, Célestin Commode, qui, cherchant la synthèse parfaite pour réconcilier villes et banlieues, jeunes et vieux, modernes et réactionnaires, en même temps qu’une astuce pour relancer la diplomatie arabe de la France, a décidé de remettre au goût du jour Antoine Galland, l’illustre homonyme de notre héros, et traducteur des célèbres
Mille et une nuits.
Mais notre Antoine, dans ce club de vacances, se retrouve pris dans un jeu mystérieux qui consiste à identifier, cachée parmi les vacanciers, la femme parfaite : Badroulboudour.


Je suis très admiratif des auteurs capables de rassembler en deux cents pages à peine un nombre considérable d’informations, de strates de lecture et de considérations pertinentes sur la vie, tout en donnant l’impression de s’amuser follement – et en transmettant ce plaisir à son lecteur avec la plus grande générosité.

C’est le pari tenté et relevé haut la main par Jean-Baptiste de Froment pour son deuxième roman (après État de nature, paru en 2019 aux Forges de Vulcain). Un pari tout entier contenu dans son titre, à la fois exotique, chantant et énigmatique – en tout cas, pour toute personne qui, comme moi, ne connaît rien ou presque des Mille et une nuits.
Badroulboudour est le véritable nom de la princesse dont s’éprend Aladdin dans le conte éponyme. Badroulboudour, et non Jasmine, ainsi que le fait croire le dessin animé Disney depuis 1993 (le fameux studio aux grandes oreilles n’en étant pas à son coup d’essai lorsqu’il s’agit de simplifier et d’édulcorer des histoires beaucoup plus complexes que leur transcription pour bambins sur grand écran, cf. en vrac Peter Pan, Bambi ou La Reine des neiges, entre autres).

J’avoue sans honte que je l’ignorais. Je savais, en revanche, qu’Aladdin n’était pas un authentique conte des Mille et une nuits, tout comme Ali Baba et les quarante voleurs. Mais j’ignorais – encore – que ces deux histoires, et d’autres du célèbre recueil, étaient l’œuvre de leur découvreur et traducteur français, Antoine Galland.
Après avoir dévoré le roman de Jean-Baptiste de Froment, me voici désormais beaucoup plus savant sur ce sujet, d’autant plus que le romancier nous embarque dans cette grande page de la littérature avec légèreté et simplicité, sans jamais donner l’impression d’étaler sa science.

Il en résulte un roman érudit, ce qui ne signifie pas pour autant pompeux ou ennuyeux, arrogant ou condescendant. Que nenni, mes bons amis ! Au contraire, Jean-Baptiste de Froment ne perd jamais de vue son objectif romanesque : raconter une bonne histoire, et toujours faire en sorte que celle-ci avance dans la bonne humeur, tout en se nourrissant mine de rien de l’intelligence et de la richesse de son contenu.
En concevant cette intrigue d’homonyme contemporain, et en balançant notre pauvre Antoine Galland d’aujourd’hui dans le Kloub, succédané affligeant de club de vacances façon Bronzés, il arrime son intrigue du côté de la comédie, qu’il émaille d’un humour discret mais constant, d’une ironie délicieuse et d’un sens réjouissant de la dérision. Et s’offre le plaisir d’une petite galerie de personnages croquignolets, des petites filles tornades du héros à l’insupportable animateur en chef en passant par le meilleur ami lourdingue.

Jean-Baptiste de Froment y ajoute naturellement :
– une observation sociologique qui ne manque pas de piquant (le cadre du club de vacances est particulièrement bien exploité),
– un regard rapide mais stimulant sur l’orientalisme,
– un ravissant coup de griffe contre l’opportunisme des récupérations politiques (Antoine Galland premier du nom est choisi par le Président de la République pour entrer au Panthéon, dans l’objectif de « rassembler la Nation »),
– ou encore une jolie réflexion sur la porosité entre la réalité et la fiction, mise en abyme dans le roman même puisque certains rebondissements sèment le doute au point qu’on ne sait plus ce qui est vrai ou non sur les conditions dans lesquelles Les Mille et une nuits nous sont parvenues…

Oui, oui, tout ça ! Et en seulement deux cents pages.
Comme quoi, comme dirait une célèbre publicité caféinée, ce n’est pas la peine d’en rajouter.

Bon, donc, si je résume, nous avons : de l’esprit, de l’humour, de l’intelligence, de l’érudition, de la dérision, du mystère, du suspense, un soupçon de machiavélisme, et un joyeux coup de folie en guise de final (je ne vous en dis évidemment pas plus). Le tout s’intitule Badroulboudour, et constitue un véritable graal de librairie : un livre à la fois drôle, léger (au sens le plus pétillant du terme), éclairant et pertinent.
Bref, à ne pas manquer !

P.S. : ah oui, une dernière chose ! Badroulboudour est aussi une jolie histoire d’amour. Même si on ne le comprend pas tout de suite… mais cela ne gâche rien, au contraire !


La Septième fonction du langage, de Laurent Binet

Signé Bookfalo Kill

Le 25 février 1980, Roland Barthes, éminent critique littéraire et sémiologue, professeur au Collège de France, est renversé dans la rue par une camionnette de blanchisserie. Il meurt un mois plus tard des suites de ses blessures.
Et si ce n’était pas un accident ?
Mandaté pour éclaircir le mystère de cette mort trop rocambolesque pour être honnête, le commissaire Jacques Bayard, des Renseignements Généraux, s’adjoint les services de Simon Herzog, jeune chargé de cours à la bouillante université de Vincennes, pour le guider dans les méandres complexes de la sémiologie, de la linguistique et de la philosophie moderne. L’affaire se corse quand on découvre que Barthes, qui sortait le jour de l’accident d’un déjeuner avec François Mitterrand, candidat aux élections présidentielles, portait vraisemblablement sur lui un document ultra-sensible, au sujet d’une hypothétique septième fonction du langage (après les six définies par le linguiste américain Roman Jakobson), capable de convaincre n’importe qui de n’importe quoi. Un document qui, bien entendu, a disparu, mais auquel nombre de gens inquiétants s’intéressent de très près…

Binet - La Septième fonction du langageLaurent Binet est un malin. Je dirais même plus, un roublard. Le sujet dont il s’empare dans ce gros roman étant d’une grande complexité, il a imaginé de l’emballer dans la trame d’un roman policier échevelé, dont l’enquête est confiée à un policier mal dégrossi, ancien de la guerre d’Algérie, pas du tout armé pour affronter un sujet aussi opaque que la sémiologie, et à un jeune homme compétent mais naïf. Leurs regards croisés épousent naturellement celui du lecteur, pas forcément plus au fait des enjeux évoqués ici. Et ça marche à plein régime.
La Septième fonction du langage est un roman prenant, facile à lire (en dépit de certains développements trapus, mais que Binet, qui a bien et beaucoup travaillé, parvient toujours à rendre limpides), très rythmé et souvent d’une grande drôlerie. Surtout que le romancier ne se contente pas de se plonger dans les travaux de Barthes et consorts, mise en perspective d’une drôle de période intellectuelle qui, en soi, serait déjà intéressante ; il assortit sa réflexion d’un regard affûté sur l’époque de l’intrigue, cernant l’atmosphère et les enjeux de l’année 1980 avec talent.

Au fil de récits de fêtes, de rencontres, de colloques, de beuveries ou coucheries diverses, Laurent Binet émaille ainsi son texte de références précises, de citations de journaux télévisés, d’articles de presse, et met en scène avec gourmandise une impressionnante galerie de personnalités, qu’il prend souvent un malin plaisir à égratigner.
Sollers, vantard superficiel et insupportable, prend souvent cher (et on s’en réjouit !!!) ; mais les autres ne sont pas épargnés, de la froide et calculatrice Julia Kristeva à l’opportuniste BHL en passant par l’extraverti et arrogant Michel Foucault ou l’énigmatique Umberto Eco, sans oublier Giscard d’Estaing, alors Président, en grand bourgeois dédaigneux, ou Mitterrand, roquet amer luttant contre la spirale de la défaite, tous en prennent pour leur grade dans une comédie irrévérencieuse qui, rien que pour cela, fera beaucoup parler d’elle lors de cette rentrée littéraire.

La Septième fonction du langage est un roman d’une fraîcheur insolente, qui déconstruit avec férocité toute une époque au fil d’un jeu littéraire enlevé, plein de mystères et de mises en perspective. Un roman, surtout – et ce n’est pas la moindre de ses prouesses -, qui réussit le renversement ultime : celui de traiter par le romanesque le plus frénétique un mouvement intellectuel qui méprisait le romanesque. Un petit chef d’œuvre d’ironie, en somme.
Bref, vous l’aurez compris, La Septième fonction du langage est un livre ambitieux, intelligent et accessible, à coup sûr l’un des plus joyeux et intéressants de la rentrée. A ne pas manquer !

La Septième fonction du langage, de Laurent Binet
  Éditions Grasset, 2015
ISBN 978-2-246-77601-7
495 p., 22€


Quelques romans pour les petits (2)

Signé Bookfalo Kill

Toujours en panne d’inspiration pour vos enfants ? Voici trois nouvelles chroniques de romans à destination de lecteurs un peu plus grands (8-11 ans).

Oster - Le Principal problème du prince PrudentLe Principal problème du prince Prudent, de Christian Oster, illustrations d’Adrien Albert
Éditions Ecole des Loisirs, coll. Mouche, 2014
ISBN 978-2-211-21671-5
51 p., 7,50€

Le prince Prudent, le bien nommé, se méfie de tout, y compris des jeunes filles que ses parents lui présentent afin qu’il se marie. Malheureusement, aucune n’est assez prudente à ses yeux. Jusqu’au jour où une certaine princesse Prudence se présente au château. Avec un prénom pareil, ils ne peuvent que s’entendre à merveille ! Sauf que Prudence est tout sauf prudente… Alors, lorsqu’un géant l’enlève sous ses yeux, le prince Prudent n’écoute prudemment que son courage et se lance prudemment à la poursuite du ravisseur.

Mon avis : avec son prince trouillard, ainsi que son écriture drôle et gentiment ironique, Christian Oster signe un joli petit bijou d’humour ! Un petit roman d’aventure et d’amour pas nunuche pour un sou, à partir de 7-8 ans.

Le Club de la Pluie au pensionnat des mystères, de Malika FerdjoukhFerdjoukh - Le Club de la pluie au pensionnat des mystères
Éditions École des Loisirs, coll. Neuf, 2014
ISBN 978-2-211-21790-3
82 p., 8,50€

En entrant au pensionnat des Roches-Noires, à Saint-Malo, Rose ne s’attend pas à vivre de folles aventures. Et pourtant, avec ses nouveaux amis Nadget, la jolie coquette à la tête bien faite, et Ambroise, le fils du concierge toujours suivi par son chien Clipper, elle va devoir résoudre de drôles de mystères.
Qui est enfermé dans la haute tour de l’internat, au point de devoir envoyer des messages d’appels à l’aide par la fenêtre ? Et qui est coupable de tous ces vols à Saint-Malo ? Ensemble, les trois amis mènent l’enquête.

Mon avis : deux enquêtes, L’Énigme de la tour et Le Voleur de Saint-Malo, sont réunies dans ce volume. Deux histoires brèves, dynamiques et pleins d’humour, dont les petits héros, hyper attachants, font preuve de débrouillardise et de solidarité. Un petit côté Club des Cinq moderne, pour les amateurs de roman policier en culottes courtes, à partir de 9-10 ans.

Turoche-Dromery - Martin gaffeur tout-terrainMartin, gaffeur tout-terrain, de Sarah Turoche-Dromery
Éditions Thierry Magnier, 2014
ISBN 978-2-36474-445-5
96 p., 6,90€

Martin est une catastrophe ambulante. Tout ce qu’il fait, même lorsqu’il est bien intentionné, se transforme immanquablement en gaffe ou en bêtise. Alors, quand il doit prendre l’avion avec son frère Sam pour rejoindre leurs parents en Italie et assister au mariage de leur cousin Angelo, c’est une véritable tornade d’ennuis qui s’abat sur les frangins…

Mon avis : sous ses côtés amusants, ce petit roman rythmé raconte de jolies choses sur la différence, la difficulté d’être frères, ou l’adolescence dans toute sa splendide complexité. Mais c’est surtout une succession d’aventures plus folles et rocambolesques les unes que les autres, qui réjouiront les jeunes lecteurs, à partir de 10 ans.