Archives de avril, 2013

Roi mon père d’Olivier Sebban

roiUn père enlève ses deux petits garçons et les emmène vivre dans la montagne, aux confins des frontières françaises. Suite à un divorce douloureux et une décision de justice, le père, fou de douleur, développe un plan machiavélique et soustrait ses enfants au monde. Olivier Sebban s’inspire très largement de l’histoire de Xavier Fortin et ses deux fils. Après 11 ans de clandestinité, un témoignage anonyme conduira à l’arrestation du père. 

L’auteur présente ici une, peut-être deux années d’une vie dans la montagne, dénués de tout. Les personnages sont peu nombreux. Le père, le vieux (un voisin), les deux enfants (Paul et Jude) et une femme, qui dénoncera le père. Eve en quelque sorte. On assiste petit à petit au délire paranoïaque du père qui cherche à tout prix à protéger son secret et ses enfants. 

Si l’histoire est intéressante, je n’ai pas du tout apprécié le style, aux grandes envolées lyriques trop écrites et très ampoulées. Je me suis ennuyée. Je peux donc passer à autre chose!

Roi mon père d’Olivier Sebban
Editions du Seuil, 2013
9782021092738
168p., 17€

 

Un article de Clarice Darling


Nuit blanche au lycée, de Fabien Clavel

Signé Bookfalo Kill

A l’origine, ce week-end, Lana devait le passer en amoureux avec Jérémie, son petit ami venu spécialement de Hongrie pour la voir. Sauf que voilà, il a fallu qu’elle se fasse coller ! Bloquée au lycée en ce samedi après-midi, avec pour seule compagnie l’homme de ménage et la gardienne, l’adolescente parvient à faire entrer Jérémie, histoire de rendre la punition moins pénible à supporter.
Mauvaise idée : les deux tourtereaux ne tardent pas à découvrir qu’une poignée de miliciens surarmés ont investi les lieux. Pris au piège, ils vont devoir tout faire pour leur échapper, tout en essayant de découvrir la raison de leur présence…

Clavel - Nuit blanche au lycéeAlors là, pour du thriller, c’est du thriller ! Sens du rythme, style énergique et personnages solidement campés en quelques mots : Fabien Clavel, par ailleurs auteur prolifique de S.F. et de fantasy, a tout compris aux règles du genre, et il les applique avec bonheur. C’était déjà le cas dans Décollage immédiat (Rageot Thriller, 2012), qui mettait en scène Lana Blum pour la première fois ; mais ce précédent roman, bien que haletant, était lesté de trop d’invraisemblances pour être totalement convaincant.

Tout fonctionne à merveille dans Nuit blanche au lycée, sorte de Die Hard pour ados – avec tout ce que cela comporte : des méchants très hargneux, des traîtres et des héros inattendus, des effets spéciaux, un peu d’humour et beaucoup d’action pour emballer une histoire simple et efficace.
Si le scénario peut paraître « énorme » sur le papier, Clavel le tient cette fois fermement encadré dans les limites du vraisemblable, et c’est là toute la différence. On y croit, on s’attache à Lana, on souffre avec elle (il faut dire qu’elle encaisse sévère) et ses compagnons d’infortune, et on tourne les pages à toute vitesse pour savoir s’ils vont s’en sortir, et comment…

Dans l’esprit de l’excellente série Cherub, Nuit blanche au lycée est un polar explosif et addictif, facile d’accès et donc susceptible de plaire à tous les ados, même ceux qui se montrent rétifs à la lecture – car comment résister au caractère bien trempé de Lana ?

A partir de 11-12 ans.

Nuit blanche au lycée, de Fabien Clavel
Éditions Rageot, collection Thriller, 2013
ISBN 978-2-7002-4311-6
198 p., 9,90€


Le Tueur hypocondriaque, de Juan Jacinto Munoz Rengel

Signé Bookfalo Kill

Monsieur Y. trimballe tout un tas de maladies plus compliquées, rares et handicapantes les unes que les autres, contre lesquelles il lutte par un soin constant et obsessionnel de sa personne. En soi, c’est déjà un problème. Dans son cas, ça l’est encore plus : il est tueur à gages. Pas facile de mener à bien ses missions quand on est convaincu qu’on va mourir du jour au lendemain – et surtout quand la cible, Eduardo Blaisten, prend un malin plaisir à échapper à toutes ses tentatives de meurtre grâce à un mélange de chance insolente et d’inconscience totale…

Munoz Rengel - Le Tueur hypocondriaqueVous l’aurez compris à la lecture de ce résumé, ce polar espagnol se distingue en jouant la carte parodique, reposant sur un paradoxe humoristique contenu tout entier dans le titre. Plus bizarres et loufoques les unes que les autres, les différentes tentatives de ce Tueur hypocondriaque pour abattre sa cible rappelleront aux cinéphiles quelques grands moments similaires d’Un poisson nommé Wanda, lorsque le personnage interprété par Michael Palin essaie désespérément de tuer une vieille dame, et n’arrive qu’à éliminer un par un ses petits chiens.

Juan Jacinto Munoz Rengel ajoute à ces mésaventures drolatiques une dimension littéraire inattendue mais bien trouvée. En effet, à intervalles réguliers, Monsieur Y., narrateur de son histoire, évoque de célèbres figures du monde des lettres et de la philosophie (Voltaire, Kant, Lord Byron, Molière…), qui furent eux aussi de fameux malades et/ou hypocondriaques, et dont certains éléments de biographie offrent de troublants points communs avec la destinée du héros.
Le romancier en nourrit même son intrigue, puisqu’il arrive régulièrement à son héros de se retrancher derrière ces exemples édifiants pour justifier son propre état, sa conduite, ou identifier ses propres maux.

Après une entrée en matière un peu laborieuse, le temps de cerner le personnage et d’appréhender la structure du roman, Le Tueur hypocondriaque adopte un rythme enlevé qui colle bien à la fantaisie du sujet : chapitres courts, nombreuses péripéties, style efficace (bien qu’affligé de quelques lourdeurs, peut-être plus dues à la traduction qu’à l’écriture originale).
Revers de la médaille, on survole l’ensemble, dont la chute laisse un léger goût d’inachevé – la faute à un ultime chapitre qui boucle la boucle, certes, mais d’une manière un peu rapide ; lesté qui plus est d’une phrase énigmatique qui m’a déconcerté, empêché de trouver une conclusion satisfaisante à cette histoire.

Loin d’être inoubliable ou bouleversant, voici néanmoins un polar plaisant, léger et décalé, à l’image de sa couverture. Pour amateurs d’étrangetés rigolotes à croquer sans se prendre la tête.

Le Tueur hypocondriaque, de Juan Jacinto Munoz Rengel
Traduit de l’espagnol par Catalina Salazar
Éditions les Escales, 2013
ISBN 978-2-36569-044-7
231 p., 21,50€


Paris Haute Couture (sous la direction d’Olivier Saillard et Anne Zazzo)

parisUn conseil, si vous passez à Paris avant juin 2013 et que vous aimez la mode, allez voir l’exposition Paris Haute Couture. De préférence en matinée pour éviter la foule. Les pièces présentées sont originales, les explications claires et limpides, la scénographie est vraiment pas mal. Aussi, je suis repartie avec le catalogue de l’exposition sous le bras.

Du 19ème siècle et les prémices de la haute couture jusqu’aux années 2000, l’ouvrage nous explique de façon chronologique, la mode et son évolution. Les noms des plus grands couturiers sont là, de Paul Poiret à Yves Saint-Laurent en passant par Elsa Schiaparelli, le tout très richement illustré de photographies d’époque, de clichés des vêtements et des dessins des artistes. Les articles, bien qu’un peu ampoulés, sont compréhensibles et nous font évoluer dans un univers magique. Vous saurez tout sur la broderie des années 20, la naissance d’un parfum de Dior et la haute couture sous l’Occupation.

Un ouvrage à offrir ou à s’offrir, pour toute personne intéressée par l’histoire sous toutes ses coutures!

Paris Haute Couture sous la direction d’Olivier Saillard et Anne Zazzo. 
Editions Skira Flammarion 2013
9782081286054
280p., 39€90

Un article de Clarice Darling.


Rêve général, de Nathalie Peyrebonne

Signé Bookfalo Kill

Devant la France entière, un footballeur renonce à tirer le pénalty décisif pour la victoire de son équipe et rentre tranquillement aux vestiaires.
Une conductrice de métro abandonne sa rame à quai et part se promener dans les rues de Paris. Ce même matin, Le Premier Ministre décide de rester au lit plutôt que d’enchaîner les réunions. Un professeur au collège quitte sa classe en plein cours.
Et, comme ces personnages, et d’autres encore, c’est toute la France qui, petit à petit, renonce à travailler, à suivre le train-train, pour emprunter des chemins de traverse et recommencer à se faire surprendre par la vie – décrétant, sans concertation, un état de rêve général…

Peyrebonne - Rêve généralQui n’a pas rêvé de tout plaquer, de tailler la route, de changer de vie, au moins pour quelques heures, quelques jours volés à la routine ? Nathalie Peyrebonne s’empare avec bonheur de cette idée familière. Avec tendresse et humour, elle croque des personnages à hauteur d’homme, qui donnent corps à leur lassitude ordinaire pour mieux s’en évader, en toute simplicité, héros anonymes du quotidien ou figures chargées de responsabilité.
Insensiblement, le récit tourne à la fable, se teinte légèrement (mais pas trop) de politique, en confrontant notre pays gentiment arrêté à un Président hystérique et colérique – tiens tiens… -, dont le credo sans cesse martelé est la « valeur travail », la France qui se lève tôt – la formule ne figure pas dans le livre mais elle est là, tapie au détour de notre inconscient collectif et des vociférations hypocrites du dirigeant.

Au pragmatisme, au capitalisme, aux discours creux, Nathalie Peyrebonne oppose une écriture rêveuse, louvoyante, qui saisit au vol les songes, les désirs secrets, les évasions mentales. On croise un bon génie jailli d’une bague, on y voit les gardes républicains transformer les guérites de surveillance à l’entrée de l’Élysée en boîtes aux lettres géantes pour doléances improvisées, on s’amuse d’un professeur sérieux qui se métamorphose en entarteur amateur, on s’interroge sur l’opportunité de préparer ou non une tourte médiévale avec des carottes beaucoup trop oranges…
L’auteur exhume également d’un oubli injuste Ferdinand Lop, l’homme qui voulait prolonger le boulevard Saint-Michel jusqu’à la mer et délocaliser Paris à la campagne, pour réduire le stress des habitants de la capitale. Tout un symbole, utopiste et humoristique, qui résume à lui seul la philosophie du livre.

Premier roman attachant au titre évocateur, Rêve général se garde heureusement du nombrilisme ordinaire à la française tout en étant connecté à notre réalité morose. Nathalie Peyrebonne y scrute les fissures de l’époque et y engouffre nos désirs d’autre chose, avec légèreté. Un livre dans l’air du temps, malin et poétique, qui fait du bien et donne envie de rêver.

Alors, et si on prenait le temps, nous aussi ?

Rêve général, de Nathalie Peyrebonne
Éditions Phébus, 2013
ISBN 978-2-7529-0816-2
153 p., 13€


Luther : l’alerte, de Neil Cross

Signé Bookfalo Kill

John Luther est un flic hors normes. Grand par la taille, ce géant noir l’est aussi par ses compétences, que tous s’accordent à trouver remarquables. Mais il est aussi dévoré par l’empathie qu’il éprouve pour les victimes, au point d’en perdre le sommeil et la tranquillité. Epuisé, rongé par le côté sombre de l’âme humaine auquel il est confronté chaque jour, il se tient lui-même sur le fil de la violence, jouant sans cesse avec les limites de la loi et de ce que peuvent supporter ses proches – surtout sa femme, Zoé.
Lorsqu’un tueur effroyable massacre un couple et arrache à la femme le bébé qu’elle avait dans le ventre, Luther s’apprête autant à lutter contre un monstre insaisissable que contre lui-même…

Cross - Luther l'alerteCela fait un moment que j’entends dire le plus grand bien de Luther, la série de la BBC dans laquelle Idris Elba incarne avec maestria, paraît-il, le personnage-titre. Avant même d’avoir eu le temps d’y jeter un coup d’oeil, j’ai donc opté pour la lecture de ce roman qui vient de paraître, écrit par le créateur de la série après l’avènement de cette dernière, et qui en raconte un épisode indépendant (un prequel, d’après l’éditeur).
Première chose qui saute aux yeux : Neil Cross est bien scénariste. Son écriture, déroulée au présent de l’indicatif et extrêmement factuelle, est dépourvue de style, efficace avant tout. Elle véhicule beaucoup de détails visuels qui pourraient être signifiants dans un film, mais ne le sont pas dans un roman. Paradoxalement, certains dialogues, qui auraient pu être rédigés, sont juste rapportés de manière indirecte, expéditive et neutre. En résumé, ne lisez pas Luther : l’alerte pour la plume de l’auteur, elle est d’une platitude affligeante.

L’histoire, quant à elle, est prenante comme un bon thriller, et doit beaucoup à la personnalité complexe de son héros, dont Neil Cross reconnaît, dans ses remerciements, qu’elle doit beaucoup à l’incarnation à l’écran d’Idris Elba – et l’on revient, inlassablement, à la prééminence de la série sur le roman.
Bon thriller, donc, mais pas plus. Le tueur est un dingue psychopathe dont la folie remonte à l’enfance, les personnages (bien campés dans l’ensemble) se déchirent dans l’atmosphère crépusculaire d’un Londres inquiétant, la presse s’en mêle, et quelques intrigues secondaires viennent offrir des respirations plus ou moins intéressantes au fil narratif principal.
Rien d’original ni de bouleversant, ce qui fait de Luther : l’alerte une sorte de méga-épisode de série télé, dans la norme, ni plus ni moins.

Bref, un polar que l’on lit vite et jusqu’au bout parce qu’il est facile et efficace, mais qui n’apporte rien au genre. J’espère que, comme des gens de goût me l’ont laissé entendre, la série vaudra mieux que cela.

Luther : l’alerte, de Neil Cross
Traduit de l’anglais par Renaud Morin
Éditions Belfond, 2013
ISBN 978-2-7144-5301-3
346 p., 20,50€