Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

A première vue : la rentrée Gallmeister 2018

Petite maison devenue grande : Gallmeister, éditeur français de référence en littérature américaine, fait désormais partie du paysage et figure parmi les incontournables de la rentrée. Une tendance qui se vérifie par son propre positionnement par rapport à l’événement, puisqu’il aborde pour la première fois ce passage obligé en essayant de gommer la distinction historique entre polars et romans de littérature générale, et en entourant ses livres de jaquettes colorées, assez semblables à l’habillage des titres de Totem, sa collection de poche. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour lui…
Sinon, après avoir été échaudé à plusieurs reprises récemment par des parutions de la maison (Une histoire des loups d’Emily Fridlund, Idaho d’Emily Ruskovich, My absolute darling de Gabriel Tallent), on attendra d’avoir lu avant de s’exciter.

Whitmer - EvasionDOUZE HOMMES EN COLÈRE : Évasion, de Benjamin Whitmer
(traduit de l’américain par Jacques Mailhos)
Depuis Pike, le premier roman de Whitmer, Gallmeister est à fond derrière cet auteur brut de décoffrage, à l’univers noir de chez noir. Ce troisième livre s’annonce épique : le soir du réveillon 1968, douze hommes s’évadent de la prison d’Old Lonesome, en plein Colorado. La traque se met aussitôt en branle, convoquant les gardiens de la prison, un pisteur de génie, des journalistes avides de sensations fortes, et d’autres personnages liés aux évadés… Ajoutez à ce décor une nuit glaciale bientôt balayée par le blizzard, et vous aurez tout ce qu’il faut pour vous agiter le palpitant.

Glass - Une maison parmi les arbresMAX ET LES MAXIMONSTRES : Une maison parmi les arbres, de Julia Glass
(traduit de l’américain par Josette Chicheportiche)
Gallmeister continue d’explorer le catalogue (apparemment plus ou moins abandonné, puisqu’il n’y a plus eu aucune parution depuis octobre 2017) des éditions des Deux Terres. Après Jim Lynch en début d’année, c’est au tour de Julia Glass de rejoindre les rangs, avec l’histoire d’un auteur à succès de livres pour enfants qui, à sa mort, lègue sa propriété et son patrimoine à sa fidèle assistante pendant quarante ans. Tomasina va néanmoins découvrir qu’elle ne connaissait peut-être pas si bien l’homme dont elle a été la confidente pendant si longtemps…

Zahler - Les spectres de la terre briséePLUGFORD UNCHAINED : Les spectres de la terre brisée, de S. Craig Zahler
(traduit de l’américain par Janique Jouin-de Laurens)
Mexique, été 1902. Deux sœurs kidnappées sont forcées à la prostitution dans un bordel clandestin au cœur des montagnes. Leur père, John Lawrence Plugforde, se prépare à les chercher et à les venger avec ses deux fils et trois acolytes – un esclave affranchi, un Indien as du tir à l’arc, et le spectral Long Clay, incomparable pro de la gâchette. La confrontation dans les bas-fonds de Catacumbas s’annonce sanglante… Ça sent le bon western qui secoue et qui tache.

Carpenter - Onze joursAMERICAN WAR : Onze jours, de Lea Carpenter
(traduit de l’américain par Anatole Pons)
Pennsylvanie, mai 2011. Susan apprend que Jason, son fils unique engagé dans les forces spéciales en Afghanistan, est porté disparu. Cette femme forte et dynamique, habituée aux hautes sphères politiques, se trouve désemparée face à l’attente interminable de nouvelles. Elle se plonge dans les lettres envoyées par son fils et cherche à comprendre les raisons de son engagement.


On lira sûrement :
Évasion, de Benjamin Whitmer

On lira peut-être :
Les spectres de la terre brisée, de S. Craig Zahler
Une maison parmi les arbres, de Julia Glass


Publicités

2 Réponses

  1. Je ne me fais pas au changement de jaquettes ! J’ai toujours eu un faible pour leur anciennes, toutes noires ou toutes blanches, ou les nouvelles, avec des dessins… Pour « Idaho » et « My absolute darling », tu me douches froid, parce que je les ai positionné dans la PAL à lire pas trop tard, si pas en urgence !! :lol: Ok, il fait chaud et la douche froide est la bienvenue, mais tout de même :p

    4 juillet 2018 à 19:42

    • Ah bah tiens, j’avais oublié ce commentaire en route… Au sujet des jaquettes, d’un côté elles sont cohérentes avec la nouvelle charte graphique des Totem, d’un autre elles font perdre de son identité à l’éditeur, à mon avis. Effectivement, on reconnaissait tout de suite une couverture Gallmeister à sa charte précise et sobre ; là, on risque d’aller davantage vers le tout-venant, de se perdre dans la masse. En même temps, je crois que c’est un peu ce que recherche l’éditeur, d’élargir son public en même temps que son offre…
      « Idaho », je me suis vraiment ennuyé tout de suite et je ne suis pas le seul. Mais d’autres ont beaucoup aimé, à ce que j’ai vu sur certains blogs estimables… donc, à toi de voir ! Quant à « My absolute darling », c’est bien, assez impressionnant pour un premier roman, mais je trouve que ça ne méritait pas forcément l’énorme battage médiatique dont il a bénéficié, sans parler des distinctions qu’il a reçues. Et le livre est rude, pesant, parfois glauque, ce qui n’a pas été assez dit sans doute dans la presse, car j’ai eu des clients plutôt désarçonnés, voire révulsés, faute d’avoir été assez prévenus sur cet aspect du roman.
      Bon, ça, je crois que ça te ne fera pas plus peur que cela, et ce bouquin pourrait très bien te plaire, je pense ;-) Je me lasse aussi un peu de cette littérature américaine, l’Amérique profonde, la misère intellectuelle et sociale, ce côté poisseux et souvent dénué d’espoir, ce n’est plus trop mon truc… donc ne méjuge pas ce livre à cause de moi, tu risquerais de rater un truc ;-)

      22 juillet 2018 à 09:09

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s