Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Catharsis de Luz

catharsisAprès un grave traumatisme, les pédo-psychiatres font travailler les enfants à base de jeu et de dessin. Luz est un grand enfant et il a cherché à comprendre et panser ses blessures à travers cet album.

Luz commence son dessin par la page blanche. Dessiner l’indicible, comment est-ce possible? Et puis, vient ce petit personnage. Un mini-Luz, aux yeux exorbités. Des yeux qui ont vu l’innommable, même s’il dit ne pas avoir vu grand chose. Ce petit bonhomme, c’est un concentré d’angoisse, de colère, de reproche aussi. Luz était en retard le jour de la tuerie.

Catharsis, c’est l’espoir de surmonter le chagrin, c’est l’envie de comprendre envers et contre tout. C’est le remord permanent, la peur lancinante. Et c’est l’amour incommensurable pour Camille, sa compagne.

Cet ovni, car ce n’est ni une BD, ni un essai, retrace l’après-Charlie. Les retrouvailles entre deux vieux copains, Luz et le dessin, dont la rencontre se fait sur le papier. Un ouvrage bourré d’angoisses, de peur, mais lumineux aussi, car l’humour et l’amour triomphent, quoi qu’il arrive.

Catharsis de Luz
Éditions Futuropolis, 2015
9782754812757
126 p., 14€50

Un article de Clarice Darling.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s