Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Depuis le temps de vos pères, de Dan Waddell

Signé Bookfalo Kill

Pour son jour de retour au travail après un interminable arrêt maladie, l’inspecteur Grant Foster est servi : il est appelé sur une scène de crime où gît Katie Drake, une actrice sur le déclin qui a été étranglée dans son lit, avant que son meurtrier la traîne dans son jardin pour l’y égorger. Comme si cette mise en scène étrange ne suffisait pas, la fille de la victime, Naomi, 14 ans, a disparu.
Seul indice : un cheveu, retrouvé sur le cadavre et qui, une fois analysé, révèle qu’il comporte suffisamment de similitudes ADN pour en déduire que la victime et son assassin sont parents. Pas forcément proches cependant, à tel point que Foster fait appel au généalogiste Nigel Barnes pour lui demander de reconstituer l’ascendance familiale de Katie Drake. Une tâche qui s’avère très vite complexe, car le chercheur ne peut remonter que la branche maternelle de la victime, et seulement jusqu’en 1891. De la résolution de ce mystère dépend pourtant la survie de Naomi, et peut-être d’autres personnes, car il s’avère que le meurtrier semble mener une véritable vendetta familiale…

Retour gagnant pour Dan Waddell ! Publié fin 2010, son premier roman, Code 1879, m’avait enthousiasmé – j’en reparlerai prochainement, car il sort ces jours-ci en poche (Babel Noir). J’attendais donc avec impatience de voir si la suite serait à la hauteur, et bonne nouvelle, c’est le cas.
Pour commencer, Waddell a su renouveler l’idée phare de sa série, ce qui en fait l’intérêt majeur et l’originalité : l’utilisation de la généalogie comme moteur de l’intrigue. Cette fois, il la fait interagir avec la science, et notamment la génétique et l’ADN. Il poursuit ainsi l’oeuvre entamée dans Code 1879, consistant à souligner à quel point passé et présent sont étroitement entrelacés, indissociables. Plus que jamais, il en fait une discipline ouverte à la modernité, proche de l’histoire en ceci qu’on ne peut bien comprendre notre temps qu’à condition de connaître ce (et ceux) qui nous a (ont) précédé(s). Une discipline tellement appropriée au polar, et en même temps tellement familière à beaucoup de gens, qu’on se demande encore pourquoi personne avant Dan Waddell n’avait songé à y recourir.

Les recherches généalogiques de Nigel Barnes sont toujours aussi détaillées et passionnantes ; elles fournissent un contrepoint singulier et bienvenu à l’enquête policière de terrain, plus traditionnelle et conforme aux habitudes du genre. A vrai dire, le mystère et sa résolution sont peut-être un peu moins passionnants que dans le premier opus de la série, où le final m’avait pris par surprise et le suspense, tétanisé jusqu’au bout. Ici, la fin paraît arriver un peu vite et manque de force, d’intensité, même si elle n’est ni ridicule ni décevante.

Du reste, tout ce qui par ailleurs faisait la réussite de Code 1879 est à nouveau présent : les personnages, bien campés, incarnés, des premiers rôles (le trio Foster-Barnes-Heather Jenkins) à tous ceux qu’ils croisent ou affrontent ; la ville de Londres et ses différents quartiers ; la précision des recherches historiques menées par l’auteur…
Et surtout, le sujet de l’histoire, où il est, schématiquement, question de fondamentalisme et de dogmatisme. En fait, je pourrais vous en dire davantage, mais ce serait dommage car Dan Waddell a pris soin de développer point par point son intrigue, et de n’en révéler le sujet central que vers le milieu du roman. Un aspect que son éditeur français a malheureusement négligé en en dévoilant beaucoup trop dans la quatrième de couverture, évoquant même des éléments de l’histoire se déroulant dans le dernier quart du livre. Dommage, et maladroit.

Donc, si ce que je vous ai raconté vous a donné envie de découvrir Depuis le temps de vos pères, faites-moi confiance et ouvrez directement le roman sans passer par la case « Quatrième de couverture ». Vous n’en apprécierez que mieux ce polar atypique !

Depuis le temps de vos pères, de Dan Waddell
Editions du Rouergue, 2012
ISBN 978-2-8126-0312-9
299 p., 20€

Publicités

5 Réponses

  1. J’avais bien aimé « Code 1879 ». Je note ce titre.

    16 janvier 2012 à 13:42

  2. Pingback: Code 1879, de Dan Waddell « Cannibales Lecteurs

  3. nadbena

    JE NE CONNAISSAIS PAS DAN WADDELL, mais cette lacune est comblée, un thriller original et je m’empresse de lire son précédent roman

    29 janvier 2012 à 14:58

    • Bonne nouvelle ! J’espère que Code 1879 te plaira également – pour ma part, c’est mon préféré des deux :)
      Merci pour ton commentaire, bonne lecture et à bientôt.
      Cannibalement,
      B.K.

      29 janvier 2012 à 15:21

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s