Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Pour trois couronnes de François Garde

gardeIl y a des auteurs qui m’énervent prodigieusement et François Garde en fait partie. Il est brillant, ses récits sont passionnants et sa plume me rappelle les plus grands noms de la littérature française. J’avais adoré son premier roman, Ce qu’il advint du sauvage blanc, voir mon éloge consacré à l’ouvrage. Pour trois couronnes relève haut la main le défi du deuxième roman.

Philippe Zafar se détermine comme « préposé aux classements des archives ». Il trie, range, classe les documents d’une personne récemment décédée pour le compte de sa famille. Alors qu’il s’occupe des documents de Thomas Colbert, un riche magnat du commerce maritime, il découvre un texte de quelques pages qui peut être déterminant pour la succession. Chargé par la veuve de mener l’enquête, Zafar se lance dans un voyage épique qui va l’amener, dans des contrées lointaines, à découvrir un monde qu’il ne soupçonnait pas.

On retrouve les ingrédients fétiches de François Garde, le passé, les îles lointaines, les histoires de famille. Le tout est extrêmement bien écrit, au rythme soutenu, à l’intrigue prenante. Ce qu’il advint du sauvage blanc était basé sur des faits réels. Pour trois couronnes bascule dans la fiction et achève de me convaincre que François Garde est un nouveau très grand de la littérature française.

Pour trois couronnes de François Garde
Éditions Gallimard, 2013
9782070141876
295p., 20€

Un article de Clarice Darling.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s