Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Comment je suis devenu un ecrivain celebre, de Steve Hely

Je ne sais pas vous, mais moi, ce qui m’attire dans un livre, c’est son titre. Puis sa quatrième de couverture. Le nom de l’auteur est ici complètement inconnu, normal, c’est son premier roman.
Les éditions Sonatine remplissent à merveille l’appel marketing qui fait vendre. Belle couverture, titre très accrocheur et quatrième de couverture géniale, qui fait de ce livre, la huitième merveille du monde (bravo au stagiaire !)
Sans oublier LA phrase d’un journal américain qui glorifie ce livre.

Bref, le concept packaging est là et tant mieux pour eux si ça fait vendre. Reste maintenant à ouvrir l’ouvrage.

L’histoire parait amusante et promet bien des sourires. Pete Tarslaw, la petite trentaine, est un raté. Son ex lui envoie une invitation de mariage, auquel il décide de se rendre, mais pas sans ourdir une menue vengeance. Il viendra bien à ce mariage mais adulé par toutes les femmes présentes dans l’assemblée. Il viendra riche et célèbre. Et pour cela, quoi de plus simple qu’écrire un roman sur le modèle des Marc Lévy et Guillaume Musso américains ?

Il rédige donc Cendres dans la Tornade, un ramassis de clichés tous plus dégoulinants les uns que les autres. En fait, il ne fait que reproduire ce qu’il sait des best-sellers américains. De l’amour passionnel, des enfants cancéreux, une tragédie imminente (Katerina fait encore beaucoup pleurer dans les chaumières américaines), une vieille (pour le lectorat de plus de 60 ans), des virées en voiture sur les routes américaines (pour le côté Jack Kerouac et faire plaisir aux magnats du pétrole) bref, un salmigondis de clichés tous plus outranciers les uns que les autres.

Mais le problème, c’est que ça marche. Le livre est publié. S’ensuit alors une longue angoisse à scruter les sites tels Amazon pour connaître le classement du livre. Sans vous dire la suite…

Dans Comment je suis devenu un écrivain célèbre, tous les clichés littéraires sont là. Le jeune raté qui écrit un roman pour draguer son ex, la maison d’édition fauchée qui ne parie pas un kopek sur l’auteur, les autres « écrivains » immensément riches grâce aux parutions de leurs « romans »,  les journalistes qui courent après le scoop littéraire… A peu de choses près, on s’y croirait.

Steve Hely s’amuse à démonter toutes les étapes de publication d’un roman, de la source d’inspiration à la promotion avant la chute inexorable des ventes.

Ca aurait pu être bien. Il m’est arrivé parfois de rire à certaines phrases de ce livre. Ou à certaines situations. Cependant, mon premier constat en refermant cet ouvrage a été « ouf… » Ouf dans le sens, bon sang que ça a été long. 370 pages de rebondissements en tout genre, pas une seule minute pour souffler. Steve Hely ne s’appuie pas sur ses personnages, ne les développe pas. Il ne s’attarde jamais vraiment sur les sentiments de son personnage. On passe de Tata Evelyn à Derek ou Hobart en moins de 5 secondes top chrono et on fatigue à force de se perdre dans le sillage de Pete Tarslaw, le héros du bouquin.

Au final, Comment je suis devenu un écrivain célèbre n’est pas si drôle que la quatrième de couv’ veut bien nous le faire croire. C’est au plus un roman sympa à lire sur la plage cet été, roman qui ne vous laissera pas de grands souvenirs. Ce qui est sûr, c’est que ce sera toujours plus divertissant et enrichissant intellectuellement que le nouveau Guillaume Musso…

Comment je suis devenu un écrivain célèbre de Steve Hely
Editions Sonatine
ISBN 9782355840623
370 pages 18€

Une chronique de Clarice Darling

Publicités

2 Réponses

  1. Pingback: Comment je suis devenu un écrivain célèbre « Coups de coeur littéraires

  2. Pingback: Les voleurs de Manhattan, d’Adam Langer « Cannibales Lecteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s