Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

A première vue : la rentrée Grasset 2018

2018 étant une année sans nouveau roman de Sorj Chalandon, la rentrée littéraire des éditions Grasset présente immédiatement beaucoup moins d’intérêt. Le pire, c’est que je ne plaisante qu’à moitié, parce qu’à première vue, rien ne m’excite dans leur programme. Je vous laisse juges, les amis, à la lecture des résumés ci-dessous… mais sauf surprise (toujours possible, heureusement), je pense passer peu de temps en compagnie des livres de la maison jaune cette année.

Donner - Au clair de la luneTHE PRESTIGE : Au clair de la lune, de Christophe Donner
L’histoire de Nicéphore Niepce, inventeur de la photographie, et d’Edouard Scott de Martinville, inventeur du phonographe, replacée dans leur contexte historique afin de comprendre le défi qu’a été la conception de ces deux inventions et ce qui a privé ces deux hommes de la gloire durant leur vivant. Donner étant capable d’être aussi brillant que violemment irritant, selon son humeur du moment, il faudra voir. Mais sur ce genre de sujet, il peut être passionnant.

Shalmani - Les exilés meurent aussi d'amourTOUT LE MONDE N’A PAS LA CHANCE D’AVOIR DES PARENTS COMMUNISTES : Les exilés meurent aussi d’amour, d’Abnousse Shalmani
Suite à la révolution islamique d’Iran, Shirin, 9 ans, suit ses parents en exil en France dans sa famille maternelle qui est communiste. En apprenant le français, elle se détourne de l’idéologie familiale et découvre l’amour et la France grâce à Omid, un juif iranien. Elle est effondrée lorsqu’elle perce le terrible secret familial et choisit la liberté, avec l’aide d’Hannah, rescapée de la Shoah. Premier roman.

Boley - Quand Dieu boxait en amateurFIGHTER : Quand Dieu boxait en amateur, de Guy Boley
Dans une France rurale, deux enfants qui aiment les mots deviennent amis. Le premier est forgeron depuis ses 14 ans et devient champion de France de boxe amateur. Le second devient abbé, puis père de la paroisse. Ce dernier demande à son ami d’enfance, comédien amateur, d’interpréter, sur la scène du théâtre paroissial, le rôle de Jésus dans son adaptation de la Passion du Christ.

Martin-Chauffier - L'Ere des suspetsFRACTURE : L’Ère des suspects, de Gilles Martin-Chauffier
A Versières, un adolescent d’origine musulmane est retrouvé mort près d’une voie du RER, dans une zone de non-droit nommée la cité noire. L’affaire s’emballe lorsqu’il est révélé qu’il était poursuivi la veille par un jeune gardien de la paix. Tout semble indiquer que ce dernier est innocent. Différents acteurs entrent alors en scène : la police, la famille, la presse ou encore des hommes politiques.

Schneider - Tu t'appelais Maria SchneiderAPOCALYPSE YESTERDAY : Tu t’appelais Maria Schneider, de Vanessa Schneider
Maria est la cousine de Vanessa. Maria est surtout connue pour avoir joué dans Le Dernier tango à Paris, et y avoir subi une scène perturbante avec le délicieux Marlon Brando, qu’elle a assimilée depuis (non sans raison) à un viol. Du coup, Vanessa raconte la vie de Maria, morte en 2011. La gloire cinématographique, immédiatement suivie de la déchéance à cause de la drogue, jusqu’à finir en hôpital psychiatrique. Une existence tragique, à n’en pas douter. Mais aussi, sous la plume de la journaliste Vanessa Schneider, la caution people de toute rentrée Grasset qui se respecte.

(Vous êtes toujours là ou vous avez déjà décroché ? Si c’est le cas, ce n’est pas grave, hein. Surtout qu’il reste encore dix titres… Allez, vous êtes prêts ? On y retourne, en essayant d’accélérer un peu, promis.)

Labrune - Depuis la terre, regarder les naufragesÀ LA GUEULE DES NOYÉS : Depuis la terre, regarder les naufrages, de Jeanne Labrune
Naissance d’une amitié en Bretagne entre trois personnages : un père dévasté par un drame personnel, une libraire solitaire et un jeune homme qui travaille dans un laboratoire de physique expérimental. Le titre est joli, déjà. À voir pour le reste.

Benchetrit - ReviensUN VOYAGE : Reviens, de Samuel Benchetrit
Lorsque son fils part faire le tour du monde durant un an, un écrivain se retrouve seul et sans inspiration. Sa quête du dernier exemplaire de son dernier roman, qu’il doit envoyer à un producteur, l’emmène jusqu’à une maison de retraite. Il y rencontre une infirmière bègue dont il tombe amoureux.
(Bientôt un film réalisé par Samuel Benchetrit, avec Samuel Benchetrit dans le rôle principal de Samuel Benchetrit.)

Battistella - Ce que l'homme a cru voirINCEPTION : Ce que l’homme a cru voir, de Gautier Battistella
Simon Reijik est effaceur de réputations numériques. Franchement, ça claque sur un C.V. Problème, lui-même a effacé son passé. Qui lui revient presto dans la tronche à la suite d’un coup de fil, et le contraint à retourner sur les lieux de son enfance, près de Toulouse.

Arditi - Carnaval noirMORT A VENISE : Carnaval noir, de Metin Arditi
En 1575, lors d’un carnaval noir à Venise, un peintre et un évêque sont retrouvés morts. En 2016, Bénédict Hugues, professeur de latin médiéval à l’Université de Genève, trouve une lettre écrite en 1574 par cet évêque. Suite à des soupçons d’attentats djihadistes visant le pape, Bénédict entame une enquête sur les événements du carnaval noir, qui entrent en résonance avec les événements présents.

Greene - Federica BerNON, RIEN : Federica Ber, de Mark Greene
Fait divers dans un journal : une randonneuse nommée Federica Bersaglieri est accusée de meurtre. Un homme se rappelle avoir vécu une histoire avec elle vingt ans plus tôt, jusqu’au départ inexpliqué de la jeune femme. Du coup il tente de comprendre. Un roman de Mark Greene qui n’a rien à voir avec le personnage d’Urgences.

Barré - PerversINTÉRIEUR NUIT : Pervers, de Jean-Luc Barré
Un Pervers écrit par un Barré, c’est marrant, non ?
(Désolé.)
Après avoir reçu une lettre anonyme, un journaliste littéraire enquête sur un écrivain accusé d’avoir favorisé le suicide de sa fille. Premier roman.

Guyotat - IdiotieET MOI, ET MOI, ET MOI : Idiotie, de Pierre Guyotat
L’essentiel de l’œuvre de Pierre Guyotat est consacrée à Pierre Guyotat. Du coup, dans ce livre, il parle de Pierre Guyotat : les événements marquants de son entrée dans l’âge adulte, entre 1958 et 1962, notamment sa recherche du corps féminin, son rapport intense à l’art, ses rébellions contre son père et l’autorité militaire en tant que conscrit puis soldat dans la guerre d’Algérie. Bon, oui, c’est vrai, l’autofiction m’emmerde souvent. Et le monsieur a ses admirateurs. Je leur laisse bien volontiers.

Quignard - L'enfant d'IngolstadtET ÇA CONTINUE, ENCORE ET ENCORE : L’Enfant d’Ingolstadt, de Pascal Quignard
Dixième tome de la suite littéraire de Quignard, Dernier Royaume. « Une autre façon de penser à la limite du rêve », dixit l’auteur. Pas mon truc, mais c’est strictement personnel. Le monsieur a tout de même un sacré talent, et une belle façon de concevoir la littérature. Les (nombreux) amateurs seront donc ravis de le retrouver.

*****

Stefansson - AstaALL YOU NEED IS LOVE : Asta, de Jon Kalman Stefansson
(traduit de l’islandais par Eric Boury)
Mine de rien, c’est un transfert d’éditeur important. Figure de la collection étrangère de Gallimard à laquelle il a apporté de beaux succès, notamment grâce à Entre terre et ciel, Stefansson rejoint donc Grasset pour nous parler d’amour. Asta, à une lettre près, signifie d’ailleurs amour en islandais, et c’est le prénom que Sigvaldi et Helga ont choisi de donner à leur deuxième fille, en guise de porte-bonheur. Peut-être pas une grande réussite, comme semble le penser Sigvaldi en se retournant sur leur vie bien des années plus tard…

Watson - Miss JaneELEPHANT GIRL : Miss Jane, de Brad Watson
(traduit de l’américain par Marc Amfreville)
Une petite fille née en 1915 avec une malformation grandit dans une ferme du Mississippi, sous le regard à la fois protecteur et studieux du Docteur Thompson. Au fil des années, celui-ci devient son confident et l’accompagne dans son existence chaotique mais résolument optimiste. Deuxième roman de Brad Watson publié en France, après Le Paradis perdu de Mercury (2005).


On lira peut-être :
Au clair de la lune, de Christophe Donner
Les exilés meurent aussi d’amour, d’Abnousse Shalmani
Depuis la terre, regarder les naufrages, de Jeanne Labrune
Asta, de Jon Kalman Stefansson


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s