Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Golgotha picnic de Rodrigo Garcia

A l’origine de cette lecture, il y a tout le foin que les intégristes ont fait pour empêcher cette pièce d’être jouée au théâtre du Rond-Point, à Paris. Tout le foin, c’est vite dit! Je n’y étais pas, mais voici comment Le Monde décrit la situation. Après les tensions à Toulouse, les personnes manifestant leur mécontentement étaient ici, calmes, pacifistes, empêchant certes que la pièce soit jouée, mais sans gêner qui que ce soit d’accéder au théâtre. Depuis, les représentations ont continué et plus personne n’était devant le Rond-Point.

L’auteur, Rodrigo Garcia, est un étrange personnage. Désabusé, sans illusion sur le monde contemporain (ni même sur le monde passé) En bon publicitaire qu’il fut, il aime les phrases courtes, les accroches chocs comme les titres de ses ouvrages peuvent en témoigner C’est comme ça et me faites pas chier, Vous êtes tous des fils de pute ou encore, Fallait rester chez vous, tête de noeuds. Autant vous dire que voir ou lire une pièce de Rodrigo Garcia est une expérience intéressante qui ne laisse pas indifférent. 

Golgotha Picnic ressemble aux autres pièces de l’Argentin. Vous prenez la politique, la religion catholique, les médias, les journalistes, vous mélangez le tout avec des insultes et vous obtenez une pièce de théâtre. Voici à priori ce qu’on peut penser à la première lecture ou première vision d’une pièce.

Mais, car il y a un mais, Rodrigo Garcia va beaucoup plus loin. C’est un auteur tourmenté, qui se réfère certes souvent aux mêmes maux de la société, mais c’est ce qui l’a gangréné étant petit. La religion catholique dans un pays d’Amérique Latine induit un facteur de contrition qui ne quitte pas les personnes ayant grandi dans cette foi. Cette foi dont veut se débarrasser l’auteur. 

Bien sûr, dans Golgotha Picnic, la religion catholique en prend pour son grade, mais au même titre que les journalistes et les médias. En fervente athée que je suis, j’ai rit. J’ai rit car le début de l’ouvrage est drôle et j’ai rit en me disant « Oh quand même, ils vont pas être contents les catholiques! » C’était exactement l’effet recherché par l’auteur, les catholiques ont donc bien joué le jeu. Le fils de Dieu est vu ici comme un inadapté à la vie quotidienne, incapable de boire des bières avec des potes et draguer les filles. Pourquoi, alors qu’il est Amour, on le représente souvent en train d’agoniser sur la Croix?  

« Personne ne devrait jamais avoir accès à ces épouvantables tableaux représentant des calvaires, des croix et des larmes, des plaies béantes et des doigts qui fouillent à l’intérieur, de la propagande pour la perversion, le tourment et la cruauté, résultat de techniques raffinées. » (p.18-19)

Rien que pour la diatribe sur les musées, ce passage m’a fait rire. 

Cependant, la deuxième partie de la pièce est nettement plus chiante. Excusez mon propos. Ce long monologue s’enfonce dans des digressions que le lecteur ne parvient plus à comprendre. De qui parle-t-il? Pourquoi? Je me suis perdue dans les méandres de la lecture. Et je me suis dit au final, que j’avais ressenti la même chose pour C’est comme ça et me faites pas chier, qui visait ici le domaine de la publicité et le porno à tout bout de champ. 

C’est ça mon problème avec Rodrigo Garcia. J’aime bien au début… Il faudrait vraiment que j’aille voir une pièce, voir une de ses mises en scène pour me faire ma propre opinion. Une pièce de théâtre, c’est décidément fait pour être vu, non pour être lu. 

Ils ont testé la pièce pour vous: Métro

Le résumé du Rond-Point : Golgotha Picnic

Golgotha Picnic de Rodrigo Garcia
Les Solitaires Intempestifs, 2011
9782846813297
78 p., 12€

Un article de Clarice Darling

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s