Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “critique

A première vue : la rentrée Flammarion 2017

À première vue, Flammarion, cette année, c’est un transfert qui fait un peu causer dans le Landerneau (Brigitte Giraud quittant Stock, son éditeur historique), quelques motifs de curiosité mais pas forcément de quoi trépigner sur place. Les auteurs convoqués sont solides, connus de la maison dans l’ensemble, et n’envoient pas des tonnes de rêve. Pas sûr qu’un raz-de-marée de bonheur viendra d’ici… mais on veut bien se tromper et avoir des bonnes surprises, comme c’est régulièrement le cas chez cet éditeur.

Giraud - Un loup pour l'hommeALGÉRIE I : Un loup pour l’homme, de Brigitte Giraud
Pour son entrée chez Flammarion, la romancière lyonnaise présente un livre très important pour elle, celui qu’elle cherchait à écrire depuis ses débuts en littérature. A mots couverts de la fiction, elle y évoque son père, incarné ici par Antoine, jeune Français appelé en Algérie pendant la guerre alors que sa femme Lila est enceinte. Refusant de porter les armes, il est casé comme infirmier à l’hôpital militaire de Sidi-Bel-Abbès, où il rencontre Oscar, un caporal récemment amputé d’une jambe. Entre les deux hommes naît une amitié qui se construit sur l’horreur de la guerre…

Zeniter - L'Art de perdreALGÉRIE II : L’Art de perdre, d’Alice Zeniter
Plusieurs auteurs s’emparent donc du même sujet, l’Algérie, dans cette rentrée. Outre Jean-Marie Blas de Roblès (Zulma), Marie Richeux (Sabine Wespieser), Kaouther Adimi (Seuil) et donc Brigitte Giraud, Alice Zeniter s’intéresse aux origines algériennes de sa famille dont elle ne sait rien, faute de pouvoir en parler. Elle le fait de manière fictionnelle, en remontant plusieurs générations à la recherche des vérités du passé.

Seigle - Femme à la mobyletteDARDENNE : Femme à la mobylette, de Jean-Luc Seigle
Depuis son roman précédent, l’émouvant Je vous écris dans le noir, voilà un auteur que je sais capable de me surprendre au meilleur sens du terme. Alors, pourquoi pas avec ce nouveau livre, même si son pitch ne m’emballe pas plus que cela, je l’avoue ? Cette Femme à la mobylette, c’est Reine, mère de trois enfants délaissée, livrée à elle-même, aux portes de la misère. Jusqu’au jour où elle récupère une mobylette bleue, l’une de ces vieilles pétrolettes des années 60, en laquelle elle place tous ses espoirs restants…

Bouillier - Le Dossier MBLOB : Le Dossier M, de Grégoire Bouillier
Méfiez-vous des gens discrets, ils finissent toujours par se mettre à trop parler. Prenez Grégoire Bouillier, habitué depuis ses débuts à signer des livres très courts aux éditions Allia. Il n’avait pas donné de nouvelles depuis 2008, il aurait fallu s’en alarmer avant que ne débarque sur nos tables ce volumineux pavé de 864 pages, première partie (!) d’un dyptique (!!) dont le deuxième volume sera aussi long (!!!) De quoi y sera-t-il question ? Hé bien, d’amour, apparemment. Même si je n’ai pas tout compris au sujet de ce livre, dont le principe est semble-t-il de céder à toute logorrhée du moment qu’elle est suscitée par une inspiration subite… Bon, bref, je ne vous en dirai guère plus ici, à vous de voir si relever ce genre de défi vous amuse.

Bénech - Un amour d'espionJEAN LE CARRE : Un amour d’espion, de Clément Bénech
Le narrateur, un étudiant en géographie, se voit invité, au détour d’une discussion, à relever le défi que lui propose Augusta. La jeune femme l’attend à New York, où elle vient de s’installer, car elle veut percer le mystère autour de son petit ami Dragan, un critique d’art roumain qu’elle a rencontré via une application. Ce dernier est accusé de meurtre par un internaute anonyme (résumé Electre). Une sorte de pastiche de roman d’espionnage assortie d’une réflexion sur les réseaux sociaux et le virtuel. Si j’ai bien compris. Bref.

Pollet-Villard - L'Enfant-moucheURANUS : L’Enfant-mouche, de Philippe Pollet-Villard
Inspiré par l’enfance de la mère de l’auteur, l’histoire d’une petite orpheline dans un village de Champagne, pendant l’occupation. Survivant de rien, slalomant entre les bassesses et les humiliations de ses voisins, sa vie bascule lorsqu’elle s’aventure du côté allemand…

Pons - Parmi les miensDÉBRANCHE : Parmi les miens, de Charlotte Pons
Trois frères et sœurs se retrouvent au chevet de leur mère, hospitalisé en état de mort cérébrale, sans espoir de retour. Ils se déchirent sur la suite à donner aux événements, tout en se confrontant à leurs souvenirs d’enfance. Premier roman.
(Je vais me pendre et je reviens. Ou pas.)

*****

El Akkad - American WarWE TAKE CARE OF OUR OWN : American War, d’Omar El Akkad
(traduit de l’américain par Laurent Barucq)
Les États-Unis sont à nouveau coupés en deux par la guerre, le nord et le sud s’affrontant cette fois au sujet des énergies fossiles. Après la mort de son père, une petite fille est envoyée avec sa mère dans un camp de réfugiés. Cette expérience extrêmement violente la transforme peu à peu en machine de guerre… Journaliste d’origine égyptienne, le néo-romancier signe un livre coup de poing sur l’état de l’Amérique, sous couvert d’un roman d’anticipation politique qui en dit long sur aujourd’hui.

Lagioia - La FéroceINTÉRIEUR NUIT : La Féroce, de Nicola Lagioia
(traduit de l’italien par Simonetta Greggio et Renaud Temperini)
La fille d’un riche entrepreneur est retrouvée morte au pied d’un immeuble, après avoir été vue marchant nue et ensanglantée au bord d’une route. L’hypothèse d’un suicide est privilégiée, mais pour quel motif cette jeune femme aurait-elle mis fin à ses jours ? On louche fortement du côté des malversations de son père… La littérature italienne pointe encore et toujours du doigt la corruption qui gangrène le pays, nouvel exemple avec ce roman couronné du prix Strega (Goncourt transalpin) en 2015.

Mendelsohn - Une odysséeHOMÉRIQUE : Une Odyssée, de Daniel Mendelsohn
(traduit de l’américain par Isabelle Taudière et Clotilde Meyer)
Le père de Daniel Mendelsohn (auteur du formidable récit-enquête Les disparus) décide d’assister au séminaire que donne son fils sur L’Odyssée d’Homère, au Bard Collège, université privée au nord de New York. L’occasion pour les deux hommes de se retrouver, une épopée intime qui vaut bien des voyages.


Défaite des maîtres et possesseurs, de Vincent Message

Signé Bookfalo Kill

Au début, on n’y voit que du feu. C’est notre monde. Nos villes, nos rues polluées. Notre manière d’interagir. Et pourtant, quelque chose gêne. Une vague approximation, une distance inhabituelle, une froideur qui laisse penser que nous entrons dans un futur, proche certes, mais hors de notre portée actuelle. On tarde à comprendre.
Le narrateur s’appelle Malo Cleys. Un soir qu’il rentre chez lui, il découvre qu’Iris, la femme avec qui il vit, a disparu. Il panique, s’inquiète. A raison. Peu après, il apprend qu’Iris a eu un accident. Elle marchait au bord d’une route et a sûrement été renversée. Elle est gravement blessée, la moitié d’une de ses jambes est perdue. Il faut opérer, tenter une greffe. Mais Malo tarde à agir. Iris vit avec lui en toute clandestinité. Il la traite en humaine de compagnie, alors qu’il l’a arrachée illégalement à un élevage (où certains humains sont conditionnés avant d’être abattus pour être mangés), ce qui est interdit.
Malo, qui est de la race des nouveaux maîtres et possesseurs de la Terre, risque gros. Mais son amour pour Iris est plus fort que tout, et il est prêt à prendre les risques nécessaires pour la sauver…

Message - Défaite des maîtres et possesseursContrairement à ce que vous pourriez imaginer, Défaite des maîtres et possesseurs n’est pas un traité anarchiste, et encore moins un roman de science-fiction. Il emprunte légèrement au genre, bien sûr, pour fournir une structure implicite à l’intrigue – l’emprunt majeur étant celui d’une population venue d’ailleurs pour coloniser notre planète afin d’y survivre. Mais si Vincent Message évite avec soin le terme d’extra-terrestre, qui n’est mentionné qu’une fois pour mieux réduire sa pertinence à néant, ce n’est pas par hasard. D’ailleurs, on oublie très vite ce dispositif, car pour le reste, le romancier s’attache à décrire un monde aussi réaliste et proche du nôtre que possible.

Pourquoi, dès lors, faire ce choix pseudo dystopique ? Pour élever notre point de vue. De la sorte, c’est toute notre manière de vivre que Vincent Message passe au crible. Et il ne laisse rien au hasard. Écologie, pollution, cruauté envers les animaux, déconsidération de l’individu au fur et à mesure de son vieillissement, rituels sociaux : en faisant de l’humanité une espèce dominée que les colons traiteraient comme des bêtes, il nous confronte à nos dérives, à notre aveuglement, à notre propre bestialité d’autant moins acceptable que nous sommes supposément des êtres doués de raison.
On oublie très vite la nature « extra-terrestre » du narrateur pour comprendre que les maîtres et possesseurs du titre, c’est nous. Et que chaque jour qui passe signifie davantage notre défaite.

L’idée narrative de Message est très simple, d’aucuns diraient simpliste. C’est justement ce qui la rend redoutablement efficace. Certains passages sont insoutenables (la description du fonctionnement des abattoirs où sont tués les hommes élevés pour être mangés…), l’ensemble du récit met terriblement mal à l’aise. Assez pour que nous changions d’attitude ? Ne rêvons pas, un roman ne peut pas changer le monde. Mais s’il contribue à nous réfléchir, à nous sortir de notre zone de confort, c’est déjà ça. Défaite des maîtres et possesseurs est de ces livres.
Maintenant, à vous de voir.

Défaite des maîtres et possesseurs, de Vincent Message
Éditions du Seuil, 2016
ISBN 978-2-02-130014-7
297 p., 18€


A première vue : la rentrée de l’Olivier 2015

S’il nous sera impossible d’évoquer tous les éditeurs en lice pour la rentrée littéraire 2015, faute de temps et d’énergie, il nous reste encore quelques maisons à présenter. Et nous nous en voudrions de ne pas parler des éditions de l’Olivier, même si leur rentrée française, porteuse de noms connues, semble à première vue assez fade. Non, l’événement à l’Olivier, c’est la publication d’un roman resté inédit jusqu’à ce jour de David Foster Wallace – et pour cause, l’engin étant particulièrement spectaculaire…

Wallace - L'Infinie ComédieDANTESQUE : L’Infinie Comédie, de David Foster Wallace
(traduit de l’américain par Francis Kerline)
J’imagine qu’il aura fallu un peu de temps à Francis Kerline pour traduire ce monstre de 1488 pages (!!!), publié en 1996 aux États-Unis, et considéré comme l’un des authentiques chefs d’œuvre de la littérature anglophone contemporaine. David Foster Wallace (qui s’est suicidé en 2008 à 46 ans) y élabore une dystopie dans laquelle les USA, le Canada et le Mexique ont fusionné en une fédération où la société du spectacle est devenue le centre de tout. Inutile de détailler une intrigue infiniment plus foisonnante, qui évoque pêle-mêle les relations familiales, les addictions, le tennis (très important, puisqu’une académie de tennis est au centre de l’histoire), l’Amérique du Nord en tant qu’entité politique… Enrichi de nombreuses notes de bas de page, le texte est une gageure de lecture. Ce sera sûrement l’événement de la rentrée étrangère, on en parlera beaucoup, de nombreuses personnes l’achèteront… mais qui le lira vraiment ?

Ford - En toute franchiseTEMPÊTUEUX : En toute franchise, de Richard Ford
(traduit de l’américain par Josée Kamoun)
L’auteur de Canada, prix Femina étranger 2013, retrouve son héros récurrent, Frank Bascombe, grâce auquel il sonde l’Amérique contemporaine avec acuité. Cette fois, la toile de fond est triple : la crise économique, la campagne présidentielle opposant Obama à Romney, et l’ouragan Sandy qui a durement frappé la côte est des États-Unis en 2008.

*****

Après de pareilles références, difficile de revenir à la production française… Mais bon, tâchons tout de même de faire bonne figure et d’essayer de trouver de belles choses dans les quatre romans lancés par l’Olivier en cette rentrée automnale.

Oster - Le Coeur du problèmeRÉPARER LES VIVANTS (I) : Le Cœur du problème, de Christian Oster
En rentrant chez lui, Simon trouve le cadavre d’un inconnu au milieu du salon, visiblement tombé de la mezzanine, et croise sa femme lui annonçant qu’elle s’en va pour ne jamais plus revenir. Resté seul avec le corps, Simon doit prendre les décisions qui s’imposent. Plus tard, il se lie d’amitié avec Henri, un gendarme à la retraite. Soucieux de ne pas se trahir, Simon fait un peu trop attention à ce qu’il dit, et une partie d’échecs souterraine s’engage avec l’ancien enquêteur…

Desarthe - Ce coeur changeantRÉPARER LES VIVANTS (II) : Ce cœur changeant, d’Agnès Desarthe
Avec ce parcours d’une jeune fille franco-danoise arrivée seule à Paris à 17 ans, en quête d’elle-même, Agnès Desarthe donne à voir la capitale au début du XXème siècle, de l’affaire Dreyfus aux années folles en passant par la Première Guerre mondiale, les premières automobiles, la vitalité de Montparnasse, le féminisme naissant…

Lefort - Les amygdalesRACONTER LES VIVANTS : Les amygdales, de Gérard Lefort
Scènes de vie d’une famille fantasque vues par le benjamin des enfants, dont le regard redoutable ne manque rien des dépenses faramineuses de la mère, du père qui préfère ne rien en dire, et du quotidien de tous : amitiés, scolarité compliquée, rêves d’aventures, tendances anarchistes et admirations cinématographiques. Après une enquête du Poulpe en 1997, c’est le premier roman de littérature « blanche » du critique Gérard Lefort.

Castillon - Les pêchersHÉSITER A ÊTRE VIVANT : Les pêchers, de Claire Castillon
Trois femmes : Tamara, femme de Claude, qui n’arrive pas à être l’épouse idéale dont il rêve, mais ne parvient pas non plus à s’émanciper de lui ni à oublier son grand amour précédent ; Aimée, ex-femme de Claude, qui attend trop de l’amour ; et Esther, fille adolescente d’Aimée, qui capte les tourments des adultes avec ce sens de l’observation aigu propre à son âge. Hmpf…


Prime Time, de Jay Martel

Signé Bookfalo Kill

Perry Bunt est un scénariste moyen – enfin, médiocre… Bon, disons raté et n’en parlons plus. En dépit d’une brève période où Hollywood en a fait l’une de ses coqueluches éphémères, aucun de ses écrits n’a jamais été porté à l’écran, et pour cause. Célibataire, désargenté, il approche de la quarantaine le crâne dégarni et les bourrelets en formation accélérée ; il survit en tentant d’enseigner l’art subtil du scénario à des jeunes gens persuadés de leur génie.
Sauf qu’il y a Amanda. Amanda, belle – enfin, radieuse… Bon, disons à tomber par terre, et ajoutons modeste, délicieuse, attentive, et tant d’autres qualités qu’elle semble à peine humaine. D’ailleurs elle ne l’est pas. Du moins pas tout à fait. Raide amoureux au point de se laisser aller à faire n’importe quoi, Perry découvre à son contact que la Terre, avec son ramassis d’abrutis essentiellement préoccupés de se mettre sur la figure, de forniquer, de polluer l’environnement et autres joyeusetés criminelles, est en réalité un spectacle de télé-réalité parmi les plus prisés de toutes les galaxies – car, oui, comme Amanda, des milliards d’extra-terrestres se gavent chaque jour du spectacle de notre bêtise, retransmis sur des centaines de chaînes intergalactiques…

Martel - Prime Time…et tout ça, ce n’est que le début de cette nouvelle escapade au-delà des frontières du réel qui porte la marque de fabrique des éditions Super 8. Vous l’aurez compris, comme pour Le Monde caché d’Axton House, esprits sérieux et cartésiens, abstenez-vous ! Dans Prime Time, son premier roman, l’Américain Jay Martel donne libre cours à son imagination la plus débridée – et pour une fois, les glorieuses références plaquées sur la quatrième de couverture sont judicieuses : nous sommes bien ici à la croisée entre un Truman Show interplanétaire et le délirant Guide du voyageur galactique de Douglas Adams. En gros, c’est n’importe quoi, mais du n’importe quoi totalement maîtrisé.

Je m’attendais peut-être à un livre plus drôle, étant donné le sujet ; si Prime Time est amusant, il n’est pas non plus à se rouler par terre, en raison notamment de quelques petites longueurs. Certains passages néanmoins sont vraiment réjouissants (le prophète Monpote, c’est quelque chose !), et surtout, Jay Martel compense par des réflexions d’une acuité féroce sur le monde du spectacle, la télévision, le fameux « show must go on », mais aussi la religion et la crédulité, l’absurdité générale de notre comportement…

Bref, le romancier, joyeusement décomplexé, tape sur tout ce qui bouge, et c’est le plaisir majeur de ce roman distrayant et hors normes !

Prime Time, de Jay Martel
Traduit de l’américain par Paul Simon Bouffartigue

Éditions Super 8, 2015

ISBN 978-2-37056-022-3

473 p., 19€


A première vue : la rentrée Grasset 2014

Chez Grasset, en 2013, Sorj Chalandon avait emporté nos suffrages et ceux de nombreux lecteurs. Pas sûr que nous retrouvions les mêmes motifs d’enthousiasme cette année, surtout avec Frédéric Beigbeder en tête de pont… Mais gardons la possibilité d’être agréablement surpris !

Beigbeder - Oona & SalingerMYTHE LITTÉRAIRE : Oona & Salinger, de Frédéric Beigbeder
Auteur de L’attrape-coeurs, grand classique américain du XXème siècle, J.D. Salinger a cessé toute vie médiatique et littéraire à partir de 1953. Beigbeder imagine que c’est à cause d’une histoire d’amour impossible avec Oona, fille du dramaturge Eugene O’Neill. Un roman à fort potentiel médiatique, d’abord parce que Beigbeder, ensuite parce que Salinger. On en entendra donc beaucoup causer, mais sera-ce pour de bonnes raisons ? A voir…

Donner - Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arriveMYTHE CINÉMATOGRAPHIQUE : Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive, de Christophe Donner
A la fin des années 60, trois amis vivent les grands événements de l’époque, mai 68, invasion de la Tchécoslovaquie par les Russes, rêvant côte à côte avant de se déchirer… Ils s’appellent Claude Berri, Maurice Pialat et Jean-Pierre Rassam.
Avec ces célèbres personnages et d’autres, comme Godard, Trintignant, Bardot ou Jean Yanne, ce roman porté par son titre frappant, qu’il doit à Orson Welles, fera forcément parler de lui également.

MYTHE HISTORIQUE : Le Roi disait que j’étais diable, de Clara Dupont-Monod
Roman sur les premières années d’Aliénor d’Aquitaine, épouse de Louis VII.

Kaprièlian - Le Manteau de Greta GarboATTENDUE AU TOURNANT : Le Manteau de Greta Garbo, de Nelly Kaprièlian
Premier roman de Nelly Kaprièlian, critique aux Inrocks et au Masque et la Plume, où elle écrit et raconte beaucoup de bêtises. S’intéresser à la garde-robe pléthorique de Greta Garbo, qui n’a jamais porté les innombrables robes qu’elle a achetées, lui permettra-t-elle d’échapper à quelques sanglants règlements de compte ? Le petit monde littéraire parisien étant ce qu’il est, pas sûr… Après, il faudra parler du livre lui-même, mais du côté des Cannibales, pas sûr non plus que nous lui accordions la moindre curiosité, pour être honnête.

SECRET DE FAMILLE : Ce sont des choses qui arrivent, de Pauline Dreyfus
L’enterrement en 1945 de Natalie de Sorrente est l’occasion de revenir sur le lourd secret familial que la duchesse a tu durant toute la guerre. Si quelqu’un veut se dévouer pour celui-là…

HISTOIRE DE FAMILLE : La Femme qui dit non, de Gilles Martin-Chauffier
Sur l’Ile-aux-Moines, en 1938, Marge Evans, une jeune Anglaise, tombe amoureuse du Français Blaise de Méaban. Mais ce dernier part rejoindre de Gaulle à Londres pendant la guerre, et Marge se console dans les bras de Matthias, meilleur ami de Blaise, dont elle tombe enceinte.
Oui, bon, c’est sûr, raconté de cette manière, ce roman ne donne pas forcément envie (en tout cas pas à nous). Triangle amoureux, petites histoires dans la Grande Histoire, tout ça, bof… Mais il vaut peut-être mieux que cela.

Hunzinger - La Langue des oiseauxVOLATILE : La Langue des oiseaux, de Claudie Hunzinger
Une romancière s’installe dans les montagnes pour étudier la langue des oiseaux. Une Japonaise la contacte et la charme par son écriture maladroite, avant de la rejoindre, terrifiée. Les deux femmes s’enfuient alors dans la forêt, visiblement liées par quelque chose…
(Je rappelle que, pour la plupart, nous n’avons pas encore lu ces romans, donc pardon si certains résumés vous paraissent étranges ou incomplets, mais ils ne tiennent que par le peu que l’on sait…)

Jouannais - Les barrages de sableCHÂTEAU DE SABLE : Les barrages de sable, de Jean-Yves Jouannais
Un essai romanesque sur les châteaux de sable, leurs sens cachés, leurs symboles… Une curiosité, caractéristique de la collection blanche de Grasset.

RIRES & CHANSONS : Dernier Royaume t.9 : Mourir de penser, de Pascal Quignard
Neuvième tome de la série d’essais littéraires de Quignard intitulée Dernier Royaume, ce livre explore les rapports entre la pensée et la mort, la mélancolie, l’abandon, le traumatisme… Fais-nous rire, Pascal.


Une place à prendre, de J.K. Rowling

Signé Bookfalo Kill

OUBLIEZ TOUT.
Oubliez le nom de l’auteur. Oubliez Harry Potter. Oubliez cette couverture voyante et plutôt moche. Oubliez, surtout, les simagrées commercialo-médiatiques qui ont entouré la sortie d’Une place à prendre, pathétique et contre-productive mascarade paranoïaque dont la retombée majeure a été totalement à l’opposé de ce que souhaitaient auteur, agent et éditeurs, à savoir se faire désirer en suscitant la curiosité et le mystère. Au mieux, les gens ignoraient la sortie du livre deux jours avant sa parution. Au pire, cette vaine agitation les a profondément énervés, et persuadés que le « premier roman pour adultes » de J.K. Rowling n’était rien d’autre qu’un produit marketing sans âme, destiné à faire du fric. Une réaction compréhensible, hélas.

A présent, le roman est paru, et c’est sur son contenu, et son contenu seul, qu’il doit être jugé. Au diable les rumeurs et les critiques aveugles, parlons du fond, merci.
Parlons-en d’autant plus qu’il est excellent. OUI, Une place à prendre est un très bon roman ! Si si, c’est possible, je vous assure. Aux antipodes de Harry Potter, J.K. Rowling signe un pavé (680 pages) sombre, désenchanté, un roman de mœurs critique et cruel, souvent cru, qui dresse un état des lieux impitoyable de la petite bourgeoisie anglaise – un milieu que la romancière connaît bien pour y avoir grandi. La précision autobiographique est anecdotique, même si elle confère une authenticité indéniable aux innombrables morsures de la plume de Rowling à l’encontre de personnages tous plus sordides, tordus, déglingués les uns que les autres.

Tout commence par la mort brutale de Barry Fairbrother, figure éminente de la paroisse de Pagford. Apprécié de beaucoup (mais pas de tous, loin s’en faut), ce quarantenaire jovial et charismatique était membre du Conseil paroissial, l’instance dirigeante de la petite ville. Son décès libère sa place, et lance de fait une campagne implacable pour résoudre cette « vacance fortuite » (The Casual Vacancy, titre original du roman) et lui trouver un successeur.
L’enjeu est de taille ; Barry était tête de ligne dans un combat politique local : conserver dans le giron de Pagford la misérable cité des Champs, également convoitée par la ville voisine – et ennemie -, Yarvil. Sa disparition ouvre des perspectives nouvelles à Howard Mollison, président du Conseil paroissial et adversaire déclaré du projet de Barry, qui ne rêve que de se débarrasser des Champs. Le notable ventripotent est bien décidé à placer son fils Miles sur le siège de Fairbrother, tandis que les proches de ce dernier s’activent pour l’empêcher d’arriver à ses fins – sans réaliser que leur combat va entraîner des dizaines de personnages dans une spirale infernale et destructrice…

Autant vous dire tout de suite que ce résumé est très sommaire, axé sur le moteur principal de l’intrigue. Le contenu du roman est d’une richesse bien supérieure, concentré sur une large galerie de personnages qui permettent à Rowling d’aborder de manière exhaustive de multiples sujets : racisme et communautarisme, mal-être adolescent, sexualité, drogue, trafics en tous genres, clivages sociaux, maltraitance, lutte des classes, perversions, harcèlement, mécanisme et conséquences de la rumeur…
La romancière ratisse large et appuie partout là où ça fait mal, avec une précision chirurgicale proche de l’acharnement thérapeutique. Elle n’épargne personne, des enfants aux personnes âgées ; cible les mesquineries ordinaires qui font plus de mal que les pires accusations publiques ; joue des jalousies et des rancœurs pour déchiqueter le voile des faux-semblants minables.
Pourtant, loin de se contenter d’un jeu de massacre, Rowling cherche avant tout à raconter la souffrance fondamentale de chaque individu, à la recherche d’un rôle dans le tournoiement sans fin du monde. Le titre français du roman s’avère finalement plus subtil que l’original : chaque personnage cherche désespérément à prendre sa place dans la société, voire dans la vie. Un objectif qui obsède tout un chacun dans le monde, et empêche de cantonner le propos d’Une place à prendre à la seule sociologie anglaise pour le tirer vers l’universel – ce qui est le propre des grands livres.

Pour ce qui est de la forme, je n’irai pas crier au génie. Le style de J.K. Rowling est classique et efficace, même si elle joue avec habileté de nombreux niveaux de langue, n’hésitant pas à recourir à un vocabulaire très cru, allant du grossier au très vulgaire, notamment dans les dialogues. Une volonté de réalisme que la romancière a dû trouver assez jouissive à assumer, car là encore, elle ne nous épargne rien, à la limite parfois de la complaisance. Un détail avec lequel on peut cependant composer sans difficulté, à moins de jouer les parangons de vertu – franchement, on a quand même lu bien pire…
C’est surtout par la construction et la maîtrise du rythme que Rowling happe l’attention du lecteur, de la première à la dernière page. Ses nombreux personnages principaux et les intrigues personnelles qu’ils induisent lui permettent de faire progresser le récit sans heurt, passant de l’un à l’autre et d’un sujet à l’autre avec fluidité et finesse. Le début du roman est à ce titre exemplaire : Rowling nous présente tous ses personnages au fur et à mesure qu’ils apprennent la mort de Barry Fairbrother ; en une cinquantaine de pages, tous les caractères sont posés, les enjeux présentés, les décors plantés. Imparable.

Si Jonathan Coe avait signé ce roman, on aurait probablement crié au génie sans retenue. Le cousinage entre une certaine partie de son œuvre (Testament à l’anglaise en tête) et le roman de Rowling est assez frappant.
Tout n’étant peut-être qu’affaire de nom, oubliez donc, le temps de la lecture, que J.K. Rowling est l’auteur d’Une place à prendre. Et souvenez-vous-en en refermant le livre, histoire de réaliser que la maman de Harry Potter a d’autres cordes à son arc que la magie et le merveilleux. Et qu’elle est, tout simplement, une fabuleuse raconteuse d’histoires, qu’on a envie de lire, encore et encore.

Une place à prendre, de J.K. Rowling
Traduit de l’anglais par Pierre Demarty
Éditions Grasset, 2012
ISBN 978-2-246-80263-1
680 p., 24€


De la célébrité de Jean-Michel Espitallier

Jean-Michel Espitallier est un de ces trublions poètes touches-à-tout qui ne se prennent pas au sérieux. Et son dernier ouvrage, De la célébrité, ne déroge pas à sa règle première, s’amuser de tout, surtout la futilité. 

Ce livre est vraiment déroutant, drôle mais parfois longuet. Espitallier a décrypté, entre autre, la presse people et tourne gentiment en dérision ces personnalités publiques plus ou moins connues, pour un talent plus ou moins reconnu. 

« Je ne connais pas forcément les gens dont je connais le nom
           (je ne connais pas Britney Spears)
Je ne connais pas forcément le nom des gens que je connais
          (Comment s’appelle ma boulangère?) »

Des questions de bon sens, des vérités plus ou moins oubliées sur la célébrité et le sens que l’on veut bien donner à ce terme. 
J’ai éclaté de rire à la double page sur le concert donné par John Lennon au Shea Stadium de New York le 15 Août 1965, j’ai beaucoup aimé le « Johnny à la virgule près » (de l’importance d’une virgule dans une phrase d’accroche d’un journal à scandales) et je me suis reconnue ado dans Amour Ardant, où le protagoniste (l’auteur?) dévoile sa passion éphémère mais dévorante pour Fanny Ardant.  

La conception graphique de cet ouvrage est un véritable bonheur (mention spéciale à Marie Sourd et aux Associés Réunis), qui réussit à faire d’un poche en noir et blanc, une petite merveille qui se marie magnifiquement au texte.

Jean-Michel Espitallier fait ainsi le tour des différentes formes de célébrités (par le biais de son travail, la reconnaissance des pairs ou encore, la « célébrité » qui naît des reality-shows.) De la célébrité est un traité socio-psycho-poétique, qui démontre habilement le côté futile de la société people dans laquelle on vit, toujours en recherche de gloire, peut-être pour nous faire oublier notre solitude.

De la célébrité de Jean-Michel Espitallier
Editions 10-18, 2012
9782264056153
182p., 7€50

Un article de Clarice Darling.
 


Golgotha picnic de Rodrigo Garcia

A l’origine de cette lecture, il y a tout le foin que les intégristes ont fait pour empêcher cette pièce d’être jouée au théâtre du Rond-Point, à Paris. Tout le foin, c’est vite dit! Je n’y étais pas, mais voici comment Le Monde décrit la situation. Après les tensions à Toulouse, les personnes manifestant leur mécontentement étaient ici, calmes, pacifistes, empêchant certes que la pièce soit jouée, mais sans gêner qui que ce soit d’accéder au théâtre. Depuis, les représentations ont continué et plus personne n’était devant le Rond-Point.

L’auteur, Rodrigo Garcia, est un étrange personnage. Désabusé, sans illusion sur le monde contemporain (ni même sur le monde passé) En bon publicitaire qu’il fut, il aime les phrases courtes, les accroches chocs comme les titres de ses ouvrages peuvent en témoigner C’est comme ça et me faites pas chier, Vous êtes tous des fils de pute ou encore, Fallait rester chez vous, tête de noeuds. Autant vous dire que voir ou lire une pièce de Rodrigo Garcia est une expérience intéressante qui ne laisse pas indifférent. 

Golgotha Picnic ressemble aux autres pièces de l’Argentin. Vous prenez la politique, la religion catholique, les médias, les journalistes, vous mélangez le tout avec des insultes et vous obtenez une pièce de théâtre. Voici à priori ce qu’on peut penser à la première lecture ou première vision d’une pièce.

Mais, car il y a un mais, Rodrigo Garcia va beaucoup plus loin. C’est un auteur tourmenté, qui se réfère certes souvent aux mêmes maux de la société, mais c’est ce qui l’a gangréné étant petit. La religion catholique dans un pays d’Amérique Latine induit un facteur de contrition qui ne quitte pas les personnes ayant grandi dans cette foi. Cette foi dont veut se débarrasser l’auteur. 

Bien sûr, dans Golgotha Picnic, la religion catholique en prend pour son grade, mais au même titre que les journalistes et les médias. En fervente athée que je suis, j’ai rit. J’ai rit car le début de l’ouvrage est drôle et j’ai rit en me disant « Oh quand même, ils vont pas être contents les catholiques! » C’était exactement l’effet recherché par l’auteur, les catholiques ont donc bien joué le jeu. Le fils de Dieu est vu ici comme un inadapté à la vie quotidienne, incapable de boire des bières avec des potes et draguer les filles. Pourquoi, alors qu’il est Amour, on le représente souvent en train d’agoniser sur la Croix?  

« Personne ne devrait jamais avoir accès à ces épouvantables tableaux représentant des calvaires, des croix et des larmes, des plaies béantes et des doigts qui fouillent à l’intérieur, de la propagande pour la perversion, le tourment et la cruauté, résultat de techniques raffinées. » (p.18-19)

Rien que pour la diatribe sur les musées, ce passage m’a fait rire. 

Cependant, la deuxième partie de la pièce est nettement plus chiante. Excusez mon propos. Ce long monologue s’enfonce dans des digressions que le lecteur ne parvient plus à comprendre. De qui parle-t-il? Pourquoi? Je me suis perdue dans les méandres de la lecture. Et je me suis dit au final, que j’avais ressenti la même chose pour C’est comme ça et me faites pas chier, qui visait ici le domaine de la publicité et le porno à tout bout de champ. 

C’est ça mon problème avec Rodrigo Garcia. J’aime bien au début… Il faudrait vraiment que j’aille voir une pièce, voir une de ses mises en scène pour me faire ma propre opinion. Une pièce de théâtre, c’est décidément fait pour être vu, non pour être lu. 

Ils ont testé la pièce pour vous: Métro

Le résumé du Rond-Point : Golgotha Picnic

Golgotha Picnic de Rodrigo Garcia
Les Solitaires Intempestifs, 2011
9782846813297
78 p., 12€

Un article de Clarice Darling