Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

La femme sans tête d’Antoine Albertini

La-femme-sans-têteLa Corse est une terre de sang. Et trimbale dans son sillage azuréen un tas de clichés dont elle peinera à se départir. Les Corses et la loi du silence, les parrains d’une mafia insulaire et les meurtres à tous les coins de rue. L’ouvrage d’Antoine Albertini abonde dans ce sens. Ce journaliste corse, correspondant du Monde ou de la revue XXI, établit son roman à partir d’une histoire vraie. 

En 1988, on découvre dans un petit cimetière marin, le cadavre en décomposition d’une femme, engoncée dans un caveau. Le corps présente de multiples commotions, des os réduits en bouillie. Mais ce qui retarde l’identification, c’est l’absence de tête. Saisi de l’enquête, l’inspecteur Serrier découvre qu’il s’agit du corps de « l’infirmière » Gabrielle Nicolas, disparue 9 ans plus tôt. Cependant, impossible de retrouver sa tête et surtout, son petit garçon de 8 ans à l’époque, Yann. Son unique bonheur dans la vie. Que s’est-il passé en ce mois d’août 1979 au camping les Oliviers? Où est passé Yann, si seulement il est encore en vie ?

Albertini mêle réalité et fiction avec une très grande habileté même s’il ne cache pas que son roman s’inspire directement de l’affaire Marcelle Nicolas, et du peu de retentissement de sa disparition. Une jeune femme, mère célibataire, orpheline, avec très peu d’amis, qui s’en soucie? Le journaliste réussit à transformer en roman haletant une histoire sordide et à rendre un dernier hommage, certes noir, à Marcelle Nicolas et son petit garçon, pour que l’avenir ne les oublie plus et que, peut-être un jour, la Corse parle enfin. 

La femme sans tête d’Antoine Albertini
Editions Grasset, 2013
9782246778011 
352p., 18,80€

Un article de Clarice Darling.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s