Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “Pauline Delabroy-Allard

Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard

Delabroy-Allard - Ca raconte SarahÇa raconte une femme, jeune, mère célibataire d’une petite fille. Professeur. Vivotant une relation avec un homme gentil, mais…
Ça raconte une rencontre. Un réveillon de jour de l’an sans intérêt, les invités compassés, l’ennui discret et cette horrible obligation de « faire la fête » parce qu’une année se termine et qu’une autre commence.
Ça raconte rien – puis Sarah. La tornade Sarah, la dévastation Sarah, l’irrévérence Sarah.
Ça raconte le foudroiement, l’embrasement des sens, l’explosion des passions. Ça raconte l’amour, ça raconte faire l’amour, autrement – parce qu’on ne peut pas faire autrement. Ça raconte le plaisir, la jouissance, l’orgasme. Ça raconte les corps qui se tordent et exultent et recommencent à peine repus.

Ça raconte aussi la violence, l’impatience, l’intransigeance. Les abandons, les menaces, les retrouvailles. L’impossibilité de survivre à une telle débauche de passion, et l’impossibilité de faire autrement.

Ça raconte encore la mort, qui vient. Ça raconte la dérive, la dévastation, la folie de l’infini chagrin.

Ça raconte finalement la naissance d’une voix unique, d’un art singulier pour manipuler les mots, les bousculer, les pousser dans leurs retranchements, les envoyer valdinguer contre les murs du silence pour en extirper les sons de la vie.
Ça raconte Pauline Delabroy-Allard, trente ans et un énorme talent.
Ça raconte un premier roman qui fracasse la rentrée.

Ça raconte Sarah. Et c’est à ne pas manquer.

Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard
Éditions de Minuit, 2018
ISBN 9782707344755
192 p., 15€

Publicités

A première vue : la rentrée Minuit 2018

Ah, si tous les éditeurs pouvaient nous offrir le même cadeau que les éditions de Minuit cette année : un seul titre à paraître pour la rentrée !!! Ce serait beau, ce serait risqué, ce serait épique, ce serait… bon, oui, ce serait peut-être moins intéressant, surtout qu’on aurait moins l’occasion de râler – et c’est aussi ce qui fait le charme d’une rentrée littéraire.
En vérité, il aurait pu ne pas y avoir de rentrée Minuit du tout cette année. Il s’en est fallu d’un texte, un premier roman surgi de nulle part. Et dont on cause déjà pas mal chez les libraires qui ont pu mettre le nez dedans. Bon signe ?

Delabroy-Allard - Ca raconte SarahCAR TOUT CHANGE ET TOUT PASSE… : Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard
(Présentation de l’éditeur) Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine. Ça raconte Sarah, de symbole : S.


On lira sûrement :
Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard