Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “CIA

Profession du père, de Sorj Chalandon

Signé Bookfalo Kill

Ne le répétez surtout pas, mais le père d’Emile est agent secret. Il a aussi été pasteur pentecôtiste, footballeur professionnel, co-fondateur des Compagnons de la Chanson (mais il a quitté la troupe car sa voix exceptionnelle dominait trop celle des autres), ceinture noire de judo, résistant pendant la guerre bien sûr. Son meilleur ami, Ted, le parrain d’Emile, fait partie de la CIA.
André Choulans a surtout été un proche du général de Gaulle. Pour tout dire, homme de l’ombre discret et efficace, il avait son oreille, et nombre des décisions du Président étaient de son fait. Mais pas la dernière en date. Abandonner l’Algérie, ça non, André Choulans est contre. Son ami de Gaulle l’a trahi. Au nom de l’OAS, au nom des Français d’Algérie, il faut donc l’éliminer. Et pour cela, Émile va devoir faire partie de la conspiration. A treize ans, c’est une lourde responsabilité…

Chalandon - Profession du père3Quel roman encore une fois, quel roman ! Car Profession du père est un roman, bien entendu. C’est écrit sur la couverture, et la qualité littéraire du texte, son inventivité, son humour, son émotion, la profondeur de ses personnages, sa construction, sont autant de preuves de sa vitalité romanesque. Mais il est impossible d’oublier que tous les livres de Sorj Chalandon portent sa marque personnelle, viennent de sa propre vie. C’est ce qui fait leur sincérité et leur puissance dévastatrice, qui me touchent à chaque fois – et cette fois, d’une manière plus intime et plus douloureuse.

Oui, Émile, c’est Sorj enfant. Un gamin lyonnais sous la coupe d’un père tyrannique, souvent violent, mythomane compulsif. Un père acteur d’un spectacle permanent dont il prend le monde à témoin. À la fois bourreau et modèle, source d’inspiration et de terreur. Capable d’embrigader son fils unique en oubliant que c’est un enfant, et qu’un enfant, mieux que quiconque, est capable de s’emparer d’un imaginaire pour en faire une réalité.
Car au-delà de ce portrait de père fascinant jusque dans ses pires extrêmes, il y a le regard de ce jeune garçon, confiant malgré tout, prêt à tout accepter parce que c’est son père et qu’il est son fils. Sorj Chalandon rend merveilleusement compte de cet état de crédulité aveugle qui est une forme d’amour absolue, dépassant la cruauté jusqu’à l’incompréhensible.

Avec un style plus dépouillé que jamais, moins lyrique que dans ses précédents romans (le sujet plus intime s’y prête moins), Chalandon réussit cet équilibre fragile entre émotion et violence, humour et souffrance, faisant d’Émile le réceptacle de frustrations et d’incompréhensions immenses.
Car si le père est au cœur du livre, il ne faut pas oublier la mère, personnage ô combien complexe, soumise mais détachée, aimant son mari malgré tout, malgré le mépris, les insultes, les coups qui parfois l’accablent elle aussi ; aimant également son fils mais ne comprenant pas ce qu’il subit, trop pragmatique, trop terre-à-terre. Dans la dernière partie du roman, c’est sa figure qui prend le dessus, déchirante, bouleversante, complétant le tableau d’une famille dysfonctionnelle, pourtant pas si éloignée de la plupart des nôtres – ce qui nous la rend si cruellement familière.

Profession du père est un beau roman tragique qui n’oublie pas d’être humain.

Profession du père, de Sorj Chalandon
Éditions Grasset, 2015
ISBN 978-2-246-85713-6
316 p., 19€


Angela Sloan, de James Whorton Jr.

Signé Bookfalo Kill

Tiens, il faut que je vous parle de ce roman avant d’en avoir totalement occulté l’existence – parce que, pour tout dire, il n’a rien d’inoubliable.

Whorton Jr - Angela SloanDommage, car sur le papier, le livre de James Whorton Jr. était prometteur. Son héroïne, l’Angela Sloan du titre, est la fille adoptive de Ray, un agent de la C.I.A. qui l’a sauvée et recueillie après le massacre de ses parents pendant les révoltes Simbas au Congo en 1964. Huit ans plus tard, Angela a 14 ans et Ray noie sa retraite dans l’alcool, jusqu’au jour où un homme le contacte et lui demande de reprendre du service. Ray accepte – mauvaise idée, car l’affaire tourne mal : c’est le scandale du Watergate.
Ray est obligé de prendre le large et laisse Angela, dûment formée par ses soins, tenter de s’en sortir seule en attendant qu’il la retrouve…

Il y avait donc de tout pour faire un bon polar : un contexte historique intéressant (le Watergate et les Etats-Unis des années 70), une bonne intrigue d’espionnage, des personnages bien taillés, la promesse d’un périple initiatique et d’un road trip, genre américain par excellence…
Malheureusement, si tous ces éléments constituent l’ossature d’Angela Sloan, ils n’y sont que saupoudrés. Rien n’est suffisamment fouillé pour donner une impression de profondeur au roman. Le Watergate est à peine évoqué, Ray Sloan disparaît rapidement et, privée de son appui, Angela tourne vite en rond. Ses rencontres avec des personnages plus ou moins loufoques n’apportent pas grand-chose à l’affaire, et l’intrigue se dévide lentement, sans passion ni palpitation, jusqu’à une fin douce-amère un peu prévisible.

Pas la peine d’encombrer votre valise estivale avec cette première traduction de James Whorton Jr., hélas trop faible pour susciter une quelconque empathie et emporter l’adhésion.

Angela Sloan, de James Whorton Jr.
Traduit de l’américain par Claire Breton
Éditions du Masque, 2013
ISBN 978-2-7024-3799-5
279 p., 19,50€


Les anonymes, de R.J. Ellory

Signé Bookfalo Kill

Avec Les anonymes, son troisième roman paru en France (le sixième sorti en Angleterre), Roger Jon Ellory achève d’imposer sa patte très particulière, mélange d’élégance littéraire, de densité et d’ambition qui transcende le genre du polar pour l’amener vers des territoires plus vastes et captivants.

Ici, tout commence pourtant d’une manière assez classique, avec l’enquête que mène Robert Miller, inspecteur de la Brigade Criminelle de Washington au passé houleux et à l’esprit torturé, sur une série de crimes perpétrés sur des femmes apparemment sans lien entre elles. L’assassin, insaisissable, est surnommé par la presse « Le Tueur aux rubans », à cause des rubans de couleurs dont il entoure le cou de ses victimes, comme une signature.

Du déjà vu ? Non. Certes, l’enquête, bien menée, nous amène avec réalisme dans le quotidien ingrat et obscur des flics ordinaires confrontés à une violence extraordinaire. Mais, comme dans Vendetta, le précédent roman d’Ellory, elle n’est qu’un point de départ, un prétexte pour livrer une histoire autrement plus riche, complexe et ambitieuse. Dans Vendetta, c’était un portrait de la mafia américaine dans la seconde moitié du XXème siècle ; avec Les Anonymes, c’est dans les eaux troubles de la politique secrète des États-Unis – en particulier les manœuvres honteuses de la CIA – que le romancier anglais, extraordinairement bien documenté (ou juste effroyablement crédible, ce qui au final revient au même), nous pousse à plonger. Le résultat, tissé autour de la fameuse construction en spirale qui constitue la marque de fabrique de l’auteur, est vertigineux.

Révélé par le superbe Seul le silence il y a deux ans, R.J. Ellory est probablement l’une des plus belles découvertes de ces dernières années, et ses Anonymes achèvent désormais de le faire passer au statut de valeur sûre et d’installer son œuvre riche, puissante et singulière, dans la catégorie de celles qu’on a envie de suivre de très près.
D’ailleurs, on en reparle très vite, car son nouveau roman, Les Anges de New York, vient de sortir…

Les anonymes, de R.J. Ellory
Éditions Livre de Poche, 2012
(Première édition : Sonatine, 2010)
ISBN 978-2-253-15711-3
730 p., 8,10€