Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Madeleine Project de Clara Beaudoux

beaudoux-madeleine-projectEn voilà une idée qu’elle est séduisante! Une jeune femme emménage dans son appartement parisien. Elle y découvre une cave fermée par un cadenas. Le propriétaire a perdu la clé. Elle fracture la porte et entre dans la caverne d’Ali Baba. Un fatras de valises, de cartons et autres s’amoncellent dans cette petite pièce. La jeune femme commence à ouvrir des cartons. Et découvre que tous ces objets appartiennent à Madeleine, l’ancienne locataire de l’appartement, décédée il y a deux ans.

Qui était Madeleine? Quelle âge aurait-elle eu? Quelle a été sa vie? Clara Beaudoux enquête, fouille les cartons, lit les lettres, part à la recherche des personnes qui ont connues Madeleine.
La jeune femme en a fait le récit sur son compte Twitter et voilà que les Éditions du Sous-Sol (drôle de coïncidence!) publient cette histoire. Enfin, histoire, c’est un bien grand mot. Car le livre est un condensé de capture d’écran (pour les images postées) du compte Twitter de la jeune femme.

C’est assez particulier comme mode opératoire pour un éditeur, mais pourquoi pas. Après tout, il faut vivre avec son temps et Clara Beaudoux a commencé par rédiger son récit sur la plateforme de réseau social. Lui demander de réécrire le tout aurait dénaturé l’ensemble et l’histoire aurait perdu de son inventivité et de sa spontanéité.

Reste que Madeleine Project tient du documentaire, ce qui est mentionné sur la couverture (tiens, c’est vrai, pourquoi ne pas en avoir faire un documentaire vidéo, avec présentation des objets de Madeleine, interviews des personnes qui se souviennent d’elle, etc…?). Il y a eu deux saisons selon les dires de Clara Beaudoux (comprenez, 2 sessions d’immersions intensives dans la cave) mais c’est trop peu à mon goût. J’espère que la jeune femme va écrire véritablement l’histoire de cette rencontre improbable qui permet à Madeleine de revivre à travers Clara et qui, immanquablement, aurait fait sourire la vieille dame, comme elle nous fait sourire aujourd’hui.

Madeleine Project de Clara Beaudoux
Éditions du Sous-Sol – 2016
9782364682092
284p., 18€

Un article de Clarice Darling.

Publicités

9 Réponses

  1. Si je voyais du sang sur les moules à madeleines de ma soeur, je te jure que je n’en mangerais plus une ! :lol:

    ♫ Ce soit j’attends Madeleine ♪ (mais moi pas ! Je zappe !)

    19 septembre 2016 à 21:08

    • Une Cannibale qui a peur du sang ? Tu trahis ta cause, indigne !!!
      Pourtant, une petite madeleine de foie… miam :-D

      22 septembre 2016 à 18:44

      • Pas peur, juste que j’aime pas dans mes madeleines… on peut être cannibale et avoir ses règles, non ? (oups, on pourrait le lire des deux sens)… je veux dire « ses manies » ! :lol:

        Madeleine de coeur pour ma part.

        22 septembre 2016 à 23:02

      • C’est ton côté proustien, ça. Je suis sûr que Marcel non plus n’aurait pas aimé trouver du sang dans ses madeleines. Remarque, ça aurait peut-être donné une autre couleur à « La Recherche… »

        23 septembre 2016 à 07:26

      • Ça leur donne une laide couleur, aux madeleine, le sang dedans !

        Aaaah, la recherche… un roman que je n’ai jamais lu et dont je n’ai pas l’intention de lire ;)

        23 septembre 2016 à 16:41

      • J’en ai lu le premier tome, « Du côté de chez Swann », il y a fort longtemps, lors de mes études de lettres. C’était vraiment intéressant, mais je ne suis pas sûr non plus d’avoir envie de poursuivre l’aventure… pour le moment en tout cas !

        26 septembre 2016 à 07:39

      • ♫ j’irai bien refaire un tour, du côté de chez Swann ♪

        Jamais lu un Proust et pas l’intention ! ;)

        26 septembre 2016 à 13:46

      • Je crois qu’on peut très bien vivre sans (oh là là, quel sacrilège !!!) :-P

        28 septembre 2016 à 09:24

      • Sans Proust ou sans Dave ?? Je préfère une chanson de Dave que 16 pages de Proust sans ponctuation (si mes souvenirs sont bons, c’est lui qui a 16 pages de mots sans ponctuation).

        Un sacrilège, de temps en temps… les gens sont descendus dans la rue pour avoir le droit de dire et dessiner des sacrilèges pour les autres. Alors… :/

        29 septembre 2016 à 20:44

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s