Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “Wall Street

Fannie et Freddie, de Marcus Malte

Signé Bookfalo Kill

Le retour de Marcus Malte chez les éditions Zulma, qui ont publié l’essentiel de son œuvre – dont le sublime Garden of Love -, sonnait comme une bonne nouvelle, après un détour sympathique mais moyen par la Série Noire (les Harmoniques). C’en est une, même si le format court des deux textes que contient ce bref volume (150 pages au total) empêche de se réjouir sans retenue, d’autant qu’ils ne sont pas de valeur égale.

Malte - Fannie et FreddieLa première, Fannie et Freddie, donne son titre et son ton d’ensemble au livre. Fannie est une femme à l’âge indistinct. Elle porte un œil de verre, qu’elle tente de cacher derrière une mèche de cheveux et une rotation du buste un peu raide, qui lui vaut le surnom de « Minerve » mais lui permet de montrer toujours son meilleur profil. Un jour, elle se glisse dans Wall Street, incognito. Elle attend Freddie. Et sa revanche, ou sa vengeance. Qui sait la forme qu’elle prendra…
Le ton est glacial ; l’histoire, liée à la crise des subprimes aux Etats-Unis, est pesante, étouffante. Marcus Malte instaure une atmosphère inquiétante, dévoile peu à peu l’atroce vérité que cache l’étrange parcours de Fannie. Pourtant ça ne prend pas, pas tout à fait. Certains passages sont touchants, réussis, mais l’ensemble est si froid que je n’ai pas su ressentir d’empathie pour les personnages et leurs histoires tragiques.

J’ai donc largement préféré la seconde novella, au titre poétique et évocateur. Ceux qui construisent les bateaux ne les prennent pas… Tout un programme, inscrit dans un texte que caressent en douceur le rythme lent de la mer Méditerranée et le souffle du vent. Le narrateur, flic torturé, cherche en vain depuis vingt-sept ans qui a tué son meilleur ami d’enfance, Paul, ramené mort par la mer à l’âge de quatorze ans, le corps percé d’une balle.
Entre introspection et chasse aux souvenirs, Marcus Malte retrouve une atmosphère proche de certains passages de Garden of Love, et suscite une émotion discrète, contenue, relevée de jolies pointes d’humour et d’humanité, qui vient finalement se nicher dans trois dernières pages énigmatiques, où le lecteur ira chercher seul, s’il le souhaite, la vérité.
(Pour info, ceux qui suivent le romancier depuis longtemps auront peut-être eu la chance de lire cette novella aux éditions Autrement, sous le déjà beau titre Plage des Sablettes, souvenirs d’épave.)

Avis partagé donc, au final, le texte mis en avant s’avérant pour moi moins fort que le second bizarrement caché dans son ombre. Cela m’a permis de quitter le livre sur la meilleure note, tout en restant un peu frustré. Et dans l’attente d’un prochain roman, car si Marcus Malte s’illustre souvent dans les formes courtes qu’il affectionne (voir le magnifique Mon frère est parti ce matin…), j’espère forcément le voir nous offrir un jour prochain un nouveau livre aussi éblouissant que Garden of Love.

Fannie et Freddie, de Marcus Malte
  Éditions Zulma, 2014
ISBN 978-2-84304-726-8
158 p., 15,50€

Publicités

Le Rêve de Madoff, de Dominique Manotti

Signé Bookfalo Kill

Si l’économie mondialisée vous intéresse mais que vous n’y comprenez pas grand-chose lorsque les médias en parlent ; si vous avez envie de comprendre comment peuvent se montrer des escroqueries se chiffrant à plusieurs milliards de dollars, alors ce petit livre de Dominique Manotti – oui, l’auteur de polars – est fait pour vous. (Sinon passez votre chemin, vous allez périr d’ennui.)

Manotti - Le rêve de MadoffLa romancière se glisse dans la peau de Bernard Madoff, célèbre financier américain qui s’est avéré un fraudeur inouï, et qui purge actuellement une peine de 150 ans de prison. (Ah, en Amérique, la justice sait s’amuser, y’a pas à dire.)
Détournant sa voix pour la mettre au service d’une fiction hyper documentée, elle raconte en termes plutôt simples l’ascension d’un type parti de rien, visionnaire dans les années 70 (il est l’un des initiateurs du NASDAQ, le deuxième indice boursier américain après celui de Wall Street) et manipulateur hors pair – des chiffres et des gens.

Certaines explications économiques s’avèrent néanmoins ardues pour qui est une bille en la matière ; et le choix d’un style quasi documentaire rend le texte un peu aride à la longue – alors que, justement, il n’est pas long.
On sent tout de même la fascination de Manotti, écrivain social, auteur de polars réalistes qui dénoncent toutes les malversations possibles du système, pour un personnage hors du commun, dont elle restitue l’inconscience, voire le mépris pour ceux qui perdent tout parce qu’ils ne sont pas armés pour lutter contre des organisations aussi complexes et décomplexées. Le jugeant du même coup avec froideur, s’il en était besoin.

Le Rêve de Madoff est une nouvelle curiosité de la mini-collection des éditions Allia, souvent riche en étrangetés littéraires. Pour lecteurs engagés !

Le Rêve de Madoff, de Dominique Manotti
Éditions Allia, 2013
ISBN 978-2-84485-675-3
47 p., 3,10€