Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “voisins

A première vue : la rentrée Flammarion 2016

Le chiffre est tombé récemment, il n’y aura « que » 560 romans publiés durant la rentrée littéraire de l’automne 2016, un chiffre en baisse qui confirme une tendance des éditeurs à maîtriser leur rythme de publication, espérant ainsi privilégier la qualité à la quantité. On distingue même une tendance régulière de cinq ou six romans français ou francophones, pour deux ou trois romans étrangers – mouvement que l’on retrouve chez Flammarion, avec pas mal de noms connus en tête d’affiche. Pas de quoi devenir hystérique, mais disons qu’à première vue, le programme paraît correct…

Ovaldé - Soyons imprudents les enfantsY’EN A MÊME QUI DISENT QU’ILS L’ONT VU VOLER : Soyez imprudents les enfants, de Véronique Ovaldé
Dans la famille Bartolome, un seul précepte est adressé aux adolescents : « soyez imprudents les enfants ». A 13 ans, Atanase, la petite dernière, n’a pourtant encore rien entendu de tel et piaffe d’impatience. La découverte d’un tableau et le mystère entourant son peintre rencontrent le désir d’aventure de la jeune fille, qui part à la recherche de l’artiste pour essayer de comprendre avec lui pourquoi son œuvre l’a bousculée à ce point…

Joncour - Repose-toi sur moiLES OISEAUX : Repose-toi sur moi, de Serge Joncour
Des corbeaux colonisent la cour d’un immeuble parisien. Terrorisée par leur présence, une jeune styliste sollicite l’aide de son voisin, ex-agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ce curieux événement va évidemment les rapprocher et faire basculer leurs vies… Un roman d’amour sur fond de choc des cultures entre ville et campagne : avec Joncour, bon conteur doué  pour l’ironie, tout est possible.

AJAR - Vivre près des tilleulsPOLYPHONIE SUISSE : Vivre près des tilleuls, de l’AJAR
Ce roman est avant tout un projet singulier, car il est l’œuvre de 18 auteurs, Suisses romands (AJAR étant l’acronyme de « Association de Jeunes Auteur-e-s Romandes et romands), tâchant de faire voix commune pour raconter une seule et même histoire, celle d’une écrivaine suisse dont on découvre par hasard un journal intime dans lequel elle relate l’impossible deuil de sa fille.  Forcément un objet de curiosité formelle, quant au fond…

Grenier - L'Année la plus longue366 : L’Année la plus longue, de Daniel Grenier
Ce petit pavé (432 pages) a franchi l’Atlantique depuis son Québec natal pour venir nous conter en toute simplicité trois siècles d’histoire en Amérique du Nord, à travers les destins croisés de deux hommes nés un 29 février – l’un des deux en profitant pour ne vieillir que tous les quatre ans… Sur le papier, une grande fresque romanesque dont le les Québécois ont le secret, par un auteur de 36 ans dont c’est le premier roman.

*****

JE EST UN AUTRE : Le Vieux saltimbanque, de Jim Harrison
La rentrée littéraire étrangère sera marquée par plusieurs publications posthumes (Henning Mankell, Umberto Eco), dont le dernier roman de Jim Harrison, paru aux USA un mois avant sa mort. Pour ce livre, Harrison fait le choix d’une autobiographie masquée, puisqu’il prête à un narrateur, écrivain en mal d’inspiration, les moments marquants de sa propre vie. L’une des sorties importantes de la rentrée, par la force des choses.

Kraus - I love DickCE N’EST PAS CE QUE VOUS CROYEZ (BANDE DE GROS DÉGOÛTANTS) : I love Dick, de Chris Kraus
Une femme mariée tombe follement amoureuse d’un homme prénommé Dick, à qui elle se met à écrire ; par jeu ou par défi, le mari de cette femme entame lui aussi une correspondance avec Dick… Publié en 1997 aux Etats-Unis, I love Dick est un livre culte aux États-Unis, considéré par une journaliste du Guardian comme « le livre le plus important sur les relations homme-femme qui ait été écrit au XXème siècle ». Rien que ça. On demande à voir, même si le pitch ne nous fait pas plus rêver que cela.

*****

BONUS / LE ROMAN FANTÔME : Babylone, de Yasmina Reza
Je vous aurais bien dit un mot également du nouveau roman de Yasmina Reza, surtout que j’avais aimé son précédent, Heureux les heureux. Mais faute de savoir de quoi il est question (aucun résumé digne de ce nom n’est disponible), nous devrons attendre la sortie du livre.


Martin Martin, de Jean-Pierre Brouillaud

Signé Bookfalo Kill

Que se passerait-il si, du jour au lendemain, tout le monde se mettait à dire ce qu’il pense sans filtre ni retenue ? Oui, ça serait un beau bordel.
Et c’est justement le phénomène dont est témoin Martin Martin. De sa femme à son psy, de ses voisins aux plus éminents chefs d’Etat, la planète entière se met à parler en toute sincérité – révélant des torrents d’acrimonie trop longtemps refoulés. Tandis qu’en une seule journée la température du monde est portée à ébullition, Martin², habitué à vivre sa vie avec passivité, se réveille soudain et saute sur l’occasion pour savoir ce que les gens pensent vraiment de lui. Il ne va pas être déçu du voyage – et en tirer des conclusions inattendues…

Brouillaud - Martin MartinVoilà ce qu’on appelle une chouette idée de départ ! Dans la foulée, Jean-Pierre Brouillaud a l’intelligence de la développer juste ce qu’il faut et de ne pas chercher à trop en faire. Déroulé sur une centaine de pages, Martin Martin puise sa drôlerie dans sa brièveté, contrariant ainsi des digressions inutiles qui auraient plombé l’efficacité de son humour.

Pourtant, Brouillaud en profite pour taper un peu partout et dénoncer pas mal d’hypocrisies usuelles. Cela va de la vieille cliente qui avoue à son boucher tout le mal qu’elle pense de sa viande, aux puissants du monde – anonymes mais éminemment reconnaissables (ah, « les gesticulations du petit Français »…) – qui s’insultent par médias interposés, en passant par des critiques réjouissantes des mondes de l’édition ou de l’art contemporain.

Au milieu de tout ça, par sa neutralité générique, le héros de Jean-Pierre Brouillaud, dont le nom même est une annulation de personnalité, offre au lecteur un vecteur d’identification dans lequel chacun, tôt ou tard, se reconnaîtra, plaçant ainsi le récit sur le terrain familier de notre quotidien à tous. S’il en prend pour son grade et finit par découvrir de quoi se remettre en question, Martin Martin, effacé et paisible, semble aussi le personnage le plus honnête, le plus proche de la vérité.

Messager d’une philosophie simple mais essentielle, Martin Martin est avant tout une fable légère, facile à lire et d’une grande drôlerie. Comme ce n’est pas si courant à notre époque, voici un livre donc hautement recommandé !

Martin Martin, de Jean-Pierre Brouillaud
Éditions Buchet-Chastel, 2013
ISBN 978-2-283-02640-3
135 p., 13€