Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “Sherlock Holmes

Holmes (1854 / 1891 ?), de Cecil & Brunschwig

Signé Bookfalo Kill

Quatre ans. C’est le temps que les fans auront dû patienter avant de pouvoir enfin plonger dans Holmes (1854 / 1891 ?) tome 3 : L’Ombre du doute – alors que deux ans avaient déjà séparé la parution des deux premiers volumes.
Quatre ans, c’est un délai inouï dans le monde de la B.D. où les volumes s’enchaînent, où les séries se multiplient – voire se démultiplient dans des séries dérivées apparemment sans fin, et parfois sans but réel… Mais c’est que Holmes est elle-même une merveilleuse rareté. Cela mérite bien d’être patient !

Avant tout, un petit rappel des faits…

TOME 1 : L’ADIEU A BAKER STREET
Mai 1891. Quelques jours après la mort de Holmes, le docteur Watson, ami, auxiliaire d’investigation et biographe du célèbre détective, achève d’écrire le récit de sa dernière aventure, ponctuée par sa mort et celle du professeur Moriarty aux chutes de Reichenbach. Mais différentes révélations inattendues, orchestrées notamment par Mycroft, le propre frère de Sherlock, en empêchent la publication, et poussent Watson à s’interroger sur son ami. Le connaissait-il vraiment ? Qui était vraiment Moriarty – et celui-ci est-il seulement mort avec Holmes ?

TOME 2 : LES LIENS DU SANG
Soucieux d’en savoir plus, Watson, sa femme et Wiggins (ancien membre des Irréguliers de Baker Street, une bande de gamins des rues donnant parfois un coup de main à Holmes dans ses investigations) rendent visite à Siger Holmes, le père de Sherlock. Placé sous la coupe d’une gouvernante intraitable à jambe de bois, le vieillard sénile est inaccessible, et en apprendre plus sur la jeunesse du détective nécessitera aux enquêteurs quelques efforts parfois peu légaux…

TOME 3 : L’OMBRE DU DOUTE
Tandis que Watson et sa femme partent en France, à la recherche de la nourrice de Sherlock, Wiggins s’intéresse à un certain docteur Dudley Parks, susceptible de le renseigner sur l’étrange gouvernante de Siger Holmes. Mais le médecin est un drôle de personnage, et Wiggins se retrouve malgré lui mêlé à un violent combat de rue en plein Whitechapel, provoqué par Parks. Un combat de rue dans l’ombre duquel traîne un certain Mycroft Holmes…

Soyons honnêtes, on tombe rarement sur des bandes dessinées aussi riches, aussi classes, aussi somptueuses et aussi intelligentes. Tout y est parfait !
Le dessin de Cecil d’abord, jouant sur les nuances de gris, d’une précision sidérante dans les détails, créant ici de véritables tableaux, animant là des scènes de foule extraordinaires (voir, dans le tome 3, la fameuse séquence de bataille de rue que l’on lit en immersion, littéralement englouti par le chaos de la bagarre !)
Voyez, pour vous en convaincre, cette planche tirée de L’Ombre du doute, relatant l’arrivée de Watson et sa femme à Bordeaux :

Le scénario de Luc Brunschwig ensuite, qui s’empare avec sérieux du mythe littéraire pour en tirer de nouvelles propositions, de nouvelles idées ; qui exploitent ses zones d’ombre (le passé de Sherlock, très mystérieux dans l’œuvre de Doyle) pour en tirer une source d’inspiration apparemment inépuisable. Un projet tout entier contenu dans le sous-titre énigmatique de la série, depuis la date de naissance, méconnue, de Sherlock – qui renvoie à son enfance – jusqu’à la date hypothétique de sa mort.
Tout y est crédible, respectueux de l’œuvre originale tout en étant innovant.

La combinaison des deux auteurs enfin, qui n’hésitent pas à commencer le tome 2 par un long flashback ou le tome 3 par une superbe séquence onirique qui « ressuscite » Holmes, pour mieux nous entraîner dans les méandres d’une histoire que l’on comprend de plus en plus complexe au fil des planches.

D’ailleurs – et c’est un peu la mauvaise nouvelle -, Brunschwig et Cecil ont apparemment prévu neuf volumes au total pour dévoiler l’ensemble du mystère. Espérons donc qu’ils sauront accélérer un peu le rythme, sans rien perdre de la qualité de leur travail bien sûr, afin de nous permettre de lire l’intégralité de cette formidable série avant la maison de retraite !

Holmes (1854 / 1891 ?), de Cecil (dessin) & Brunshwig (scénario)
Éditions Futuropolis
Tome 1 : L’Adieu à Baker Street, 2006.
978-2-7548-0048-8, 11,20€
Tome 2 : Les liens du sang, 2008.
978-2-7548-0046-4, 11,20€
Tome 3 : L’Ombre du doute, 2012.
978-2-7548-0247-5, 13,50€


Désaccords imparfaits, de Jonathan Coe

Signé Bookfalo Kill

Dans l’introduction de Désaccords imparfaits, Jonathan Coe explique qu’il ne lui est « pas facile de faire court. » On le croit volontiers, même si, dans ses romans (dont je suis un inconditionnel), il a le bon goût et le talent de ne jamais faire trop long.
J’attendais donc ce bref recueil – « toute ma production de nouvelles au cours de ces quinze dernières années », dixit l’auteur – avec une infinie curiosité, me demandant s’il s’agissait d’une publication opportuniste au parfum amer de fonds de tiroir, d’un tirage réservé aux fans du romancier anglais, ou bien d’un objet littéraire présentant un véritable intérêt.

Les fans seront sûrement satisfaits, mais ils ne seront pas les seuls ; et de fonds de tiroir, il ne saurait être question. On retrouve dans les trois nouvelles – Ivy et ses bêtises, 9e et 13e et Version originale – tout ce qui fait qu’on aime Jonathan Coe : un mélange subtil de mélancolie, d’ironie et de tendresse, des personnages en recherche de choses, de souvenirs ou de sentiments diffus, de l’humour – anglais, forcément (surtout dans Version originale, où le héros, compositeur anglais de musique de films, se retrouve juré d’un festival français de films d’horreur…)

Plus étonnant : bien qu’écrits à des périodes différentes de sa carrière, ces trois textes se complètent, se répondent, pris dans la toile de thématiques et d’obsessions chères au romancier : la musique (deux des héros sont musiciens), le cinéma, la famille et ses failles, l’amour et ses indécisions… On est certes plus proche de sa veine intimiste, magnifiquement mise en œuvre dans La Pluie, avant qu’elle tombe, que de la verve satirique de Testament à l’anglaise qui a d’abord assuré sa renommée.
Mais le bonheur reste intact, de même que l’on retrouve l’écriture fluide et gracieuse de Coe, qui se fait même aventureuse dans 9e et 13e, presque entièrement racontée au conditionnel…

En guise de cadeau bonus, un article consacré à la Vie privée de Sherlock Holmes, film méconnu de Billy Wilder, complète les trois nouvelles. Un ajout qui n’a rien d’incongru : dans ce texte, Coe relate sa passion pour ce film, et surtout pour sa bande originale.
Musique, cinéma et quête obsessionnelle d’un idéal impossible à atteindre (l’auteur relate comment il a traqué pendant des années tout ce qui concernait le film, y compris une bande originale introuvable et des scènes coupées invisibles – tout ceci bien avant l’avènement du DVD et d’Internet) : est présente ici une bonne partie de l’univers de Jonathan Coe, aussi bon nouvelliste qu’il est l’un des romanciers britanniques les plus importants des vingt dernières années.

Désaccords imparfaits, de Jonathan Coe
Éditions Gallimard, 2012
ISBN 978-2-07-013362-8
99 p., 8,90€


Jeu de pistes, de Marcel Theroux

Signé Bookfalo Kill

Quand Daniel March apprend par son père que son oncle Patrick vient de mourir, il en est d’autant plus surpris qu’il le croyait décédé depuis longtemps. Alors, lorsqu’il découvre en plus que Patrick l’a nommé légataire universel, lui laissant notamment la charge de conserver en état sa singulière maison à Cape Cod, Daniel y voit un signe : à 35 ans, célibataire et sans ambition, il végète depuis trop longtemps comme obscur grouillot à la BBC. Pourquoi ne pas tout quitter et partir vivre aux Etats-Unis ?
A la suite de fouilles hasardeuses, Daniel découvre un manuscrit mystérieux – son oncle était écrivain -, l’esquisse d’un roman historique mettant en scène Mycroft Holmes, le frère de Sherlock. Des échos troublants glissés dans l’oeuvre conduisent Daniel à se confronter autant à lui-même, à ce qu’il attend de la vie, qu’à son passé et à celui de sa famille…

Voilà un roman qui me donne à réfléchir.
Je l’ai lu avec plaisir, assez vite séduit par le rythme nonchalant et le ton partagé, entre humour doux-amer et mélancolie, du narrateur Daniel. Le personnage est immédiatement attachant, délicat loser à la recherche d’un but à sa vie, et dont l’immersion dans l’univers singulier de son oncle lui offre le miroir dont il a besoin – même s’il lui reflète beaucoup d’inattendu…
Si jeu de pistes il y a, comme le titre l’indique, ce n’est pas tant sous forme de suspense ou d’une enquête dans les règles de l’art, que dans la façon dont l’apprentissage du héros avance peu à peu, par étapes subtiles, au fil de rencontres, de souvenirs et de réflexions saisies presque par hasard.
Tranquille, le style de Marcel Theroux (qui est anglais, comme son nom l’indique) imprime un rythme lancinant à une intrigue faite de petits riens – sauf lorsque le romancier s’amuse à pasticher la lourde plume propre aux fresques historiques, ou celle de Conan Doyle. Mine de rien, il nous conduit au fil des pages,sans fausse note ni ennui, jusqu’à la conclusion de son histoire, peut-être prévisible mais néanmoins touchante.

Bref, est-ce un bon livre ? Je crois. Est-ce un livre marquant ? Je ne pense pas – d’où ma réflexion sur ce roman.
Evidemment, tous les livres que l’on lit ne peuvent pas frapper autant notre imaginaire à chaque fois. Mais il y en a qui s’effacent sitôt refermés, quel que soit le plaisir que l’on a pris à les lire. Des livres parmi d’autres, qui ne laissent aucune trace, qui n’ajoutent pas de brique à notre vécu, et dont est bien en peine de parler quelques jours, quelques semaines après les avoir lus – quand on se rappelle les avoir lus.

Je glisse Jeu de pistes dans cette catégorie. Que cela ne vous empêche pas de le lire si le sujet vous plaît, vous ne le regretterez pas. Et peut-être en garderez-vous davantage que moi… Chacun son expérience !

Jeu de pistes, de Marcel Theroux
Editions Plon, 2011
ISBN 978-2-259-21295-3
238 p., 21€