Articles tagués “sensualité

Nos corps étrangers, de Carine Joaquim

Éditions la Manufacture de Livres, 2021

ISBN 9782358877244

240 p.

19,90 €


Quand Élisabeth et Stéphane déménagent loin de l’agitation parisienne avec leur fille Maëva, ils sont convaincus de prendre un nouveau départ. Une grande maison qui leur permettra de repartir sur de bonnes bases : sauver leur couple, réaliser enfin de vieux rêves, retrouver le bonheur et l’insouciance. Mais est-ce si simple de recréer des liens qui n’existent plus, d’oublier les trahisons ? Et si c’était en dehors de cette famille, auprès d’autres, que chacun devait retrouver une raison de vivre ?


Que ça fait du bien, les premiers romans courageux. (Pas tout à fait premier roman, dans ce cas, puisque Carine Joaquim a déjà publié plusieurs livres en auto-édition sous le pseudonyme de Jo Rouxinol. Premier roman dans le circuit d’édition « classique », donc.)

Que ça fait du bien, les livres qui s’emparent d’un sujet connu, voire rebattu – la faillite d’un couple et, au-delà, d’une famille et de tous ceux qui les approchent, comme par contagion de malheur – pour le guider dans des eaux neuves, grâce à un style qui s’affirme d’emblée et une résolution à pousser la tragédie jusque dans ses ultimes retranchements.

Faire du bien.
Ça peut paraître bizarre, d’employer cette expression pour qualifier un roman qui va vous malmener, vous griffer le cœur et vous entraîner aux confins de la violence que les êtres peuvent infliger aux autres, y compris (surtout) à ceux qu’ils ont aimé ou aiment encore profondément, et s’infliger à eux-mêmes, sans retenue.

Ce qui fait du bien, c’est la vitalité d’une littérature éperdue de sincérité et de vérité. Une littérature qui, sans aucun doute, va toucher de très près nombre de lecteurs et de lectrices, par sa manière d’évoquer le déraillement de l’amour, la trahison intime, mais aussi le vertige des corps emportés par le désir et l’envie irrésistible de combler les creux du cœur par l’embrasement des peaux et l’affolement des sens. Et quand je dis toucher, je pense fouiller au plus profond, là où ça fait mal.
Mais où la littérature peut…
Oui, faire du bien. Empathique et salvatrice.

Pour obtenir cette curieuse alchimie, Carine Joaquim s’appuie sur des personnages qui auraient pu se figer comme des clichés.
Au contraire, elle les déplie, les déploie, leur donne une vraisemblance indispensable en collant à leurs pensées et à leur psyché.
Aucun manichéisme.
Stéphane n’est pas qu’un mari cherchant à racheter son infidélité. Élisabeth n’est pas qu’une victime jouant de sa faiblesse supposée pour obtenir ce qu’elle veut. Maëva n’est pas qu’une adolescente colérique et égocentrique.
Ils sont tout ceci, pourtant. Mais pas seulement. Leurs personnalités, leurs aspirations, leurs contradictions, Carine Joaquim les scrute à la loupe pour les pousser à s’accomplir, en bien ou en mal – les deux à la fois, le plus souvent.
Humains, tout simplement.

Nos corps étrangers taille une déchirure, qui lentement cisaille le texte, jusqu’à la terrible explosion finale. Il capture des tempêtes intérieures qui renversent les cœurs et bouleversent les corps. Analyse une famille qui se délite, d’une manière implacable, clinique, mais non dénuée de sentiments et de chair, bien au contraire.

L’entrée en littérature de Carine Joaquim va laisser des traces. Un choc à ne pas manquer, à condition d’avoir les nerfs assez solides pour l’encaisser de plein fouet.


La Grande Odalisque, de Vivès, Ruppert & Mulot

Signé Bookfalo Kill

Carole, la blonde, et Alex, la rousse, sont des cambrioleuses de haut vol, prêtes à tout pour réussir les coups les plus audacieux – comme voler « Le Déjeuner sur l’herbe » au Musée d’Orsay, par exemple. Leur réputation est telle qu’un commanditaire très riche, et tout aussi dénué de scrupules qu’elles, leur demande de récupérer « la Grande Odalisque », un immense tableau d’Ingres présenté au musée du Louvre.
Devant la complexité de la tâche, les deux amies décident d’embaucher un troisième comparse. Encore une fille : Sam, la brune, une championne de moto qui n’a pas froid aux yeux…

Ruppert & Mulot constituent l’un des duos emblématiques de la B.D. indépendante française. Ils élaborent à quatre mains des univers où le découpage, le mouvement et les corps en noir et blanc sont plus importants que l’expression des visages, le plus souvent non dessinée. Bastien Vivès se fait connaître à la fois par son blog – où il aligne des strips thématiques méchamment drôles et pertinents – et par des œuvres plus exigeantes (Polina, Le Goût du chlore).

Si l’annonce de leur association a pu surprendre, elle fait néanmoins des étincelles. La superbe couverture de la Grande Odalisque résume parfaitement l’esprit de leur travail : action, suspense, grand spectacle et sensualité.
Comme leurs héroïnes, les trois auteurs s’autorisent tout, y compris et surtout l’improbable. Poursuites en moto à l’intérieur du Louvre, braquage sanglant d’un cartel de la drogue au Mexique, cambriolages en tous genres… Loin de leurs univers respectifs, Vivès, Ruppert & Mulot s’éclatent visiblement à tirer à grands traits une histoire rocambolesque, pleine de légèreté et d’humour second degré mêlés à un suspense échevelé – surtout dans le dernier tiers, explosif.

Les clins d’œil à la série animée japonaise Cat’s Eye, qui a inspiré cette histoire, sont multiples : les deltaplanes, les cannettes fumigènes, l’allusion au surnom du gang, les cartes de visite… Pour autant, on a l’impression que le trio nous invite à découvrir l’envers d’un décor jusqu’à alors policé pour ne pas choquer les chères têtes blondes téléspectatrices que nous étions : d’une part en explicitant une violence graphique (les coups laissent des traces, on tire à balles réelles et les morts tombent) ; d’autre part, en mettant en avant la sensualité exacerbée des trois filles, déjà objets de fantasme lorsque nous regardions la série télé. (Ne dites pas le contraire, les mecs !) Ici, on parle de sexe ouvertement : Carole multiplie les conquêtes sans lendemain, Alex est une indécrottable romantique, et Sam est lesbienne.

Ce qui n’aurait pu n’être qu’un coup marketing est donc au contraire une bande dessinée fun, inventive, à la fois sous influence et originale, où l’on sent bien la patte des trois auteurs, dont l’association est une réussite. Une réappropriation intelligente et excitante, dont on espère d’autres aventures – une hypothèse que la fin de cet opus n’interdit pas… A suivre ?

La Grande Odalisque, de Bastien Vivès, Florent Ruppert & Jérôme Mulot
Éditions Dupuis, collection Aire Libre, 2012
ISBN 978-2-800-15573-9
122 p., 20,50€