Articles tagués “secrétaire

Un long voyage

Claire Duvivier - Un long voyage

 

Claire Duvivier

Éditions Aux Forges de Vulcain

ISBN 9782373050806

314 p.

19 €


Issu d’une famille de pêcheurs, Liesse doit quitter son village natal à la mort de son père. Fruste mais malin, il parvient à faire son chemin dans le comptoir commercial où il a été placé. Au point d’être pris comme secrétaire par Malvine Zélina de Félarasie, ambassadrice impériale dans l’Archipel, aristocrate promise aux plus grandes destinées politiques. Dans le sillage de la jeune femme, Liesse va s’embarquer pour un grand voyage loin de ses îles et devenir, au fil des ans, le témoin privilégié de la fin d’un Empire.


La quatrième de couverture du premier roman de Claire Duvivier est à la fois juste, pour qui a lu le livre, et potentiellement trompeuse dans le cas contraire. Le long voyage du titre, davantage que géographique, est avant tout intime, humain, intellectuel. En lisant l’expression « grand voyage loin de ses îles », on serait en droit d’imaginer un périple aventureux plein de rebondissements, un grand roman d’aventures et d’exploration propre à nous faire traverser mille et une contrées échappées de l’imagination foisonnante de l’auteure.
Point de tout ceci, ou en tout cas pas tant qu’on pourrait le croire. En revanche, en terme d’imagination foisonnante et de grand roman, on est servi.

Un héros très discret

L’un des tours de force d’Un long voyage, c’est de nous faire adopter le point de vue de son narrateur, Liesse, personnage dont les origines frustes, les choix ou les orientations de vie sont souvent aléatoires. Et dont la fonction même de secrétaire l’empêche de s’élever, de tout voir et de tout savoir, et le contraint à ne faire état que de ce dont il est témoin ou confident.
Adopté à l’âge de sept ans comme esclaves par deux fonctionnaires impériaux (en secret, car c’est contraire aux lois de l’Empire), privé de grandeur quoi qu’il fasse, souvent mal considéré par ceux qui l’entourent, Liesse est aux limites de l’anti-héros. D’ailleurs, tout son propos, dès les premières lignes qu’il adresse à une mystérieuse Gémétous, est de traiter, non pas de sa vie, mais de celle qu’il a servi, la flamboyante aristocrate Malvine Zélina de Félarasie.

Trompe-l’œil, bien entendu. Car Liesse est bien le véritable héros du roman. Un héros dont la modestie et l’humilité jouent pour beaucoup, paradoxalement, dans l’atmosphère fabuleuse du livre (au sens premier et littéraire du terme : « qui relève de la fable »). Car sa position en retrait éclaire avec force les grandeurs et décadences de l’Empire, cet ailleurs vaste et mystérieux dont Claire Duvivier ne dévoile, au bout du compte, que quelques territoires, quelques histoires, quelques secrets.
Oui, c’est cela : Un long voyage, c’est le parcours extraordinaire d’un héros ordinaire.

Si vous cherchez des Nains, passez votre chemin !

Intime et intérieur, presque rationnel, le roman évolue pourtant dans un univers construit de toutes pièces. Un long voyage est sans aucun doute un roman de fantasy. Mais sans effets spéciaux, sans dragons ni trolls ni magiciens ni elfes. Voici une fantasy qui se déploie par son imaginaire géographique, politique, historique, d’une richesse d’autant plus insoupçonnable au départ que Claire Duvivier, habile et maligne, en dévoile les éléments au compte-gouttes. Son idée est de nous faire croire à son monde en nous y invitant comme dans un territoire familier, alors même que le lecteur n’en possède aucun code.
Tout se met en place au fil des pages, des chapitres, à petites touches, sans que jamais la romancière ne se perde dans de longues descriptions ou explications. C’est au lecteur de faire le boulot, ce qui permet de constituer ses propres images de cet univers, avec une liberté rare, tout en restant attaché avant tout aux péripéties humaines de l’intrigue.

Les aventuriers du temps

Cette approche atypique nécessite d’être patient, et attentif. On s’attache progressivement au jeune Liesse, dont le roman va suivre la vie sur un temps très long, plusieurs décennies, sans que jamais on s’ennuie. Un long voyage propose, d’ailleurs, une réflexion sur l’Histoire et ses conséquences à long terme, sur la manière d’appréhender le passé et de se réconcilier avec lui, sur le passage du temps et sur ses conséquences – notamment lors d’un basculement du récit dont je ne peux évidemment rien vous révéler, mais qui propulse le récit dans une autre dimension (dans tous les sens de l’expression) et l’entraîne soudain dans des chemins aussi imprévisibles qu’excitants et fascinants.

En cela, le narrateur est aidé par les nombreux personnages qu’il côtoie, galerie de caractères remarquables dont on pourrait regretter, parfois, de ne pas en savoir un peu plus. S’il faut mettre un bémol, que ce soit celui-ci… mais il est mineur.
En revanche, si l’on suit le rythme singulier que propose Claire Duvivier, on finit par être récompensé. Car Un long voyage prend de plus en plus d’ampleur, finit par créer des brèches, par prendre des chemins inattendus, et même par secouer quand les événements gagnent en mystère et en intensité. Plus on s’approche de la fin, plus le livre est vaste, riche, bouleversant. Le chapitre 13, notamment, est une réussite exceptionnelle, qui m’a profondément touché.

Très joli coup d’essai, donc, pour Claire Duvivier, dont j’ai déjà hâte de retrouver le regard original et la superbe plume. Peut-être dans le même univers ? Car Un long voyage ébauche des paysages et des intrigues inouïes, suggère en arrière-plan une Histoire (oui, avec un grand H) immense, qu’il serait passionnant de continuer à explorer. Quoi qu’il en soit, à suivre !


N.B.: on dit beaucoup de bien de ce livre un peu partout, depuis des semaines, au fil d’un bouche-à-oreille exceptionnel (phénomène qui, d’ailleurs, a attiré mon attention sur lui). Retrouvez donc les avis d’Yvan sur son blog Émotions, d’Un dernier livre avant la fin du monde, Les lectures d’Antigone, Quoi de neuf sur ma pile… parmi tant d’autres !


L’Euphorie des places de marché, de Christophe Carlier

Signé Bookfalo Kill

Norbert Langlois dirige Buronex, une entreprise spécialisée en livraisons de bureaux à des entreprises étrangères. Agathe Pichenard, sa terrible secrétaire, était là bien avant Norbert, lorsque la boîte s’appelait Pattoni et s’occupait de plomberie ; des patrons, elle en a vu d’autres depuis le merveilleux Ernesto Pattoni, et ce n’est pas un Langlois qui va l’intimider – pas plus qu’une jeune stagiaire prénommée Ludivine, même si elle est extrêmement sage et travailleuse.
Mais quand un gros client américain arrive, avec à la clef la promesse d’un contrat très juteux, la donne pourrait sérieusement changer…

Carlier - L'Euphorie des places de marchéS’amuser avec l’économie, c’est possible ? Oui, la preuve avec Christophe Carlier. L’Euphorie des places de marché est une comédie pétillante sur le monde de l’entreprise, cadre prétexte à un affrontement comique, quasi théâtral, entre un jeune patron dont les dents longues n’ont pas beaucoup de chance de rayer le parquet, faute d’avoir l’agressivité de les y planter, et une secrétaire épouvantable, cauchemar ambulant pour tout employeur digne de ce nom.

Car toute l’énergie du livre repose sur l’hilarante Agathe Pichenard, montagne de mauvaise foi, quinquagénaire charnue prête à tout pour ne pas travailler, autant que pour arriver à ses fins – et parfois, plus ou moins volontairement, à celle des autres…
Adepte de formules définitives qui clouent le bec à quiconque envisage de lui confier la moindre tâche – des phrases toutes faites dont le sommet est l’imparable « Doucement, nous sommes pressés » -, le personnage d’Agathe est un festival, régalant le lecteur par son caractère épouvantable et sa capacité innée à en faire le moins possible tout en se faisant craindre et respecter de tous. Clairement le genre de collègue qu’on ne voudrait pas avoir, mais qu’on a tous plus ou moins rencontré un jour – d’où la joie presque sadique que l’on trouve à lire ses inventions permanentes pour se dérober à ses responsabilités professionnelles.

Le roman tient essentiellement à cela, ainsi qu’au face-à-face entre Agathe et Norbert, patron falot et inquiet, qui se réjouit des bulletins économiques à la radio lorsqu’ils se complaisent dans l’alarmisme, mais s’inquiète lorsque les nouvelles en provenance des bourses et des marchés sont bonnes.
Pour le reste, l’intrigue du roman s’avère limitée, et le ton général reste d’une grande légèreté, Christophe Carlier ne prétendant jamais développer une profonde réflexion sociologique sur l’entreprise ou l’économie contemporaine. L’évolution et la conclusion du roman sont assez prévisibles, mais le style alerte et joyeusement ironique de l’auteur garantit jusqu’au bout le plaisir que l’on prend à dévorer ce livre bref et bien vu.

L’intérêt de L’Euphorie des places de marché réside donc dans cette réjouissante comédie de mœurs moderne, où l’on peut tous, sans doute, se retrouver un peu.

L’Euphorie des places de marché, de Christophe Carlier
Éditions Serge Safran, 2014
ISBN 979-10-90175-15-0
190 p., 16€


Clichy de Vincent Jolit

CLICHY - Vincent JOLITEn 1932 sortent deux ouvrages qui vont se disputer les faveurs du Goncourt. Les loups, de Guy Mazeline et Voyage au bout de la nuit, de Céline. Le premier l’emportera mais c’est le second qui va marquer les esprits. Céline devient du jour au lendemain, un romancier reconnu et acclamé par le public. Mais dans l’ombre de l’écrivain, se cache Aimée. Secrétaire au dispensaire où travaille Louis-Ferdinand Destouches, Aimée Le Corre est une jeune femme sans ambition si ce n’est celle de se marier et de mener une vie convenable. Quand le docteur Louis lui demande de l’aider dans un petit travail qu’il vient d’écrire, elle ne se doute pas qu’elle va se retrouver embringuée dans une machine littéraire qui broie tout sur son passage. Pendant des jours et des nuits, elle va dactylographier le manuscrit, une fois, deux fois, trois fois. Une somme de travail colossal qui la laisse exsangue.

Mais au final, qui se souvient d’Aimée Le Corre? Personne. Vincent Jolit rend hommage à Aimée et à son travail titanesque dont le médecin-écrivain, selon le roman, ne la remerciera qu’à peine et lui offrira seulement, pour bons et loyaux services, une page manuscrite et le livre imprimé et dédicacé. Une biographie très romancée puisque peu d’informations nous sont parvenus sur Aimée. Un ouvrage simple et sans prétention. 

Clichy de Vincent Jolit
Editions de la Martinière, 2013
9782732460260
137p., 14€90 

Un article de Clarice Darling.


La Méthode Arbogast, de Bertrand de la Peine

Signé Bookfalo Kill

A la suite d’un enchaînement de circonstances malheureuses, Valentin Noze chute d’une échelle. Ses blessures sont mineures, mais il commence à souffrir de maux de tête épouvantables. Son médecin l’envoie alors chez le docteur Arbogast, hypnothérapeute de son état, qui utilise notamment des grenouilles malgaches pour fabriquer un sérum particulièrement puissant et efficace.
Une rencontre, ainsi que celle de la belle Sybille, secrétaire d’Arbogast, qui va entraîner Valentin dans des aventures rocambolesques jusqu’à Madagascar…

De la Peine - La méthode ArbogastVoilà un roman qui commence bien mais qui s’essouffle vite. Le premier chapitre, qui nous amène à Valentin et à son accident, est plutôt drôle et bien mené. La suite, jusqu’à la rencontre avec Arbogast, tient encore la route. Et puis, petit à petit, le récit se met à partir dans tous les sens, au point de finir par perdre tout enjeu autre que celui de s’amuser. C’est déjà ça, me direz-vous.

Certes, La Méthode Arbogast offre une lecture vive et plaisante. Bertrand de la Peine joue avec les codes du roman d’aventures, qu’il tripatouille dans une histoire qui fleure bon la parodie – mais sans oser l’assumer tout à fait.
C’est en fait un peu le problème de ce roman : il donne l’impression d’effleurer son potentiel et son sujet. La faute peut-être à un style trop neutre pour faire vibrer la note ironique qui aurait donné un caractère beaucoup plus réjouissant à ces péripéties absurdes.

A l’arrivée, la Méthode Arbogast est un livre sympathique, assez rafraîchissant, parfois amusant, mais vite dissoluble dans l’oubli.

La Méthode Arbogast, de Bertrand de la Peine
Éditions de Minuit, 2013
ISBN 978-2-7073-2307-1
126 p., 13€