Articles tagués “planches

Maman, je t’adore, de William Saroyan

Signé Bookfalo Kill

Après le père et le fils, place à la mère et à la fille ! Dans un parfait mouvement de balancier littéraire, William Saroyan se penche en effet dans Maman, je t’adore sur la relation entre une mère et sa fille, avec autant de magie, de fantaisie et de tendresse que dans Papa, tu es fou – les deux livres ayant été publiés dans la foulée, l’un en 1956, l’autre en 1957.

LaSolutionEsquimauAWLe cadre change pourtant dans ce roman féminin. On quitte la Californie, Malibu, la plage et la vie au grand air pour l’immensité verticale de la ville : New York, sa frénésie perpétuelle, son tourbillon vital… et ses théâtres. C’est que Mama Girl, la mère de la jeune narratrice, est comédienne. Elle a connu quelques succès, mais jamais sur les planches. Un soir, alors qu’elle devait se rendre à une soirée, la nounou qui devait garder la gamine ne se montre pas. Sur un coup de tête (tandis que son ex-mari et son fils se baladent en France), Mama Girl décide alors de partir avec sa fille pour la Grosse Pomme, où elle espère trouver un rôle à sa mesure à Broadway.
Surprise : au cours d’un casting, c’est la petite fille qui est repérée ! L’intervention bienveillante d’une grande actrice, vivant dans le même hôtel qu’elles, permet à Mama Girl de décrocher un rôle dans la même pièce. Voici mère et fille prêtes à brûler les planches côte à côte…

Vous l’aurez compris, le théâtre tient une place centrale dans l’intrigue de Maman, je t’adore. Construisant très habilement une intrigue aussi louvoyante et imprévisible que ses héroïnes, Saroyan dévoile seulement à la fin du roman le sujet de la pièce qu’elles jouent, en la décrivant telle qu’elle est interprétée le soir de la première new yorkaise. Et on rêverait de la voir montée, cette histoire, car elle est pleine de poésie, d’invention et de charme !
Mais le cœur du livre, comme dans Papa, je t’adore, c’est la relation filiale. Le roman irradie de l’amour fou que se vouent Mama Girl et sa fillette. William Saroyan n’a décidément pas son pareil pour mettre en scène la tendresse, la confiance, la chaleur exclusive qui peuvent lier un parent à son enfant. Il le fait avec un grain de folie revigorant, qui rend son livre pétillant et lumineux au plus haut point.
Une bulle de bonheur à partager sans modération !

Maman, je t’adore, de William Saroyan
(Mama I love you, traduit de l’américain par Annie Blanchet)
Éditions Zulma, coll. Z/A, 2016
ISBN 978-2-84304-759-6
240 p., 9,95€

P.S.: tu la vois venir, l’idée cadeau pour la prochaine fête des mères ? ;-)