Articles tagués “peste

Peste et choléra de Patrick Deville

Il existe des maladies dont on a découvert le vaccin. Mais dont on oublie complètement qui est à l’origine de cette prouesse médicale. Alexandre Yersin en est un bel exemple. Suisse né dans un siècle en pleine expansion industrielle, aux prémices d’une médecine encore un peu balbutiante, Yersin va découvrir, alors qu’il est membre de l’Institut Pasteur, le vaccin contre la peste, avant de décéder, en pleine Seconde Guerre Mondiale, au beau milieu des champs indochinois. 

Patrick Deville remet sur le devant de la scène Alexandre Yersin, sans en faire une biographie ou pire, une hagiographie. Yersin est ici un simple médecin lambda, expédié aux quatre coins du monde mais qui n’oublie pas pour autant d’envoyer des lettres à sa mère. Point d’éloge. Yersin était un homme d’une gentillesse à toute épreuve, humble et discret. Deville en cela lui rend bien hommage. 

Cependant, ce qui m’a dérouté chez Patrick Deville, c’est son écriture. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un livre aussi bien écrit. A tel point que l’histoire du roman est un peu obscure. On passe du coq à l’âne en un court paragraphe et on ne sait plus qui dit quoi. Trop poétique pour moi peut-être. Hormis ces considérations stylistiques et linguistiques (certains termes sont crûs alors qu’il n’en était, à mon humble avis, pas besoin) et si vous aimez les romans très littéraires, où l’écrit prend le dessus sur l’histoire, cet ouvrage est fait pour vous. 

Peste et choléra a obtenu le prix du roman FNAC 2012 et le prix Femina 2012.

Peste et choléra de Patrick Deville
Editions du Seuil, 2012
9782021077209
220p., 18€

Un article de Clarice Darling.


Petite peste !, de Jo Witek

Signé Bookfalo Kill

Les éditions Oskar ont changé de charte graphique et ça se voit. Les nouvelles couvertures designées par Jean-François Saada et illustrées par des dessins sont colorées, vivantes, singulières ; bref, elles sortent du lot, et c’est un bon point dans la production actuelle des romans pour la jeunesse…

Ceci étant dit, il faut s’intéresser au principal, c’est-à-dire aux textes. Parmi les dernières parutions : Petite peste !, de Jo Witek.

L’histoire est simple : Jessie, la peste du titre, est une gamine dont la spécialité est de dire tout ce qu’elle pense, surtout quand c’est blessant. Incapable de tenir sa langue, elle n’épargne rien ni personne. Chaque été, elle profite de l’arrivée des vacanciers à Valras-Plage, où elle habite, pour recruter les membres de son “Clan des Cabossés” – des gamins pas arrangés par la vie. Sauf que cette année, Manu le bègue, Arthur le moche et Nathalie la jolie blonde trop timide se laissent moins faire que d’habitude ; de quoi obliger Jessie à affronter le douloureux secret qui la rend si dure avec les autres…

Les personnages d’enfants sont attachants et le style enjoué autorise une lecture rapide et agréable. Le roman aborde des thèmes fondamentaux : tolérance des différences et des handicaps, acceptation du deuil, réflexion sur la sincérité…, avec fraîcheur mais sans pousser très loin la réflexion, se réservant du même coup à de jeunes lecteurs.
J’ai connu Jo Witek plus ambitieuse, notamment dans l’excellent Récit intégral (ou presque) de mon premier baiser, histoire de premier amour particulièrement drôle et inspirée, à recommander aux adolescents confrontés aux premiers affres de la passion. Dans Petite peste !, l’histoire est gentillette, sans plus. Peut-être un peu trop courte pour creuser plus profond dans la vérité des sentiments.

Cela reste néanmoins un petit roman amusant et sympathique, à partir de 9 ans.

Petite peste !, de Jo Witek
Editions Oskar, 2011
ISBN 978-2-350-00714-4
76 p., 7,95€

Retrouvez Petite peste ! sur le site des éditions Oskar.