Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “Jean-Marc Roberts

L’Arbre du pays Toraja, de Philippe Claudel

Signé Bookfalo Kill

Un cinéaste d’une cinquantaine d’années voit son meilleur ami, qui est aussi son producteur, être emporté en un an par un cancer foudroyant. Bouleversé par cette disparition, il s’interroge alors sur notre rapport à la mort et au vivant, tandis son existence, au point de bascule, est tiraillée entre un ancien amour qui finit doucement, et une fascination pour une voisine mystérieuse, dont la vie se déroule fenêtre sur cour en face de sa table de travail…

Claudel - L'Arbre du pays TorajaOui, je sais. Ça pourrait être chiant. Ou déprimant, ce qui ne serait guère mieux, au bout du compte. Ça devrait être chiant ou déprimant, à vrai dire. Mais Philippe Claudel n’est pas le premier pékin venu – et heureusement, sinon je n’aurais probablement pas lu ce livre.
Pour tout dire, je ne sais pas bien comment parler de L’Arbre du pays Toraja, où la question de la mort occupe une place centrale sans pour autant plomber le livre – car il y est aussi question de création, d’amitié et d’amour, ingrédients tout aussi essentiels et attachés à la vie. Dans un drôle de numéro d’équilibriste littéraire, Claudel parvient à tracer un chemin fragile entre mélancolie et espoir, nostalgie des temps révolus et possibilité d’un avenir où l’amour cohabiterait avec l’absence. Sans être joyeux, son roman n’est pas triste. Il évolue d’un pas paisible mais décidé dans un paysage aux nuances de gris harmonieuses – une couleur qui réussit à Claudel, au point de s’être glissée dans le titre d’un de ses romans les plus puissants, le bien nommé Les âmes grises.
Il y parvient ici par la grâce d’un style totalement maîtrisé, jouant du rythme des phrases et des temps du récit sans avoir l’air d’y toucher – la marque des grands, bien sûr. La lecture se déroule sans effort parce que le récit laisse accroire qu’il n’en a fallu aucun pour le mener. Lire Philippe Claudel pourrait presque donner l’illusion qu’écrire est facile…

Roman bilan assez largement autobiographique (Claudel, devenu par ailleurs cinéaste, reste marqué par la mort de son éditeur emblématique, Jean-Marc Roberts, en 2013), L’Arbre du pays Toraja s’avère une ode à la vie, délicate et complexe, faisant la part belle à deux figures féminines émouvantes et sensuelles, tirant à elles seules le livre vers un côté lumineux qui ouvre grand la porte à un sentiment de réconfort inattendu. Un très joli moment de littérature.

L’Arbre du pays Toraja, de Philippe Claudel
Éditions Stock, 2016
ISBN 978-2-234-08110-9
209 p., 18€

Publicités

A première vue : la rentrée littéraire Stock 2013

Stock arrive cette année en portant le deuil de son éditeur historique, Jean-Marc Roberts, décédé en mars dernier. Remplacé par Manuel Carcassonne (ex-Grasset), qui s’est déjà distingué en refusant le nouveau roman de Pierre Mérot pourtant accepté par son prédécesseur – et qui sortira finalement chez Flammarion, on en reparlera sûrement -, la maison à la couverture bleue présente ses habituels titres intimistes, quelques curiosités inhabituelles et trois premiers romans dont un exceptionnel.

Serres - Monde sans oiseauxUN FABULEUX PREMIER ROMAN : Monde sans oiseaux, de Karin Serres
Le titre le plus fort de la rentrée Stock n’aura pas une couverture bleue mais verte, celle de la collection « la Forêt ». La dramaturge Karin Serres nous y offre un premier roman onirique d’une grande justesse, plein d’invention et d’émotion. L’histoire de Petite Boîte d’Os, fille du pasteur d’un petit village qui vit à l’écart du monde, sur les berges d’un lac dont les eaux montent inexorablement… Difficile à raconter, mais incontournable !

Fournier - La servante du SeigneurSUITE FAMILIALE : La Servante du Seigneur, de Jean-Louis Fournier
De Jean-Louis Fournier, vous connaissez peut-être Où on va Papa ? ou Veuf, deux petits livres drôles, courageux et déchirants consacrés respectivement à ses deux fils handicapés et à la disparition de sa compagne Sylvie.
Avec le même sens de la formule qui frappe et le même équilibre savant entre des émotions contradictoires, l’auteur raconte cette fois sa fille, métamorphosée en bigote rigoriste après sa rencontre avec Monseigneur, austère théologien des temps modernes.

Perrignon - Les faibles et les fortsAMÉRICAIN : Les faibles et les forts, de Judith Perrignon
Inspiré d’un fait divers réel, ce roman situé en Louisiane raconte la mort tragique de plusieurs enfants d’une même famille noire, qui se noient tous le même jour dans la Red River. « Pourquoi les Noirs ne savent-ils pas nager ? » s’interroge la presse le lendemain… Nouvel exemple d’auteur francophone investissant l’atmosphère et la culture américaines, Judith Perrignon fera-t-elle aussi bien que Joël Dicker ou Cécile Coulon ?

PHYSIQUE : Avoir un corps, de Brigitte Giraud
La réponse féminine au Journal d’un corps de Daniel Pennac, dont ce roman reprend le même postulat : la vie d’une femme racontée par son corps.

POLITIQUE : Une matière inflammable, de Marc Weitzmann
A travers le destin de trois personnages des années 90 à nos jours, ce roman scanne des vies d’aujourd’hui sur un fond social et politique, qui évoque notamment la figure de Strauss-Kahn… Weitzmann + DSK = sulfureux et polémique ?

PREMIER ROMAN (BIS) : Palladium, de Boris Razon
Inspiré, si j’ai bien compris, de l’expérience de l’auteur, le récit par le narrateur de son voyage intérieur, alors qu’il est soudain privé de ses sens et réduit à une paralysie intégrale. Univers halluciné et inventif en perspective.

PREMIER ROMAN (TER) : Il Babbo, d’Ivan Macaux
Un road trip de la Côte d’Azur à Paris entre un père et son fils qui cherchent à renouer le fil entre eux.

INTIMISTE : Le Don du Passeur, de Belinda Cannone
L’auteur raconte son père, un homme forcément singulier. Pour ceux qui aiment ce genre…