Articles tagués “instituteur

À première vue : la rentrée Julliard 2020

LOGO_JULLIARD_Promo


Toute petite rentrée chez Julliard ! Certes, l’éditeur n’a pas pour habitude de jouer large, mais cette année, avec deux romans seulement et pour la première sous la direction de Vanessa Springora, la maison fait preuve d’une grande modestie. Tout en remodelant sa maquette de couverture, et en comptant sur sa figure de proue pour faire de cette rentrée un succès commercial, ce qui est somme toute assez logique, surtout cette année.


Intérêt global :

neutrre


Yasmina Khadra - Le sel de tous les oublisLe sel de tous les oublis, de Yasmina Khadra

La silhouette inimitable de Don Quichotte orne la couverture du livre. Encore une réécriture, à la manière de ce que propose Salman Rushdie dans cette même rentrée ? Sur le papier, pas vraiment, même s’il est bien question ici d’un voyage initiatique en quête d’identité et de vérité sur soi-même. Cet explorateur en errance, c’est Adem, qui quitte tout, à commencer par son métier d’instituteur et ses élèves, après que sa femme l’a également quitté. Ses pérégrinations lui font multiplier des rencontres étonnantes, le renvoyant tant bien que mal à la possibilité d’une rédemption.

Maylis Adhémar - Bénie soit SixtineBénie soit Sixtine, de Maylis Adhémar

Mine de rien, il faudra rester attentif à ce premier roman, dont le sujet piquant pourrait bien en agacer certains, et donc faire causer ici et là. Sixtine, au prénom évocateur, est une jeune femme qui vit sa foi catholique avec sérénité. Lorsqu’elle rencontre Pierre-Louis, elle croit trouver son âme sœur. Cependant, à peine le mariage célébré, le rêve se fissure. La nuit de noces est éprouvante, et la conception de l’héritier très attendu tourne à l’épreuve insurmontable. Petit à petit, Sixtine prend conscience de la manière dont sa mari et la famille de ce dernier conçoivent la religion…
Un livre qui dénonce l’extrémisme religieux en adoptant le point de vue d’une jeune femme elle-même catholique, voilà qui est courageux, et devrait offrir une réflexion pertinente, loin des clichés et de tout manichéisme. En tout cas, c’est à souhaiter.


À première vue : la rentrée Agullo 2020

logo agullp


Intérêt global :

joyeux


Voici encore une maison qui a follement du caractère. Une petit éditeur qui se distingue par sa charte graphique à la fois radicale et visible, par sa volonté d’aller chercher des textes originaux aux quatre coins du monde, notamment dans des pays d’Europe peu traduits chez nous, par l’exigence de ses choix et par son amour absolu pour ses textes et ses auteurs.
Ces derniers temps, Agullo a rencontré succès et considération, grâce à Frédéric Paulin et sa formidable trilogie polar sur la montée des extrémismes dans le monde, ainsi que grâce au romancier italien Valerio Varesi, qui œuvre lui aussi dans le genre policier.
À l’occasion des quatre ans de leur maison, Nadège Agullo, Sébastien Wespiser, Estelle Flory et Sean Habig choisissent un nouveau défi : lancer dans la rentrée littéraire leur premier auteur français. Qui sera d’ailleurs une auteure. Un pari à suivre de très près.


Astrid Monet - Soleil de cendresSoleil de cendres, d’Astrid Monet

Trois jours à Berlin. Ces trois jours s’annonçaient déjà délicats pour Marika, qui venait présenter pour la première fois son fils Solal, sept ans, à son père Thomas, un dramaturge allemand qu’elle avait quitté brutalement juste après la naissance du garçon. Mais la situation devient aussi dangereuse que tragique lorsqu’un volcan se réveille dans l’ouest de l’Allemagne, qui recouvre Berlin d’une nuée de cendres noires en quelques heures, puis lorsqu’un tremblement de terre coupe la ville en deux. Dans ce paysage apocalyptique, Marika part à la recherche de Solal et Thomas…
Après plusieurs recueils de nouvelles, c’est le deuxième roman d’Astrid Monet, et donc le premier publié chez Agullo.

Osvalds Zebris - A l'ombre de la Butte-aux-CoqsÀ l’ombre de la Butte-aux-Coqs, d’Osvalds Zebris
(traduit du letton par Nicolas Auzanneau)

Riga, 1905. Alors que l’empire du tsar russe s’effondre un peu plus à chaque nouvelle émeute, un ancien maître d’école s’engage dans la révolution en ignorant ce que cette initiative lui coûtera. L’année suivante, lorsque trois enfants sont enlevés, la ville entre en ébullition.


BILAN


Lecture certaine :
Soleil de cendres, d’Astrid Monet

Lecture potentielle :
À l’ombre de la Butte-aux-Coqs, d’Osvalds Zebris