Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “cousin

La Diamanterie, de Laure Monloubou

Signé Bookfalo Kill

Atteinte d’une légère malformation d’une jambe qui la rend un peu bancale, élevée seule par sa mère, Pénélope n’a pas forcément la vie facile, mais elle s’en sort plutôt bien. Jusqu’à cette soirée funeste où sa mère lui prépare des lasagnes, son plat préféré… Ca sent la mauvaise nouvelle !!! Et effectivement, cette dernière est au rendez-vous : l’adolescente apprend qu’elle va devoir passer ses vacances d’été chez son oncle et sa tante à la montagne – et qui dit oncle et tante dit aussi cousin et cousine, ceux-là même qui avaient trouvé très drôle de balancer Pénélope dans une fourmilière géante quelques années auparavant, entre autres moqueries qui avaient ruiné ses vacances d’alors.
Bref, c’est la tuile. Sauf que les années ont passé, que les gens peuvent changer, et que de belles rencontres peuvent tout remettre en cause, y compris pour le meilleur…

monloubou-la-diamanterieAutant être sincère, cette chronique sera sans doute l’une des moins objectives de ce blog. Et pour cause, il se trouve que je connais fort bien Laure Monloubou, l’auteure de la Diamanterie, puisque je la côtoie professionnellement (et amicalement) tous les jours. Comme c’est l’une des plus belles personnes que je connaisse – si la gentillesse devait être incarnée au cinéma, il faudrait embaucher Laure sans hésiter une seconde -, cela rend la tâche d’écrire cet article beaucoup plus difficile qu’autre chose, paradoxalement. A tel point que je me suis interrogé sur la pertinence de le faire ou non.
D’un autre côté, comme j’ai beaucoup aimé ce livre, je tiens à le défendre et donc à vous en parler. Étant dûment avertis, à vous de juger si cette visite de la Diamanterie peut vous plaire ou séduire un enfant de votre entourage !

Tiens, d’ailleurs, ce titre, la Diamanterie, vous aura peut-être intrigué, mais je vous laisserai le soin de découvrir à quoi il fait référence en lisant le livre (hé oui, ho hein, sinon ce serait trop facile !) Que vous dire donc ? Qu’il s’agit d’un très beau roman, tout en simplicité, en tendresse, en humour, en drôlerie, en chaleur humaine. Qu’il convient à de jeunes lecteurs dès 11 ans et bien sûr au-delà. Qu’il parle joliment d’adolescence, de la fragilité de cet âge de la vie où chaque seconde vécue peut constituer une remise en question primordiale. Qu’il parle aussi d’amitié, d’amour, d’art, de différence. Qu’il fait resurgir en chacun des souvenirs précieux de vacances d’été, ces moments hors du temps où tant de choses se passent dans nos jeunes existences…

La Diamanterie a aussi le parfum des lectures d’enfance, où l’aventure se mêlait au quotidien entre les pages, et où plus rien n’avait d’importance que de résoudre des mystères et de vivre des amitiés par procuration littéraire. Ce livre a pour moi le charme de mes chers vieux Club des Cinq, par exemple. Et retrouver ces sensations m’a fait un bien fou !

La Diamanterie, ou les vacances d’une fille bancale, de Laure Monloubou (illustrations de Robin)
Éditions Amaterra, 2017
ISBN 978-2-36856-105-8
183 p., 12,50€

Publicités

Les loups blessés, de Christophe Molmy

Signé Bookfalo Kill

D’un côté, Ronan Pessac, patron du Service Central de répression du banditisme. Grand flic, solitaire, ombrageux, aussi dur avec ses hommes qu’avec lui-même. De l’autre, Mateo Astolfi, « beau mec » parmi les plus grands, ordonnateur de braquages et de gros coups, qui a toujours su se préserver grâce à une maîtrise de son art et une paranoïa de tous les instants.
La prudence d’Astolfi lui a longtemps permis de ne pas croiser la route de types comme Pessac. Mais le jour où son jeune frère, trop impétueux, monte avec deux racailles grande gueule sur un braquo qui tourne au bain de sang, l’équilibre de son empire se trouve menacé…

Molmy - Les loups blessésAprès notamment Laurent Guillaume ou Olivier Norek, voilà encore un flic qui prend la plume. Et pas n’importe lequel, puisque Christophe Molmy est l’actuel patron de la BRI parisienne. Celui qui a dirigé les interventions à l’Hyper Casher en janvier 2015 et au Bataclan en novembre. Pour l’avoir un peu côtoyé lors des derniers Quais du Polar, je peux vous dire que le bonhomme impressionne : économe de ses mots, humble dans sa nouvelle fonction de romancier, il a la carrure des gars sur qui pèsent des responsabilités écrasantes, et qui n’ont pas l’air de s’en faire pour autant.

Pas étonnant, dès lors, de le voir entrer en polar avec une histoire de super policier opposé à un grand voyou, à la manière d’un Olivier Marchal au cinéma. S’ils sont sûrement différents par leurs parcours et leurs caractères, Marchal et Molmy partagent le goût des vastes dramaturgies policières classiques, avec leurs « beaux mecs » (ces princes du crime, biberonnés aux grandes méthodes de leur sacerdoce et au respect de l’adversaire), leurs indics troubles et leurs flics opiniâtres, auréolés d’ombre – sans pour autant négliger l’évolution du crime moderne, où il n’existe plus aucune règle et où le moindre braquage se pratique à la kalachnikov ou au lance-roquettes.

Les loups blessés est un bon premier roman, à l’intrigue menée avec intransigeance, auquel il manque néanmoins un petit supplément d’âme pour être vraiment impressionnant. Inspiré par son expérience de terrain, Christophe Molmy privilégie le réalisme, comme le montrent les (trop) nombreuses et (trop) longues scènes de planque ou de filature, certes passionnantes, garantissant une immersion totale et quelques belles montées d’adrénaline, mais au détriment des personnages, un peu trop survolés dans l’ensemble.
Quoi qu’il en soit, c’est un début prometteur, suffisant pour attendre un deuxième opus avec bienveillance et curiosité.

Les loups blessés, de Christophe Molmy
Éditions Points, coll. Policier, 2016
(Première édition : la Martinière, 2015)
ISBN 978-2-7578-5745-8
357 p., 7,50€


Un notaire peu ordinaire, d’Yves Ravey

Signé Bookfalo Kill

Marthe Rebernak est veuve et mère de deux grands enfants qui vivent encore chez elles. Lorsqu’elle apprend que son cousin Freddy sort de prison et revient en ville après quinze ans de réclusion pour un crime abominable, elle refuse de le voir, et surtout de le laisser approcher des siens.
Mais peut-elle l’en empêcher tant qu’il ne fait rien de mal ? Et est-ce que le notaire, maître Montussaint, qui a déjà bien aidé Marthe par le passé, pourrait à nouveau lui porter secours ?

Ravey - Un notaire peu ordinairePlus on avance dans la lecture d’Un notaire peu ordinaire, plus on se prend à imaginer ce que Claude Chabrol aurait pu en faire s’il l’avait adapté au cinéma. Il s’y trouve nombre d’ingrédients qui auraient pu le séduire : une petite ville de province (non nommée), un notable influent, des gendarmes dépassés, des caractères plus ou moins médiocres, des secrets et des obsessions sordides…
On pourrait presque croire à un roman noir, d’autant qu’il règne dans le roman une tension permanente, de plus en plus forte au fur et à mesure qu’on approche du dénouement.

C’est cela, mais c’est aussi autre chose. Car il y a l’écriture d’Yves Ravey, à la fois concise – l’auteur va à l’essentiel, factuel avant tout, sans s’étendre sur la psychologie de ses personnages qui ne manquent pourtant ni d’épaisseur ni de complexité – et littéraire. Il suffit d’étudier le mécanisme du récit pour s’en convaincre : le narrateur est le fils de Marthe et, alors qu’il n’est directement témoin que de la première et de la dernière scène du roman, c’est tout de même lui qui en rapporte tous les événements. Acteur du début de l’histoire, il en devient un membre implicite ; mais en s’effaçant, il laisse la première place, celle du voyeur, au lecteur.
Un dispositif roublard qui nous ramène au roman noir, puisqu’on croirait lire un témoignage – et c’est peut-être ce que c’est, allez savoir… -, mais qui permet aussi à Ravey un travail saisissant sur l’écriture, notamment sur les dialogues, intégrés au récit.

Un notaire peu ordinaire est le premier livre d’Yves Ravey que je lis, et ce ne sera sûrement pas le dernier. En ce qui me concerne, c’est une vraie découverte, que je vous invite chaleureusement à partager !

Un notaire peu ordinaire, d’Yves Ravey
Éditions de Minuit, 2013
ISBN 978-2-7073-2259-3
108 p., 12€