Articles tagués “Christophe Carlier

L’Assassin à la pomme verte, de Christophe Carlier

Signé Bookfalo Kill

Au Paradise, le palace parisien, des destins se croisent durant une semaine. Celui de Craig, professeur anglais de littérature française aux Etats-Unis, à Paris pour des recherches ; d’Elena, Italienne travaillant dans la mode, en mission dans la capitale ; et de Sébastien, concierge de nuit.
Lorsqu’un autre client est assassiné dans sa suite, leurs trajectoires prennent un détour inattendu…

Carlier - L'Assassin à la pomme verteL’Assassin à la pomme verte n’est pas un polar, plutôt une comédie de mœurs à suspense. L’intrigue criminelle n’est qu’un moteur de l’histoire, pas son sujet ; d’ailleurs on sait très vite qui a tué et pourquoi. Ce qui intéresse Christophe Carlier, c’est le parcours de ses trois personnages principaux, à qui il donne la parole à tour de rôle, dans des paragraphes courts qui dynamisent le récit.

La lecture de ce bref roman est plaisante, d’autant que le romancier a une jolie plume, bien qu’un peu riche en lipides littéraires par moments. Pas étonnant d’ailleurs qu’elle ait séduit Amélie Nothomb (cf. le blurb sur le bandeau et en quatrième de couverture…), tant le style de Christophe Carlier et son propos finalement léger durant l’essentiel du roman, tirant vers le marivaudage, ont des affinités avec les manières de la romancière belge.
Certaines scènes d’ailleurs sont plutôt amusantes, notamment une visite de Craig à la B.N.F. qui parlera sans doute à nombre de lecteurs ayant tenté de fréquenter l’endroit… D’autres saisissent avec finesse l’atmosphère si particulière des hôtels (et le fait que celui du roman soit un palace n’y change pas grand-chose), l’état d’esprit entre parenthèses de ceux qui y séjournent. C’est sensible et bien vu.

Rien d’inoubliable néanmoins au final, si ce n’est justement une fin inattendue, qui tire le roman vers une chute plus sombre et désenchantée que prévu, et entraîne une dernière fois le parcours de tous les personnages dans la même direction, par un joli jeu de circonstances et de hasards. Carlier autorise enfin un peu d’émotion à s’immiscer dans un récit plutôt froid auparavant, à l’image de ses personnages observant le monde à distance, dans le miroir déformant du grand hôtel.

Pour son premier roman (couronné du prix du même nom), Christophe Carlier montre donc qu’il est un habile tricoteur, aisance qu’il a depuis retrouvée dans son deuxième, L’Euphorie des places de marché, sans décoller toutefois de l’anecdotique. Un auteur à surveiller, au cas où.

L’Assassin à la pomme verte, de Christophe Carlier
Éditions Pocket, 2014
(Première édition : Serge Safran, 2012)
ISBN 978-2-266-23785-7
157 p., 5,70€


L’Euphorie des places de marché, de Christophe Carlier

Signé Bookfalo Kill

Norbert Langlois dirige Buronex, une entreprise spécialisée en livraisons de bureaux à des entreprises étrangères. Agathe Pichenard, sa terrible secrétaire, était là bien avant Norbert, lorsque la boîte s’appelait Pattoni et s’occupait de plomberie ; des patrons, elle en a vu d’autres depuis le merveilleux Ernesto Pattoni, et ce n’est pas un Langlois qui va l’intimider – pas plus qu’une jeune stagiaire prénommée Ludivine, même si elle est extrêmement sage et travailleuse.
Mais quand un gros client américain arrive, avec à la clef la promesse d’un contrat très juteux, la donne pourrait sérieusement changer…

Carlier - L'Euphorie des places de marchéS’amuser avec l’économie, c’est possible ? Oui, la preuve avec Christophe Carlier. L’Euphorie des places de marché est une comédie pétillante sur le monde de l’entreprise, cadre prétexte à un affrontement comique, quasi théâtral, entre un jeune patron dont les dents longues n’ont pas beaucoup de chance de rayer le parquet, faute d’avoir l’agressivité de les y planter, et une secrétaire épouvantable, cauchemar ambulant pour tout employeur digne de ce nom.

Car toute l’énergie du livre repose sur l’hilarante Agathe Pichenard, montagne de mauvaise foi, quinquagénaire charnue prête à tout pour ne pas travailler, autant que pour arriver à ses fins – et parfois, plus ou moins volontairement, à celle des autres…
Adepte de formules définitives qui clouent le bec à quiconque envisage de lui confier la moindre tâche – des phrases toutes faites dont le sommet est l’imparable « Doucement, nous sommes pressés » -, le personnage d’Agathe est un festival, régalant le lecteur par son caractère épouvantable et sa capacité innée à en faire le moins possible tout en se faisant craindre et respecter de tous. Clairement le genre de collègue qu’on ne voudrait pas avoir, mais qu’on a tous plus ou moins rencontré un jour – d’où la joie presque sadique que l’on trouve à lire ses inventions permanentes pour se dérober à ses responsabilités professionnelles.

Le roman tient essentiellement à cela, ainsi qu’au face-à-face entre Agathe et Norbert, patron falot et inquiet, qui se réjouit des bulletins économiques à la radio lorsqu’ils se complaisent dans l’alarmisme, mais s’inquiète lorsque les nouvelles en provenance des bourses et des marchés sont bonnes.
Pour le reste, l’intrigue du roman s’avère limitée, et le ton général reste d’une grande légèreté, Christophe Carlier ne prétendant jamais développer une profonde réflexion sociologique sur l’entreprise ou l’économie contemporaine. L’évolution et la conclusion du roman sont assez prévisibles, mais le style alerte et joyeusement ironique de l’auteur garantit jusqu’au bout le plaisir que l’on prend à dévorer ce livre bref et bien vu.

L’intérêt de L’Euphorie des places de marché réside donc dans cette réjouissante comédie de mœurs moderne, où l’on peut tous, sans doute, se retrouver un peu.

L’Euphorie des places de marché, de Christophe Carlier
Éditions Serge Safran, 2014
ISBN 979-10-90175-15-0
190 p., 16€