Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “chaleur

A première vue : la rentrée Sabine Wespieser 2018

Comme souvent, la rentrée littéraire est minimaliste chez Sabine Wespieser, éditrice précieuse dont la rareté des productions est souvent synonyme de livres de grande qualité. Cette année, on s’en tiendra à deux titres seulement : un français fin août, un étranger en septembre (trois si on pousse jusqu’en octobre avec un nouveau roman de Vincent Borel, mais comme par principe je m’arrête à la fin septembre, nous n’en parlerons pas davantage ici). Et, du coup, on a un peu envie de s’intéresser aux deux.

O'Callaghan - Rien d'autre sur TerrePOLTERGEIST : Rien d’autre sur Terre, de Conor O’Callaghan (lu)
(traduit de l’irlandais par Mona de Pracontal)
Quand il ouvre à la gamine terrifiée par la disparition de son père, le prêtre et narrateur de ce troublant premier roman en sait déjà long sur elle. Le village entier se perd en conjectures sur cette famille pas comme les autres, revenue depuis peu en Irlande et installée dans le pavillon-témoin du lotissement en construction. Mais personne ne les connaît vraiment. Les bribes de confidences livrées par la petite fille, dans son anglais aux intonations bizarres, n’en révéleront pas beaucoup plus sur l’atmosphère inquiétante de la maison : les portes y claquent sans raison, l’électricité est subitement coupée, des objets se volatilisent, avant les habitants eux-mêmes… Tout cela sous une chaleur caniculaire, où le temps s’étire en d’insolites séances de bronzage, où des mots apparaissent, écrits sur la poussière des fenêtres, et où l’irrespirable air nocturne est empli de bruits étranges.
Ce bref roman tient les promesses de son résumé : une atmosphère pesante, beaucoup de questions et peu de réponses, des personnages étranges, un sens inouï des décors et une manière forte de les mettre en scène… Quelque part entre une histoire de zombies (mais des zombies bien vivants), un roman d’angoisse et une étude de moeurs, Rien d’autre sur Terre marque la mémoire du lecteur de son empreinte poisseuse. Très réussi !

Tavernier - RoissyTHE TERMINAL : Roissy, de Tiffany Tavernier
Une femme arpente les terminaux de Roissy, tirant sa valise derrière elle. On dirait une voyageuse parmi d’autres, pourtant jamais elle n’embarque. Sans domicile fixe, ni mémoire, elle a fait du gigantesque aéroport son refuge, le creux de son anonymat à protéger. Pourtant, ce confort fabriqué avec tant de soin s’effrite lorsqu’un homme, qui tous les jours vient attendre l’arrivée du Rio-Paris, tente de l’aborder, et ouvre la porte à une nouvelle histoire…
Riche en récits en tous genres et en décors fascinants, le microcosme de l’aéroport est un cadre romanesque séduisant. On est curieux de voir ce que Tiffany Tavernier (fille de, oui oui), déjà auteure de plusieurs livres, y a puisé comme matière.


On a lu (et beaucoup aimé) :
Rien d’autre sur Terre, de Conor O’Callaghan

On lira sûrement :
Roissy, de Tiffany Tavernier


Publicités

L’Etranger, de Jacques Ferrandez

Signé Bookfalo Kill

Ferrandez - L'Etranger, extraitVoici une bande dessinée dont le caractère quasi institutionnel – elle paraît d’ailleurs en 2013, année Albert Camus – semble empêcher toute critique à son égard. Pour adapter L’Étranger, œuvre littéraire majeure du XXème siècle, le nom de Jacques Ferrandez paraît d’une évidence totale. Le dessinateur est né à Alger, il a déjà retranscrit une nouvelle de Camus en B.D., et son dessin classique, qui emprunte également beaucoup, par ses teintes pastel et ses décors détaillés, au style caractéristique des carnets de voyage (dans lequel Ferrandez s’est illustré avec ses Carnets d’Orient), n’offre aucun décalage graphique susceptible de trahir l’ampleur du texte d’origine.

A part celui de se lancer dans une adaptation forcément attendue au tournant, Ferrandez ne prend aucun risque. Il colle au texte, dont de larges parts réapparaissent in extenso dans les dialogues. Jamais il ne s’écarte du fil du récit, dont il restitue les moindres détails, respectant à la lettre le découpage en deux parties. Il joue à merveille avec les nuances d’éclairage, donnant à l’importance du soleil toute sa force écrasante et déterminante.
Sous ses crayons, Meursault prend l’apparence qu’on attend de lui : jeune, occidental, le visage si neutre qu’il est impossible de cerner ses émotions, ses réactions, ses motivations ; les autres personnages, du brutal Sintès à la délicieuse Marie, la petite amie de Meursault, en passant par les acteurs du procès, sont tous croqués avec énergie et précision.

Ferrandez - L'EtrangerBref, tout est parfait, et il faut reconnaître que cette bande dessinée est une véritable réussite.
Oui, mais.
Par son absolue fidélité au roman de Camus, l’adaptation de Ferrandez fait penser à ces films qui s’emparent eux aussi de romans célèbres pour les projeter à l’écran avec une si totale transparence qu’il y manque une âme, la vérité du réalisateur. Ici, pour moi, c’est un peu pareil ; non que Ferrandez ne se soit pas investi dans son travail : au contraire, on sent avec quelle passion il s’est emparé de l’œuvre.

Le problème vient pour moi de la source du projet. L’Étranger tire sa force de sa brièveté, de sa synthèse, du choix juste et précis des mots qui confrontent le lecteur au malaise d’un sujet qui se dérobe sans cesse. Meursault est un mystère et le reste jusqu’à la fin. En plaçant des images sur le texte, en se heurtant à la scène clé du meurtre, impossible à retranscrire sans y chercher une interprétation qui n’existe pas, Ferrandez ne peut éviter d’amoindrir la puissance et la subtilité du roman. Par leur caractère actif, les images imposent une vision là où il est préférable qu’il n’y en ait pas.

Alors, oui, L’Étranger version Ferrandez est réussi, et plaira sans doute, avec raison, à nombre de lecteurs. Mais on aurait pu s’en passer, à l’image de toutes ces adaptations illustratives, cinématographiques ou dessinées, qui n’apportent rien de plus aux œuvres originales.

L’Étranger, de Jacques Ferrandez
D’après le roman d’Albert Camus
Éditions Gallimard, coll. Fétiche, 2013
ISBN  978-2-07-064518-3
134 p., 22€


Je n’ai pas peur, de Niccolo Ammaniti

Signé Bookfalo Kill

Assommé par la canicule de l’été 1978, un petit village perdu dans les Pouilles somnole. Seuls les enfants ont le courage d’affronter la chaleur pour sortir jouer dans la campagne. Un après-midi, en fouillant une maison abandonnée, Michele, neuf ans, tombe par hasard sur un trou, au fond duquel est enchaîné un enfant blond, affamé, et si sale qu’il paraît sauvage.
Intrigué, Michele va à la fois tenter d’aider le garçon, de s’en faire un ami, et de découvrir ce qu’il fait là. Une enquête qui risque de le conduire à de bien sombres découvertes, et bouleverser à jamais son enfance…

Tandis que paraît Moi et toi, le nouvel opus de Niccolo Ammaniti, les éditions Robert Laffont, qui publient désormais l’auteur italien, ont l’excellente idée de ressortir Je n’ai pas peur, le roman qui l’a révélé au grand public – y compris en France, où Ammaniti reste cependant encore assez peu connu, en tout cas pas à la hauteur de son talent.

Pour commencer, on est saisi par l’atmosphère du livre, chaude, étouffante et poussiéreuse. En quelques mots, le romancier croque à grands traits ce petit coin d’Italie presque oublié, rustre et sauvage, où le soleil écrase tout. D’entrée, on est embarqué, captif de ce huis-clos à ciel ouvert, dont Ammaniti nous empêche de nous échapper jusqu’à la dernière page.

Inspiré de faits divers italiens de l’époque, Je n’ai pas peur est avant tout un superbe roman initiatique, loin de tout angélisme. Avec un art rare des dialogues réalistes et une sobriété narrative admirable, Ammaniti va à l’essentiel pour réussir un équilibre complexe entre cruauté, mystère, émotion, horreur et tendresse. Le suspense et la violence (surtout psychologique) vont crescendo, jusqu’à un final saisissant, bouleversant.

Je n’ai pas peur est sans doute la meilleure clef pour entrer dans l’œuvre de Niccolo Ammaniti, très riche et diverse par ailleurs. Ne passez pas à côté !

Je n’ai pas peur, de Niccolo Ammaniti
Traduit de l’italien par Myriem Bouzaher
Éditions Robert Laffont, 2012 (première édition : Grasset, 2002)
ISBN 978-2-221-13213-5
256 p., 20€