Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “ami

33 jours de Léon Werth

Werth - 33 joursÀ supposer que la 3ème guerre mondiale éclate là, tout de suite, maintenant et que les méchants envahissent notre pays en quelques jours, vous serez pris complètement au dépourvu et vous hésiterez. Entre rester chez vous, coûte que coûte, ou fuir avec votre famille et vos biens les plus précieux.
Léon Werth a choisi la fuite. Il a pris sa voiture, entassé ses affaires, notamment le matelas, son chat Poum et sa femme. Objectif : quitter Paris et rallier au plus vite leur maison secondaire, en Saône-et-Loire. En temps normal, en 1940, Paris-Saint Amour se fait en une journée. Léon Werth et sa femme mettront 33 jours à atteindre leur maison.

33 jours de stress, de peur, d’attente, d’espoir, de dégoût, d’amitié. Dans ce carnet d’exode, Werth raconte son ressenti durant cette période trouble. Il décrit les personnes qu’il a croisées, les hommes de confiance qui ne courbent pas l’échine devant l’occupant, comme les vieilles personnes aigries qui ne voient en la guerre que l’aboutissement de ce que la France méritait. « Une bonne correction »… Tant bien que mal, Werth et sa femme vont côtoyer ces personnes, demander l’hospitalité chez les uns et les autres, en attendant que « l’orage » passe. Une errance de 33 jours, jalonnée de coups de feu, de nuits dans la paille, de course à travers bois et de faim.

Je ne connaissais pas l’œuvre de Léon Werth. Pour tout vous dire, je ne savais pas qu’il était écrivain. Pour moi, « Léon Werth » reste le nom sur la première page du Petit Prince, de Saint-Exupéry. Léon Werth était son meilleur ami et le Petit Prince lui est dédié. Saint-Ex disait souvent de lui qu’il était une source d’inspiration. A voir le style littéraire de Werth, je comprends pourquoi. 33 jours, écrit en 1940, colle parfaitement au style littéraire de l’époque, qui pour nous, aujourd’hui, pourrait paraître empesé. Mais détrompez-vous, 33 jours se lit d’une traite et on s’attache aux personnages comme s’ils étaient faits de papier. Sauf que Léon Werth et sa femme ont vraiment existé, ce qui rend ce témoignage d’autant plus précieux.

33 jours de Léon Werth
Éditions Viviane Hamy
9782878586145
149p., 15€

Un article de Clarice Darling.

Publicités

A première vue : la rentrée Rivages 2015

Pour leur troisième rentrée littéraire automnale (après avoir notamment lancé l’extraordinaire Faillir être flingué de Céline Minard il y a deux ans), les éditions Rivages ont le bon goût de ne pas surcharger de travail les libraires en ne proposant que deux romans français et deux étrangers. Ouf !
Il faut doublement les saluer, car elles ont de plus le courage de sortir côté français deux premiers romans, ce qui représente tout de même un drôle de pari de nos jours…

les loups a leurs portes.inddSHYAMALANESQUE : Les loups à leur porte, de Jérémy Fel (en cours de lecture)
Les premières pages de ce roman m’ont irrésistiblement fait penser au Village, le film poisseux de M. Night Shyamalan (mais si, vous savez, l’ancien réalisateur prodige de Sixième Sens transformé en tâcheron épouvantable depuis quelques nanars affligeants) : atmosphère rurale, menace sourde lorsque la nuit tombe, créature angoissante… Ce n’est que le début et cela ne présage en rien de la suite, que l’éditeur présente comme une exploration de « la face monstrueuse du self made man américain ». À mi-lecture désormais, le pari semble tenu, et ce livre s’annonce bluffant, moins pour son style que pour sa construction très élaborée et sa réflexion sur la violence et les zones d’ombre que chaque être humain porte en lui.

mary.inddNEW YORK, NEW YORK : Mary, d’Emily Barnett
Comme son petit camarade de rentrée, cet autre premier roman prend les États-Unis pour cadre, et la Grosse Pomme en particulier, puisque c’est là, dans le New York d’après-guerre, qu’évolue l’héroïne. Enfance, adultère, maternité et filiation sont les thèmes annoncés du livre.

*****

rush_corps_def.inddRÉTROVISEUR : Corps subtils, de Norman Rush
(traduit de l’américain par Hélène Papot)
Norman Rush, né en 1933, est un écrivain tardif, puisqu’il a commencé à écrire alors qu’il allait sur ses soixante ans. On le retrouve ici mettant en scène un groupe d’amis quinquagénaires qui, à l’occasion de la mort de l’un d’eux et découvrant de lui une part d’ombre inconnue, ce qui les pousse à repenser leurs 20 ans. Rien d’original sur le papier, certes.

sheers_homme_def.inddDOUBLE FACE : J’ai vu un homme, d’Owen Sheers
(traduit de l’anglais par Mathilde Bach)
Qui est réellement Michael ? Un homme brisé par la mort de sa femme, reporter de guerre tuée au Pakistan ? Ou un personnage beaucoup moins recommandable, capable de s’introduire chez ses voisins londoniens un jour où ils sont absents ? Un pitch intriguant pour ce deuxième roman d’Owen Sheers.


Mort mystérieuse d’un respectable banquier anglais dans la bibliothèque d’un manoir Tudor du Sussex, de L.C. Tyler

Signé Bookfalo Kill

Si j’étais payé au mot pour rédiger les chroniques de ce blog (je ne suis pas payé du tout, hein, c’est juste manière de parler), j’adorerais chroniquer les romans de L.C. Tyler. Après Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage et Homicides multiples dans un hôtel miteux des bords de Loire, voici en effet Mort mystérieuse d’un banquier anglais dans la bibliothèque d’un manoir Tudor du Sussex – autant de titres à rallonge, créations pures du traducteur puisque les titres anglais n’ont rien à voir avec les français, qui valent (donc) leur pesant de cacahuètes.

Tyler - Mort mystérieuse d'un banquier anglaisA part ça, si vous avez lu l’un ou les deux romans susnommés, vous ne serez pas surpris de retrouver le duo d’enquêteurs amateurs le plus approximatif de toute l’histoire de l’investigation britannique, à savoir Ethelred Tressider, auteur sous pseudonymes de romans policiers de seconde zone, et son agente, la redoutable Elsie Thirkettle, championne du monde en mauvaise foi.
Cette fois, nos deux fouineurs se retrouvent au beau milieu d’une partie de Cluedo grandeur nature : dans une vaste demeure dont les pièces sont précisément agencées comme dans le célèbre jeu de société, au cours d’une soirée où il a réuni une dizaine d’amis, Sir Robert Muntham, ancien camarade d’université d’Ethelred ayant fait fortune dans la finance, est assassiné dans son bureau, dont porte et fenêtres sont hermétiquement closes. Ou, pour le dire dans des termes familiers, Robert Muntham a été tué dans la bibliothèque avec une corde.
Qui a pu, quand, pourquoi et comment ? Mandatés par la veuve, Ethelred et Elsie, en tant que « spécialistes » de la chose criminelle, entreprennent de déterminer qui parmi les convives peut avoir commis le crime. A eux de tirer les bonnes cartes… ce qui n’est pas vraiment leur fort !

Si L.C. Tyler s’amuse plus que jamais à s’inscrire dans la lignée d’Agatha Christie, tendance pastiche rigolo, il ajoute une pincée de piment bienvenue en jouant avec les références au Cluedo. L’humour flegmatique côtoie toujours l’absurde, les deux héros sont toujours aussi attachants et réjouissants, et pour leur peine, ils s’en sortent un peu mieux que précédemment, même si c’est après bien des tâtonnements et des emballements déductifs quelque peu hâtifs…
Bref, c’est délicieux, pétillant, distrayant : autant de qualités qui en font un polar idéal pour l’été. Pas inoubliable, comme les précédents, mais tout de même extrêmement sympathique !

Mort mystérieuse d’un respectable banquier anglais dans la bibliothèque
d’un manoir Tudor du Sussex
, de L.C. Tyler

Traduit de l’anglais par Elodie Leplat
Éditions Sonatine, 2015
ISBN 978-2-35584-263-4
289 p., 19€


La Fille de mon meilleur ami, d’Yves Ravey

Signé Bookfalo Kill

J’ai découvert l’année dernière Yves Ravey, auteur discret mais talentueux publié aux éditions de Minuit, avec l’excellent Un notaire peu ordinaire. N’ayant pas encore eu le temps de m’intéresser à ses livres précédents, j’ai donc été heureux de le voir revenir dès cette année avec un nouveau roman, La Fille de mon meilleur ami.
Malheureusement, je dois l’avouer d’emblée, le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes.

Ravey - La fille de mon meilleur amiLa Fille, c’est Mathilde, jeune femme perturbée, qui a passé plusieurs années en asile psychiatrique et a tendance à abuser de médicaments et d’alcool. Son père, Louis, membre de la Légion Étrangère, la confie à son meilleur ami, William, juste avant de mourir de suite de terribles blessures subies au front. Et c’est ainsi que William, narrateur de l’histoire, se retrouve embarqué dans un drôle de périple : mère dépossédée de son fils parce qu’elle était incapable de s’en occuper, Mathilde le supplie de l’aider à aller voir le petit garçon puis à le rencontrer, en dépit de l’interdiction judiciaire qui la frappe.
L’objectif n’est déjà pas aisé à atteindre en soi, mais William ayant ses propres problèmes, l’affaire va rapidement se compliquer…

Dès le début de ma lecture, j’ai senti que le charme n’allait pas opérer aussi bien que la première fois. Question de style, laborieux, creux, manquant de fluidité. Question d’intrigue aussi, qui tarde à décoller, et qui ne se complexifie progressivement que pour devenir trop compliquée, ou plutôt emberlificotée – manière de dire qu’Yves Ravey semble avoir peiné à avoir tricoté une histoire convaincante.
Au cœur du roman, j’ai pourtant été pris par certaines révélations bien amenées, certains rebondissements prometteurs. Mais le soufflé n’a pas tardé à retomber, faute de rythme et de réels enjeux. A la différence d’Un notaire peu ordinaire, où la tension s’instaurait peu à peu mais d’une manière inexorable jusqu’à la fin, il manque à ce roman l’énergie sombre et le sens du suspense qui auraient pu le transfigurer.

Manque l’envie, également, de s’attacher à des personnages tous assez antipathiques ; même si c’est voulu, il leur fait défaut le petit quelque chose qui aurait pu nous lier à leur sort. Paradoxalement, on aimerait bien qu’ils arrivent à leurs fins ; et en même temps, les moyens qu’ils emploient, la manière dont Ravey les anime nous détachent trop d’eux pour que cela fonctionne.

Du coup, la fin, pourtant d’une cruelle logique assumée, manque de percutant, et j’ai refermé le roman avec le sentiment décevant d’avoir raté un rendez-vous intéressant. Dommage, mais je me console en songeant que l’œuvre d’Yves Ravey est déjà conséquente, et qu’elle recèle probablement d’autres pépites. On verra ça prochainement !

La Fille de mon meilleur ami, d’Yves Ravey
Éditions de Minuit, 2014
ISBN 978-2-7073-2381-1
156 p., 14€