Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “trash

A première vue : la rentrée Flammarion 2015

Flammarion continue à jouer la carte de la sobriété en 2015, avec seulement sept titres français et un étranger (comme l’année dernière). Et, à première vue, la qualité s’en ressent, puisque le panel est assez intéressant et varié cette année.

Reverdy - Il était une villeSIX FEET UNDER : Il était une ville, de Thomas B. Reverdy (en cours de lecture)
L’auteur des Évaporés campe son nouveau roman dans les rues abandonnées de Detroit, capitale emblématique de la crise aux Etats-Unis. Tout en dressant le tableau effarant d’une ville en faillite, désertée et quasi rendue à l’état sauvage, Reverdy suit les destins parallèles d’Eugène, un ingénieur automobile français parachuté là pour un projet bidon ; Charlie, jeune garçon qui décide d’accompagner un de ses amis maltraité par sa mère dans une escapade à la Stephen King ; et le lieutenant Brown, policier usé mais tenace qui enquête sur le nombre très élevé de disparitions d’enfant en ville… Soit un mélange étonnant, qui met un peu de temps à prendre mais finit par très bien fonctionner.

Marienské - Les ennemis de la vie ordinaireBREAKING BAD : Les ennemis de la vie ordinaire, d’Héléna Marienské (lu)
Les ennemis du titre, ce sont les patients de Clarisse, tous atteints d’addictions sévères, que ce soit au jeu, à la drogue, au sexe et autres réjouissances. Persuadée d’avoir l’idée du siècle, la psychiatre décide de les réunir pour une thérapie du groupe qui devrait, selon elle, leur permettre de résoudre collectivement leurs problèmes. Mais au contraire, loin de se soigner, les sept accros finissent par se refiler leurs addictions… Une comédie trash et malpolie (voire olé-olé par moments), de plus en plus drôle et attachante jusqu’à un final complètement délirant. Ça ne plaira pas à tout le monde, mais Marienské assume son idée avec une gouaille réjouissante.

Zeniter - Juste avant l'oubliCASTLE : Juste avant l’oubli, d’Alice Zeniter
Changement de registre pour l’auteure du salué Sombre dimanche, histoire d’une famille hongroise au XXe siècle. Cette fois, elle met en scène un couple, Franck et Emilie : lui est très amoureux d’elle, elle n’en a que pour un auteur de polar culte, disparu mystérieusement en 1985, dont elle est une spécialiste. A l’occasion d’un colloque qu’Emilie organise sur une île, Franck décide de la suivre et de la demander en mariage. Mais tout va vite déraper… Très tentant pour nous, notamment pour la mise en scène apparemment très réussie d’un romancier qui n’existe pas, on en reparlera à coup sûr !

HOUSE OF CARDS : Vladimir Vladimirovitch, de Bernard Chambaz
Il l’ignore sûrement, mais Poutine a un parfait homonyme prénommé Vladimir Vladimirovitch. Lequel Vladimir Vladimirovitch, après avoir surpris une once d’émotion sur le visage de marbre du Président, se passionne pour la vie de son célèbre homonyme (vous suivez ?) Portrait en creux de l’un des hommes les plus puissants et dangereux de la planète, ce roman vaudra ou non le coup d’oeil selon la profondeur du regard de l’auteur.

Seksik - L'exercice de la médecineGREY’S ANATOMY : L’Exercice de la médecine, de Laurent Seksik
Une femme femme, cancérologue à Paris, tente d’échapper à l’héritage d’une famille pratiquant la médecine à chaque génération. Un roman généalogique qui sert de prétexte à une balade dans le siècle, de la Russie tsariste ou stalinienne au Berlin des années 20.

Angot - Un amour impossibleDESPERATE HOUSEWIFE : Un amour impossible, de Christine Angot
Il paraitrait à ce qu’il paraît que l’Angot nouveau est supportable, voire appréciable. Revenant une fois encore sur son histoire familiale (pour ceux qui l’ignoreraient, elle a été violée par son père lorsqu’elle était adolescente), la délicieuse Christine se focalise cette fois, mais gentiment, sur sa mère. D’où le côté plus aimable, plus apaisé, de ce roman.

SEPT A LA MAISON : Le Renversement des pôles, de Nathalie Côte
Deux couples partent en vacances sur la Côte d’Azur dans deux appartements voisins. Ils espèrent en profiter, mais la période estivale va être surtout l’occasion d’exprimer non-dits et rancoeurs. Des faux airs de Vacances anglaises, le roman de Joseph Connolly, dans ce pitch. A voir si ce sera aussi méchant ! (Premier roman)

Harrison - Péchés capitauxPEAKY BLINDERS : Péchés capitaux, de Jim Harrison
Retour sous la plume de l’illustre romancier américain de l’inspecteur Sunderson, apparu dans Grand Maître. Désormais retraité, Sunderson s’installe dans le Michigan et s’accommode de voisins quelques peu violents, le clan Ames, dont il aide même l’un des membres à écrire un polar. Mais le jour où Lily Ames, sa femme de ménage, est tuée, rien ne va plus…

Publicités

La Guerre, de Bastien Vivès

Signé Bookfalo Kill

C’est peut-être le sujet. Ou bien alors c’est qu’on finit par se lasser du dispositif. Toujours est-il que ce cinquième volume des strips tirés du blog de Bastien Vivès est celui qui m’a le moins convaincu. Ou, pour le dire autrement, qui m’a le moins fait rire. En fait, c’est à peine s’il m’a fait sourire de temps en temps.

Certains strips ne sont carrément pas drôles, comme « Gens de la rue », où trois amis discutent de la misère – quel rapport avec la guerre, d’ailleurs ? Ou encore « I-Phone », où les bavardages superficielles, dans un restaurant, de deux filles sur Facebook sont interrompus par des militaires qui attaquent et tuent tout le monde (???)
Et je passe rapidement sur « GIGN » (un agent essaie de convaincre son chef de partir à l’assaut déguisé en femme) ou « Guerre des femmes » (les femmes prennent le pouvoir et les hommes ripostent par une guerre à grande échelle qui tourne au fiasco), qui jouent trop avec des clichés homophobes ou misogynes pour ne pas faire plus grincer des dents que rire.

Bien sûr, c’est Vivès, le sale gosse de la BD indé, et il y a avant tout dans ces choix de la provocation plus ou moins gratuite, pas du tout un discours. Je le trouve néanmoins plus intéressant et plus amusant dans des strips mieux pensés sur le plan dramaturgique, dont la série « César », où ces dignes et historiques personnages que sont César, Cléopâtre et Marc-Antoine ont tendance à parler d’une manière résolument moderne – décalage humoristique assuré.
Même dans le trash, certains strips sortent du lot, comme « Bambi » ou « ONU ». Et « Général » (un général veut repartir en guerre comme dans le temps et se cherche des ennemis) fait sourire également.

Néanmoins, si vous voulez découvrir l’art du strip humoristique à la sauce Vivès, je vous conseille plutôt La Famille ou L’Amour, qui restent nettement pour moi au-dessus du lot.

La Guerre, de Bastien Vivès
Éditions Delcourt, collection Shampooing, 2012
ISBN 978-2-7560-2991-7
192 p., 9,95€


L’Amour, de Bastien Vivès

Signé Bookfalo Kill

Aaaah, l’amour… Les mots doux, les petites attentions, les câlins, les regards pleins de tendresse, la joie de partager la vie de quelqu’un…
Oubliez tout ça. Vous êtes chez Bastien Vivès.

Après le petit monde des geeks (le Jeu vidéo) et les joies de la Famille, le blogueur-dessinateur s’attaque aux sentiments. Ou plutôt s’en prend aux sentiments, qui s’en prennent donc plein la tronche. Plus féroce et politiquement incorrect que jamais, Vivès repousse sans vergogne les limites du bon goût et de la décence. Pas de place pour le rose bonbon et les petits noms mignons : ici, quand on parle d’amour, on cause fantasmes ignobles, projets de sorties en boîtes échangistes et religions ; à la question rituelle « qu’est-ce que tu regardes en premier chez une fille ? », on a droit à une réponse façon écorché du Larousse médical ; une mère avoue à sa fille qu’elle a trompé son père… et ainsi de suite.
En prime, Bastien Vivès se met régulièrement en scène, et rarement de manière avantageuse, se moquant au passage de la B.D. et de son statut d’auteur.

Côté dessin, c’est le même principe que dans les deux précédents volumes : trait minimaliste et images copiées-collées de case en case. Pas de surprise ni de renouvellement, ce n’est pas le but, puisqu’il s’agit toujours de strips tirés du blog de l’auteur. Comme d’habitude, on aime ou pas – mais si on n’a pas aimé avant, on ne s’acharne pas et on passe son chemin, merci.

J’avoue tout de même que j’ai moins ri et plus souvent grimacé qu’avec la Famille. Mon côté fleur bleue, sûrement. L’ensemble est inégal, mais il y a néanmoins des bons moments, outranciers ou plus subtils, qui m’ont bien fait rigoler. D’autres, moins (« Emmerde »… pas compris l’intérêt du strip !)
Petite préférence personnelle pour le dernier strip, où Vivès revisite l’écriture du célèbre « Sonnet à Hélène » en faisant parler Pierre de Ronsard et ses potes façon gamins d’aujourd’hui : rire par décalage assuré !

Prochain rendez-vous de la série : la Blogosphère. Un sujet obsessionnel pour Bastien Vivès, qui devrait déboucher sur de nouvelles réjouissances. On s’en reparle !

L’Amour, de Bastien Vivès
Éditions Delcourt, collection Shampooing, 2012
ISBN 978-2-7560-2989-4
189 p., 9,95€


La Famille, de Bastien Vivès

Signé Bookfalo Kill

Same player, shoot again !

Après un très bon premier volume sur les jeux vidéo et surtout sur les joueurs (voir ma chronique), Bastien Vivès revient comme prévu avec un deuxième tome consacré à la famille. Je ne sais pas vous, mais pour ma part, la couverture m’a tout de suite fait tilter :

Cette bannière bleu-blanc-rouge encadrant le titre : la famille, serait-elle un pur hasard, ou bien une allusion extrêmement ironique à certaine devise du gouvernement français en d’autres temps (nauséabonds), le tristement célèbre « travail-famille-patrie » ?

Après lecture, j’ai tendance à croire que la deuxième option l’emporte. Car la famille de Vivès est tout sauf angélique, très éloignée du modèle de perfection rêvée par le sinistre Maréchal. D’entrée de jeu, un petit garçon demande à son père ce que c’est qu’une turlutte, et le géniteur de répondre sans détours, tout en proposant clopes et bières à son rejeton. Plus loin, une grand-mère pourrit littéralement d’insultes son petit-fils qui a le malheur de trouver les filles nulles.
Et tout est à l’avenant : discussions sexuelles trashs, pères machos ou qui s’emmerdent en famille, cadeaux d’anniversaire inattendus, problèmes de communication entre générations…

Vivès est parfois méchant mais souvent drôle ; féroce mais très observateur. Les dialogues, impeccables, font tout l’intérêt de ses strips, tandis que son dessin reste elliptique, minimaliste. Cela peut déplaire à certains lecteurs, qui trouvent l’auteur limite feignant sur le coup, mais moi, j’adhère et j’adore.
Et puis, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de dessins tirés d’un blog – et que dans ce registre, très représenté depuis quelque temps par les éditeurs de B.D. allant chercher sur le Net l’originalité qu’ils ne trouvent peut-être plus ailleurs, Bastien Vivès est largement au-dessus du lot.

Si vous avez fait du politiquement correct votre mode de pensée, ou bien si vous pensez que Jean-Marie Le Pen avait bien raison de vouloir renvoyer les femmes à leur place, c’est-à-dire à la cuisine, alors passez votre chemin. Sinon, foncez !

La Famille, de Bastien Vivès
Editions Delcourt, collection Shampooing, 2012
ISBN 978-2-7560-2859-0
189 p., 9,95€