Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “nostalgie heureuse

Un parfum d’herbe coupée de Nicolas Delesalle

Un livre qui commence par une citation de Boris Vian ne peut qu’être un bon livre. Et j’avais raison, c’est une pépite.

Delesalle - Un parfum d'herbe coupéeÇa faisait longtemps que je n’avais pas pleuré en lisant un bouquin. Nicolas Delesalle a réussi à renouveler l’exploit. L’auteur à la plume légère nous transporte jusqu’au cœur de sa famille, russe par sa mère, franchouillarde par son père. Kolia alias l’auteur nous raconte des instantanés de sa jeunesse, de sa vie, de sa famille pour expliquer à son hypothétique arrière-petite-fille ce qu’était la vie de son possible arrière-grand-père, un ancêtre que de toute évidence, elle ne rencontrerait pas. C’est à « Anna » qu’écrit Nicolas Delesalle.

Ce livre, c’est de la nostalgie en barre, des bouts de mémoire pour plus tard, du drôle, du triste, des événements qu’on a tous connus et qu’on aimerait bien transmettre à nos enfants, petits-enfants et tous les descendants qu’on ne verra jamais. Pour qu’ils sachent ce qu’étaient nos vies et ne nous oublient pas.  Des cousins qui font griller les sauterelles pendant les grandes vacances ensoleillées, le premier amour déchu, le grand-père mourant, la voiture moche de Papa, la mort du chien, l’auteur nous prend à témoin de son enfance heureuse et on s’identifie immédiatement au personnage principal. Les récits sont drôles, émouvants, grinçants parfois mais c’est une véritable bouffée d’air frais, un parfum d’herbe coupée, qui vient nous balayer les narines les week-ends d’été et qui nous fait nous sentir heureux. Un premier roman très prometteur et on se demande bien pourquoi l’auteur n’a pas pris la plume avant! Merci Nicolas Delesalle pour cet excellent moment passé en votre compagnie.

Un parfum d’herbe coupée de Nicolas Delesalle
Éditions Librairie Générale Française, collection Préludes, 2014
9782253191117
28p.; 13€60

Un article de Clarice Darling.

Publicités

A première vue : la rentrée littéraire Albin Michel 2013

Hormis le sempiternel Amélie Nothomb (on y revient…), que nous réserve cette année la rentrée Albin Michel ? Avec sa volonté de toucher le plus grand nombre et son équilibre entre grosses pointures commerciales et auteurs plus littéraires, voilà un éditeur qui ne figure pas forcément parmi les lauréats des grands prix littéraires, mais qui offre souvent des bons moments de lecture. Petit tour d’horizon – toujours Cannibale, donc toujours aussi subjectif…

Lemaitre - Au revoir là-hautNOTRE FAVORI : Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre
Auteur célébré de romans noirs, Pierre Lemaitre change de genre mais ne lâche pas son sens de l’engagement social.
Au revoir là-haut évoque l’impossible réintégration des survivants de la Première Guerre mondiale, auquel on préfère les morts, célébrés à grands frais par l’Etat. Mais une poignée de rescapés imagine une parade qui va frapper les esprits…
…tout comme ce grand roman au souffle épique, dont la résonance contemporaine devrait troubler plus d’un lecteur !

Nothomb - La Nostalgie heureuseLA BONNE SURPRISE : La nostalgie heureuse, d’Amélie Nothomb
Si l’on fait un panorama de son œuvre inégale, on réalise que la plupart des bons romans de la prolifique Amélie Nothomb sont liés ou ont lieu au Japon. La nostalgie heureuse ne fait pas exception à la règle et apparaît comme son meilleur livre depuis longtemps – voire l’un de ses meilleurs tout courts : superbement écrit, dépouillé de ses affèteries habituelles, lesté d’une réflexion sobre et touchante de l’auteur sur elle-même, ce qu’elle fut et ce qu’elle est devenue.

LES POINTURES :
Petites scènes capitales, de Sylvie Germain : l’auteur du bouleversant Magnus raconte ses personnages au travers de moments clefs de leurs vies. A voir, pour son écriture délicate et sa sensibilité.
Les perroquets de la place d’Arezzo, d’Eric-Emmanuel Schmitt : gros pavé pour le dramaturge et romancier à succès, qui se pose sur une place huppée de Bruxelles pour y livrer une réflexion sur l’amour et sur la sexualité via une galerie de personnages hauts en couleur.

LE PREMIER ROMAN : Haute époque, de Jean-Yves Lacroix
Une exploration de Guy Debord, le mythe et l’homme. L’auteur est libraire de livres anciens.

VOYAGE VERS AILLEURS :
La Transcendante, de Patricia Reznikov : après l’incendie de son appartement, Pauline ne récupère qu’une chose, un livre : La Lettre écarlate, de Nathaniel Hawthorne. Elle décide de partir à Boston, sur les traces de l’écrivain…
Concerto pour la main morte, d’Olivier Bleys : un pianiste français, dont la main se dérobe lorsqu’il veut jouer un concerto de Rachmaninov, s’exile dans un village russe perdu au milieu de nulle part, pour essayer de s’y retrouver.

INTIMISTES :
Muette, d’Eric Pessan : une adolescente fugue et s’installe dans une grange, à deux heures de la maison de ses parents. Une façon différente d’essayer de trouver sa place dans le monde.
La nuit en vérité, de Véronique Olmi : une histoire à trois personnages. Une mère, femme de ménage ; son fils Enzo, adolescent mal dans sa peau et maltraité à l’école, qui se réfugie dans la lecture ; et l’appartement luxueux dans lequel ils vivent, vers les jardins du Palais Royal, dont les propriétaires, qui emploient la mère, sont toujours absents.

Pour notre part, les romans de Lemaitre et Nothomb sont déjà lus et largement approuvés, celui de Sylvie Germain est en cours de lecture ; ce sera sans doute tout pour les Cannibales dans cette rentrée Albin Michel – mais on ne sait jamais !