Articles tagués “infirmière

Le reste de leur vie, de Jean-Paul Didierlaurent

Signé Bookfalo Kill

En dépit de son prénom vieillot et du fait qu’il vit chez sa grand-mère, la délicieuse Beth, Ambroise est un jeune homme bien sous tous rapports, si l’on oublie ses rapports conflictuels avec son père, prestigieux Prix Nobel de médecine, et son propre métier de thanatopracteur dont la réputation morbide a tendance à faire fuir proches et petites amies potentielles. Pourtant, si Ambroise aime prendre soin des morts, c’est avant tout parce que les vivants lui sont trop chers et qu’il ne supporte pas la souffrance.
La jolie Manelle aussi adore les vivants, surtout quand ils sont vieux. Dans son métier d’aide à domicile, elle en côtoie beaucoup, des gentils, des aigris, des vicieux, des surprenants – et puis il y a Samuel, son préféré, vieil homme adorable au passé aussi douloureux que ses migraines à répétition.
Un jour, Samuel prend une décision radicale, faisant se croiser sa route et celle de Manelle avec celles d’Ambroise et Beth, au fil d’un voyage foutraque en corbillard vers un destin qui en surprendra plus d’un…

Didierlaurent - Le Reste de leurs viesJean-Paul Didierlaurent nous avait tant charmés avec Le Liseur du 6h27, son premier roman, qu’on l’attendait forcément au tournant. Virage bien négocié grâce au Reste de leur vie, troisième livre (après Macadam, un recueil de nouvelles paru dans l’intervalle) qui confirme la tentation de l’écrivain pour l’optimisme, l’élégance légère et un humour qui n’exclut pas un peu de gravité, histoire de se montrer à la hauteur de nos existences pleines de contraste.
Du reste, comment ne pas apprécier un auteur capable de camper des figures de personnes âgées aussi pétillantes ? Déjà, dans Le Liseur…, il y avait parmi les personnages secondaires quelques vieilles trognes réjouissantes. Rebelote ici, que ce soit avec Samuel et surtout Beth, exquise mamie comme on rêverait tous d’en avoir, mais aussi quelques-uns des autres patients de Manelle, qui offrent deux ou trois scènes assez rigolotes.

On retrouve surtout la belle humanité de Didierlaurent, servie par ses deux héros aux métiers singuliers (on croise rarement des thanatopracteurs en littérature, il faut avouer), mais aussi par son écriture fluide, évidente, qui fait se dévider sans heurt une intrigue aux rebondissements bien trouvés et aux émotions dosées avec sobriété.
Roman sympathique et attachant, d’une légèreté bienvenue, Le Reste de leur vie confirme le talent précieux de Jean-Paul Didierlaurent quand il s’agit d’embarquer ses lecteurs dans un voyage vers l’espoir. Particulièrement nécessaire en ces temps moroses… On aime !

Le Reste de leur vie, de Jean-Paul Didierlaurent
Éditions Au Diable Vauvert, 2016
ISBN 979-10-307-0059-6
272 p., 17€


A première vue : la rentrée P.O.L. 2015

L’année dernière, les éditions P.O.L. avaient « écrasé » médiatiquement la rentrée avec Emmanuel Carrère et son Royaume. Le programme 2015 n’a évidemment rien d’aussi imposant, mais propose néanmoins une diversité comme cette maison singulière sait en offrir, entre des romans « abordables » et d’autres plus élaborés.

Dorsan - Le Présent infini s'arrêteMALADIES DE SACHS : Le Présent infini s’arrête, de Mary Dorsan
Un premier roman choc, autant par son volume (720 pages) que par son sujet, largement autobiographique : comme Mary Dorsan, la narratrice est infirmière dans un appartement thérapeutique rattaché à un hôpital psychiatrique, spécialiste de l’accueil d’adolescents atteints de pathologies du lien. En une succession de chapitres courts, réalistes, parfois crus, la romancière donne à voir le quotidien de cet établissement atypique et cherche à nous rendre accessibles ces jeunes gens qui sont tout sauf fous.

Fargues - Au pays du p'titZEMMOURLAND : Au pays du p’tit, de Nicolas Fargues
Enseignant la sociologie à l’université, le héros de ce roman vient de publier un essai violemment anti-français. Le succès du livre lui vaut d’être invité à l’étranger, ce qui lui permet de profiter éhontément de ses deux passions : les voyages et les femmes, qu’il collectionne en prédateur… Un beau portrait de salopard en perspective.

Azoulai - Titus n'aimait pas Bérénice (pt)RETROUVER SON RACINE : Titus n’aimait pas Bérénice, de Nathalie Azoulai
De nos jours, une jeune femme bouleversée par un chagrin d’amour se penche sur Bérénice, la pièce de Racine, et sur la vie de son auteur, pour tenter de comprendre comment ce dernier a pu aussi bien décrire la passion amoureuse. Une transposition contemporaine doublée d’une mise en abyme de l’histoire de Titus et Bérénice.

Charles - Comme UlysseA FAIT UN LONG VOYAGE : Comme Ulysse, de Lise Charles
Enfant, Rebecca a servi de modèle à Norman Rockwell. Devenue adulte, elle épouse John Milton, un autre peintre qui rencontre un certain succès, et avec qui elle a deux enfants. Un jour, John décide d’embaucher Lou, une jeune Française, à la fois comme fille au pair et comme modèle. Mais qui est vraiment Lou ? Deuxième roman de cette jeune auteure (28 ans).