Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Articles tagués “French Bricolo

Vadim Royal, de Stephan Ghreener

Signé Bookfalo Kill

Greg Vadim, le célèbre tueur à gages aux cent contrats, surnommé French Bricolo pour sa virtuosité à remplir ses missions avec les outils les plus divers – le plus souvent disponibles dans le Castorama le plus proche -, est plus que jamais à l’heure des choix.
Décider de renoncer à gagner sa vie en tuant pour s’épanouir dans les travaux manuels, et s’occuper de Camille, sa fille bipolaire en mal de cadre, c’est une (bonne) chose ; y arriver en est une autre, quand votre nouvel intermédiaire n’est pas décidé à vous lâcher, qu’un autre assassin professionnel est à vos basques, que votre ex-femme se révèle décidément insaisissable, que vos amours se compliquent et que vous vous retrouvez à Paris, la ville qui ne se repose jamais, aux prises avec des associés d’occasion plutôt filous…

Ghreener - Vadim RoyalNous avions laissé Greg Vadim en fâcheuse posture à la fin de l’Été des deux pôles, et c’est là que nous le retrouvons au début de Vadim Royal, la suite de ses aventures. (Non, ne m’en demandez pas plus, je ne dirai rien. Pas même si on me torture à coup de perceuse dans le genou. Si vous n’avez pas lu l’Été des deux pôles, vous savez ce qu’il vous reste à faire !)
Malin, Stephan Grheener ouvre néanmoins ce deuxième tome avec un double prologue en forme de rappel complet des faits ; de quoi commander ce cocktail explosif qu’est Vadim Royal sans forcément avoir goûté au précédent, même si cela reste fortement recommandé, juste pour le plaisir.

Puis il déroule ensuite, dans un roman sans doute mieux écrit encore que le précédent, déjà remarquable. C’est que Stephan Grheener s’offre un vrai plaisir d’écrivain avec Vadim Royal : celui de creuser son personnage jusqu’à ses racines les plus profondes, les plus fondamentales. Les enjeux ici sont de l’ordre de l’intime, et ce French Bricolo 2, tout en s’appuyant sur des solides bases de roman noir aux codes impeccablement maîtrisés (errance du héros seul contre tous ou presque, alcoolémie notable, humour mordant, seconds rôles patibulaires), tire mine de rien vers un subtil thriller psychologique.
S’il y a encore de très bonnes scènes d’action, notamment au début, elles laissent logiquement plus de place aux tergiversations de l’âme propres au deuxième tome d’une trilogie, moment de creux et de remise en question permettant d’amener à la libération finale dans l’ultime volume suivant.

J’attends donc avec une curiosité intacte la suite des aventures du French Bricolo, en ajoutant quelque chose d’un peu plus personnel, pour une fois. En défendant, ici et ailleurs, le travail de Stephan Ghreener, j’ai eu la chance de rencontrer un auteur attachant, drôle, intelligent, exigeant et engagé à cent pour cent dans sa démarche d’édition indépendante. Plus que jamais, j’ai envie de le soutenir. Parce que c’est un type bien, et parce que c’est un excellent écrivain qui mérite d’être porté au plus haut.
Alors, si votre libraire ne connaît pas encore Greg Vadim, encouragez-le à faire sa connaissance et à lui réserver une bonne place sur sa table polar. Personne ne devrait le regretter.

Vadim Royal (French Bricolo 2), de Stephan Ghreener
Éditions Stephan Ghreener Productions, 2013
ISBN 979-10-92086-01-0
179 p., 10€

A découvrir, la chronique de Fred Fontès, le premier à avoir soutenu Stephan Grheener et celui qui me l’a fait découvrir : c’est sur 4deCouv.
A lire également, une interview de l’auteur dans 20 minutes, qui en dit long sur lui.

Publicités

L’Eté des deux pôles, de Stephan Ghreener

Signé Bookfalo Kill

Stephan Ghreener est un auteur de polar qui n’a pas froid aux yeux. Après avoir suivi un chemin classique (trois romans publiés, dont deux chez Fleuve Noir), il a décidé de créer sa propre marque, Stephan Ghreener Productions, pour publier ses propres textes. Ca peut paraître au mieux présomptueux, au pire prétentieux. Alors que non, c’est au contraire très courageux. L’envie d’être autonome, de donner forme à son rêve et de maîtriser l’ensemble du processus, tout en offrant à ses lecteurs un livre de bonne facture à un tarif raisonnable (autour de 10€).
Le mieux, c’est que le résultat est à la hauteur de son ambition : le format de poche de L’Été des deux pôles justifie son prix modique, sans sacrifier la qualité de la présentation. L’impression est excellente, la police de caractère agréable, le livre solide et bien fabriqué.
Du point de vue de la forme, c’est donc une réussite ; parlons maintenant du fond.

Ghreener - L'été des deux pôlesGreg Vadim est un tueur professionnel reconnu comme l’un des meilleurs au monde. Il s’apprête à honorer son centième contrat, celui après lequel il compte mettre fin à sa carrière. Pas par lassitude, mais parce qu’il vient de prendre contact avec sa fille Camille, qu’il n’a jamais rencontrée depuis qu’elle est née 21 ans plus tôt. Il n’a plus qu’une envie : rattraper le temps perdu avec elle, ranger les flingues, trouver un vrai métier – manuel si possible, il est doué pour cela, en plus d’être un acheteur compulsif d’outils en tous genres.
Bien entendu, les choses ne sont pas aussi simples, et rien ne va se dérouler comme Greg l’espérait…

Parmi les craintes que j’avais avant d’entamer L’Été des deux pôles, il y avait celle du sujet : le tueur professionnel qui veut raccrocher, c’est du déjà lu. Le premier chapitre, remarquable, a aussitôt dissipé mon appréhension. Ghreener trouve d’emblée une voix à son héros, le rend séduisant sans négliger ses zones d’ombre et le danger manifeste qu’il représente. Il investit pleinement les codes induits par le personnage tout en le singularisant par sa complexité, ses doutes et son humour.
Oui, car ce roman est souvent drôle, ce qui ne gâche rien. Cela tient au ton du récit, aux réflexions ironiques ou distanciées de Greg, ainsi qu’à des dialogues enlevés et qui sonnent juste.

Mais L’Été des deux pôles ne s’en tient pas à cette simple histoire de dernier contrat à remplir ; cet aspect est même réglé à mi-livre, et c’est à partir de là que le roman de Ghreener prend une autre dimension, plus intéressante, en creusant le personnage de Greg Vadim mais aussi celui de ses proches, dont sa fille Camille. Une autre forme de suspense apparaît, qui mène à grande vitesse vers une fin ouverte à tous les vents. Oui, car Stephan Ghreener est un bourreau, de ceux qui torturent ses lecteurs en les laissant suspendus en pleine tension, enrageant devant la mention « à suivre »…

Laquelle suite est annoncée pour le printemps 2013, c’est-à-dire presque demain. Autant dire qu’on sera au rendez-vous ! Et en attendant, je vous encourage chaleureusement à soutenir un jeune auteur audacieux en vous offrant un bon petit polar, maîtrisé, prenant, distrayant et bien écrit. Franchement, il y a pire comme prise de risque…

L’Été des deux pôles (French Bricolo 1), de Stephan Ghreener
Éditions Stephan Ghreener Productions, 2012
ISBN 979-10-92086-00-3
213 p., 9,70€

Pour savoir comment vous procurer ce livre, rendez-vous sur le site Internet de Stephan Ghreener : http://www.stephanghreener.net
Vous y trouverez la liste des librairies qui proposent L’Eté des deux pôles à la vente. Sinon, rendez-vous chez votre libraire préféré et commandez-le, tout simplement !

Et merci à Frédéric « 4 de couv » Fontès pour la découverte !