Articles tagués “Fantômas

La Colère de Fantômas t.2 : tout l’or de Paris, de Bocquet & Rocheleau

Signé Bookfalo Kill

Septembre 1911. Un mois après s’être relevé de l’échafaud, plus insaisissable et furieux que jamais, Fantômas sonne la charge contre Paris. En une nuit, ses complices arrachent des monuments de la capitale tout l’or qu’ils arborent fièrement. Coupole des Invalides, statues de l’Opéra, du pont Alexandre III ou de Jeanne d’Arc, tout disparaît ! Pendant ce temps, le terrifiant criminel continue sa vengeance contre ceux qui ont cru le condamner à mort, à peine un mois plus tôt.
Impuissant, l’inspecteur Juve est désavoué et condamné à rester enfermé chez lui, le temps de faire oublier ses échecs. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à lutter, avec l’aide du journaliste Fandor, et de chercher à deviner le prochain coup de son adversaire…

Bocquet & Rocheleau - La Colère de Fantômas t.2 - Tout l'or de ParisLe premier tome de la trilogie m’avait emballé, le second ne m’a pas déçu, bien au contraire ! Dans Tout l’or de Paris, Olivier Bocquet donne toute la mesure de son imagination en tirant les traits d’une véritable intrigue, là où le volume précédent posait « seulement » le cadre général de l’histoire et campait avec talent les personnages, en particulier la figure épouvantable (et jouissive) de Fantômas. Mieux, le scénariste donne plus de corps aux adversaires de ce dernier, en particulier Juve, bien décidé à employer les grands moyens à présent qu’il n’est plus en charge de l’affaire.
On voit aussi apparaître de nouveaux personnages, par exemple un certain Georges Méliès, dont les célèbres capacités d’invention visuelle pourraient bien s’avérer utiles à l’inspecteur déchu…

Toujours mené tambour battant, le récit mêle action, humour, violence et suspense avec fluidité. Au dessin, Julie Rocheleau conserve la même grâce inventive que dans les Bois de Justice, ajoutant de nouvelles couleurs à sa palette initiale – les dominantes d’orange et de rouge sanglant, attachées à Fantômas, s’accommodent désormais du vert méphitique qui baigne la couverture, ainsi que d’éclats d’autres teintes plus pétillantes (rose, bleu…), notamment lorsque Méliès entre en scène.
Les traits, les personnages gardent leur caractère tranchant et leur superbe expressivité ; quant au décor parisien, il est tout simplement somptueux, à la fois reconnaissable et revisité, travail d’appropriation virtuose aussi réussi que celui mené par le scénariste sur les romans de Souvestre et Allain.

Bref, ce deuxième tome de la Colère de Fantômas est magnifique, aussi inspiré que le premier, et je ne me demande plus qu’une chose à présent : comment Bocquet et Rocheleau vont-ils réussir à boucler leur histoire au terme du prochain et dernier volume ? Suspense, mais j’ai hâte de voir ça !

La Colère de Fantômas t.2 : tout l’or de Paris
Dessin : Julie Rocheleau / Scénario : Olivier Bocquet
Éditions Dargaud, 2014
ISBN 978-2-205-07172-6
51 p., 13,99€


La Colère de Fantômas t.1 : les bois de justice, de Bocquet & Rocheleau

Signé Bookfalo Kill

Août 1911. Seize ans après avoir fait parler de lui – et rencontré l’inspecteur Juve – pour la première fois, Fantômas est enfin arrêté et traduit en justice. Meurtrier, terroriste, anarchiste activiste, c’est le criminel le plus effroyable de France, et son sort ne fait aucun doute. Le fait qu’il assassine un témoin en plein procès accélère le processus : il est rapidement condamné à mort, et exécuté dans la foulée devant une foule nombreuse et soulagée.
Le lendemain soir, à l’occasion de la première d’une pièce en théâtre mettant en scène ses méfaits, Fantômas surgit pourtant sur scène, la tête solidement arrimé sur ses épaules et plus en colère que jamais…

Bocquet & Rocheleau - La Colère de Fantômas t.1 - Les bois de justiceVous pensez sûrement que Fantômas est un méchant guignol dissimulé derrière un masque bleu, poursuivi par un inspecteur Juve d’opérette, hystérique et maladroit. Ce n’est pas de votre faute, ce cliché provient bien sûr des trois films réalisés par André Hunebelle dans les années 60, avec Jean Marais et Louis de Funès. On est pourtant loin, très loin du personnage d’origine, terrifiant extrémiste sans autre limite que celles apparemment infinies de son imagination, créé en 1910 par Pierre Souvestre et Marcel Allain.

C’est à cette source, presque oubliée mais d’une richesse exceptionnelle, que le scénariste Olivier Bocquet est allé puiser. Voici donc un Fantômas cruel, sanguinaire, brillant et charismatique à sa terrible manière, qui ne cesse de porter la violence et la mort partout, aussi imprévisible et amoral que le Joker de Batman.
Face à lui, le placide inspecteur Juve et le journaliste Fandor font un peu pâle figure, en tout cas dans ce premier tome, où l’accent est porté sur le personnage-titre, histoire de redonner son vrai visage à un « héros » défiguré par sa dérive cinématographique.

Pour donner sa pleine mesure à ce Fantômas ressuscité (dans tous les sens du terme), Dargaud a associé à Bocquet la dessinatrice Julie Rocheleau, dont les partis pris graphiques très forts – atmosphère expressionniste, dominantes de rouge et d’orange, traits anguleux, ombres prédominantes – redonnent toute sa puissance horrifique au personnage. Fidèle à sa réputation d’insaisissable, le visage de Fantômas reste indistinct, et c’est souvent sous la forme d’une silhouette obscure, hérissée d’une arme quelconque (couteau ou revolver), que se montre l’assassin.

Si je dois faire un seul « reproche » à cet album, c’est d’être un premier tome, qui pose les bases d’une histoire prévue en trois parties. Même si les péripéties y sont déjà nombreuses, il ne se dégage pas encore l’impression d’une véritable intrigue, hormis celle d’un retour aux affaires spectaculaires de Fantômas. Etant donné la qualité de cette entrée en matière, on attend donc la suite avec impatience.

La Colère de Fantômas t.1 : les bois de justice
Dessin : Julie Rocheleau / Scénario : Olivier Bocquet
Éditions Dargaud, 2013
ISBN 978-2-205-07019-4
56 p., 13,99€