Articles tagués “43

À première vue : la rentrée Métailié 2021


Intérêt global :


Une rentrée Métailié est souvent une invitation au voyage, tant le catalogue de la maison est riche d’auteurs atypiques venus des quatre coins du monde ou presque.
Cette année, on vivra de Cuba à l’Islande, de l’Espagne à l’Allemagne, du monde d’hier à celui d’aujourd’hui – dans tout ce que la littérature a de plus vivant et de plus intemporel.


Poussière dans le vent, de Leonardo Padura
(traduit de l’espagnol (Cuba) par René Solis)

L’immense écrivain cubain, grande figure du catalogue Métailié, offre à ses nombreux admirateurs un roman choral de 600 pages, s’appuyant sur le parcours d’un groupe d’amis depuis la fin du lycée jusqu’aux aléas de la vie adulte, d’autant plus agités que l’Histoire s’en mêle – en particulier l’effondrement du bloc soviétique à l’orée des années 90, et la terrible crise frappant ensuite les pays communistes – dont Cuba, bien sûr.
Cuba, qui reste au coeur du livre, plus que jamais scrutée et racontée avec panache par le romancier, dans une ode flamboyante à l’amitié.
À coup sûr, l’un des grands romans de la rentrée littéraire étrangère.

La Bonne chance, de Rosa Montero
(traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse)

Un homme descend d’un train à l’improviste et vient se faire oublier dans un village minier à l’agonie. Ce qu’il fuit, quelqu’un, quelque chose, on verra.
En attendant, il prend sa place parmi les locaux, s’entiche de la bizarre et lumineuse Raluca, et ajoute ses secrets à ceux de tous les autres – car tout le monde, ici, a quelque chose à cacher.

Hôtel Berlin 43, de Vicki Baum
(traduit de l’anglais par Cécile Wajsbrot)

Déjà publié autrefois par Stock, Phébus et le Rocher, ce classique de l’Autrichienne Vicki Baum bénéficie d’une nouvelle traduction de l’anglais, langue dans laquelle l’auteure l’avait écrit initialement.
C’est l’occasion de retourner à Berlin en 1943, dans ce palace où se croisent diplomates, généraux et hommes d’affaires, tandis que les bombes s’abattent sur la capitale allemande. C’est aussi là que Lisa Dorn, comédienne appréciée de Hitler, rencontre un jeune opposant au régime, qui va lui ouvrir les yeux sur le nazisme et déchirer son cœur…

Troll, de Eiríkur Örn Norðdahl
(traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün)

Le troll du titre n’est pas la créature légendaire qui hante les contes venus du grand nord. Mais bien un troll dans sa définition actuelle : celui qui use et abuse de l’anonymat d’Internet pour raconter tout et son contraire, et y acquérir une renommée sulfureuse qui n’a jamais fini de faire parler.
Ce troll, c’est Hans Blær, né.e hermaphrodite et qui s’assume comme tel, dont les prises de position provoquent des débats sans fin dans tout le pays. Jusqu’au jour où iel dépasse les bornes et se retrouve la cible de tous…
J’aime bien le sujet de ce roman, mais après en avoir lu les premières pages, le style cru et extrêmement singulier de Norðdahl m’a laissé au bord de la route. Normal, le romancier islandais est réputé pour sa radicalité. À aborder donc avec précaution.


BILAN


Lectures potentielles :
Hôtel Berlin 43, de Vicki Baum
La Bonne chance, de Rosa Montero
Poussière dans le vent, de Leonardo Padura