Articles tagués “1985

J’irai tuer pour vous

bannièremasson


1985, Paris est frappé par des attentats comme le pays en a rarement connu.
Dans ce contexte, Marc Masson, un déserteur parti à l’aventure en Amérique du Sud, est soudain rattrapé par la France. Recruté par la DGSE, il est officiellement agent externe mais, officieusement, il va devenir assassin pour le compte de l’État.
Alors que tous les Services sont mobilisés sur le dossier libanais, les avancées les plus sensibles sont parfois entre les mains d’une seule personne… Jusqu’à quel point ces serviteurs, qui endossent seuls la face obscure de la raison d’État, sont-ils prêts à se dévouer ? Et jusqu’à quel point la République est-elle prête à les défendre ?


En un mot :
létal


Je vous ai laissé dernièrement sur la petite déception causée par Le Loup des Cordeliers, le dernier roman en date d’Henri Loevenbruck. Il me semble donc indispensable de rééquilibrer la balance en évoquant son livre précédent, J’irai tuer pour vous. Peut-être son meilleur à ce jour, pour moi ; en tout cas, c’est sûrement mon préféré du romancier.

loevenbruckSi je devais marquer la partition de J’irai tuer pour vous d’un léger bémol, ce serait en raison de son titre, qui peut paraître soit facile, soit voyeur, soit un peu putassier dans le genre Michel Bussi. À première vue en tout cas. Ce titre, pourtant, a le mérite de résumer parfaitement le propos du livre : c’est l’histoire d’un homme qui va apprendre à tuer pour nous. Oui, nous, le peuple de France. Nous, les citoyens aux vies ordinaires, loin des arcanes complexes de la politique, inconscients des enjeux monumentaux auxquels sont parfois confrontés les tenants du pouvoir, et surtout leurs serviteurs de l’ombre.

J’irai tuer pour vous, c’est donc l’histoire d’un de ces hommes d’action, bras armés de l’État qui ne sont tout simplement pas censés exister. C’est surtout une histoire vraie. Marc Masson a véritablement existé, et vécu cette vie invraisemblable que nous rapporte Henri Loevenbruck avec une empathie et une profondeur qui invitent à admirer cet homme, pour son courage, sa capacité à agir, mais également pour sa capacité à s’interroger sur le sens de sa mission, ou encore ses zones d’ombre et fêlures, nombreuses – il en faut pour accepter de vivre une existence pareille.

Si Loevenbruck rend aussi bien justice à Marc Masson (dont ce n’est évidemment pas le véritable nom), c’est qu’il l’a connu. Il fut l’un de ses amis, avant même de connaître ce pan caché de sa vie. C’est donc avec sincérité qu’il s’empare de son parcours, et avec un luxe de détails et d’informations qu’il nous propose de plonger dans les méandres des années 1985-88. Les otages français au Liban, la guerre, les attentats en France, les manœuvres politiques insensées, la cohabitation Mitterrand-Chirac : tout y est, et plus encore.

pasquachiracLes acteurs réels de l’époque y jouent leur propre rôle avec conviction. Les politiques redoublent de rouerie, n’oubliant jamais leurs propres intérêts – dans ce registre, Charles Pasqua est évidemment inimitable ; personnage romanesque dans la vie, il adopte avec naturel son habit de fiction sous la plume d’un Loevenbruck qui a dû
se régaler avec un tel caractère. Plus risqué, le romancier se glisse également au côté des otages : Jean-Paul Kauffmann, Marcel Carton, Marcel Fontaine, Michel Seurat, puis l’équipe d’Antenne 2 (Philippe Rochot, Jean-Louis Normandin, Georges Hansen et Aurel Cornéa). Avec dignité et empathie, il donne à voir leur quotidien, fait résonner leurs angoisses, leurs interrogations, leurs espoirs aussi. Sans jamais aucune fausse note.

On sent que son expérience a permis à Henri Loevenbruck de maîtriser à la perfection cette histoire complexe, et de s’y investir corps et âme. Formellement, J’irai tuer pour vous est un thriller implacable, enchaînement de chapitres courts qui varient les points de vue, passant de Marc Masson – colonne vertébrale du récit – à la sphère politique ou au cachot des otages avec une fluidité éblouissante. Surtout, le roman vibre de justesse, et joue d’une vaste gamme d’émotions en évitant les pièges du pathos, du jugement politique ou du manichéisme.

Grand polar politique et humain, qui brise les frontières du genre en s’emparant du monde dans toute sa complexité, J’irai tuer pour vous est l’un des thrillers français incontournables de ces dernières années. Il est paru en poche en fin d’année dernière : raison de plus pour ne pas le manquer.


Nombreux ont été ceux qui ont dit tout le bien qu’ils pensaient de ce roman formidable ! En vrac : Émotions – Blog Littéraire de l’ami Yvan, Livres à profusion, Mon féérique blog littéraire de Stelphique, Un bouquin sinon rien


Hero Corp t.1 : Les Origines, de Simon Astier, Marco Failla & Olivier Héban

Signé Bookfalo Kill

Bon, les amis, cette fois, j’aime autant vous prévenir que c’est le fan qui va s’exprimer. De toute façon, la situation est assez simple : soit vous connaissez déjà Hero Corp, vous faites partie des irréductibles qui défendez avec acharnement le droit à l’existence de cette série, et vous êtes déjà prêt à être convaincu ; soit vous en avez entendu parler, ça vous titille depuis un moment de vous y intéresser, et alors vous n’avez plus qu’à plonger ; soit vous en ignorez tout, et alors il serait temps de s’y mettre.

Astier & Failla - Hero Corp t.1 - Les originesPour résumer à l’intention de tous, Hero Corp est à l’origine une série télé conçue, réalisée et interprétée par Simon Astier, connu auparavant pour son rôle d’Yvain dans Kaamelott, la série de son grand demi-frère Alexandre. On y découvre l’existence de super-héros, qui vivent reclus dans différents coins du monde – dont un village perdu en France, où se déroule la première saison -, d’autant plus soucieux de leur confidentialité que leurs pouvoirs se sont singulièrement émoussés. Le retour de The Lord, l’un de leurs plus féroces ennemis, pousse les anciens à faire appel à John, un jeune homme qui ignore tout d’eux, et encore plus qu’il est lui-même, potentiellement, un super-héros – et pas n’importe lequel : le plus important peut-être de tous…
Sur un mode comique, limite parodique, servi par des vannes et des dialogues hilarants qui portent le sceau Astier (apparemment c’est un don génétique de leur famille), Simon raconte l’apprentissage de John et le retour des forces du mal, avec une évolution remarquable en terme de rythme, d’action et d’efficacité entre une première saison cheap mais rigolote, et une deuxième beaucoup plus léchée, drôle et spectaculaire.

Je ne vais pas m’éterniser sur l’histoire de la série télé, arrêtée au bout de deux saisons puis enfin reconduite cette année (le tournage vient de débuter), grâce au soutien inconditionnel des fans. Ce n’est pas le sujet et tout est sur le Net. Parlons plutôt de la B.D. qui vient de sortir, et qui montre une autre facette du talent de Simon Astier, ici scénariste, ainsi que la manière étendue dont il maîtrise son univers.
Il nous ramène en 1985, quand les super-héros agissent encore au grand jour et protègent le monde. Une position fragilisée par l’arrestation de Captain Québec, l’un des meilleurs d’entre eux, pour corruption et abus de pouvoirs, et aussi par le chaos semé dans Montréal par Ethan Grant, un ancien super-héros qui a basculé du côté obscur. Sans compter la montée, dans l’ombre, d’un mal ancien et terrifiant, qui s’intéresse beaucoup à un enfant qui vient de naître : un certain John…
Pour lutter contre la contestation et tenter de se défendre, Neil Mac Kormack propose la création d’une agence d’Etat : Hero Corp…

Quand Simon Astier a annoncé sa volonté de raconter les origines d’Hero Corp sous forme de comics, j’ai eu très peur de voir ce que ça allait donner, je l’avoue. Je craignais un résultat à la française, soit « je copie les Américains mais sans le savoir-faire ni le talent et du coup c’est tout nul ». Alors, certes, je ne suis pas un spécialiste des comics, mais pour moi, Astier a réussi son coup.
Avec Marco Failla au dessin et Olivier Héban à la colorisation, il nous offre un nouvel objet hybride, tout à fait dans son style, qui respecte les codes des comics en terme de traits, de couleurs et de mise en page (disposition irrégulière des cases, petites cases intégrées à des grandes planches, etc.) Et en même temps, loin de se prendre au sérieux, Simon Astier a su garder le ton Hero Corp d’origine, mélange de bonnes vannes – cf. le prologue, très marrant -, de personnages foutraques et d’héroïsme.

Comment le tout fonctionne, cela reste un mystère. Mais ce qui est sûr, c’est que Simon Astier est largement au niveau de l’attente des fans. En ce qui me concerne, je l’espérais mais n’imaginais pas me régaler autant. On apprend plein de choses qui éclairent la série (ce qui est arrivé à Théodore, comment Neil Mac Kormack est devenu directeur de l’Agence), tout en préservant encore beaucoup de zones d’ombre, et pour la suite du comics et pour celle de la série.
Mieux, ce premier tome de la B.D. est, je pense, une excellente porte d’entrée à l’univers Hero Corp pour qui ne connaît rien de la série. Tout en semant des références et des clins d’œil (l’apparition de Doug… qwwwouik !!!) qui réjouiront les connaisseurs, Astier raconte une histoire qui existe à part entière et peut embarquer un néophyte dans son univers.

Bref, c’est du bon, du très bon, à lire et à relire en attendant la diffusion de la saison 3 !

Hero Corp t.1 : Les Origines
Scénario : Simon Astier / Dessin : Marco Failla / Couleurs : Olivier Héban
Illustration de couverture : Olivier Péru
Éditions Soleil, collection French Comics, 2013
ISBN 978-2-302-02346-8
95 p., 17,95€

Vous voulez en savoir plus sur l’univers Hero Corp ? Allez voir par ici : http://www.herocorpfrance.com