Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Les loups à leur porte, de Jérémy Fel

Signé Bookfalo Kill

Une maison qui brûle au fin fond de l’Arkansas. Un jeune homme qui kidnappe un enfant pour lui sauver la vie. Une femme fuyant à travers le temps et les Etats-Unis l’ombre effroyable du père de son fils, psychopathe de la pire espèce. Les vibrations maléfiques d’un manoir nommé Manderley dans la région d’Annecy. Un jeune garçon effacé qui découvre le mal et y prend goût. Un mari dévoré par la jalousie et qui commet l’irréparable.
Ils sont tous là, et d’autres encore, tissant de leurs histoires la toile d’une seule et même histoire, celle du mal qui rôde et hante notre monde…

les loups a leurs portes.inddSi Stephen King était mort (heureusement ce n’est pas le cas), on dirait qu’il s’est réincarné et qu’il est français. Clairement, l’ombre du Maître de l’horreur américain plane sur ce premier roman impressionnant, signé par un jeune auteur hexagonal qui n’a vraiment pas froid aux yeux. On pourrait du reste citer d’autres références : Laura Kasischke ou Joyce Carol Oates côté roman, David Lynch ou M. Night Shyamalan (bonne période) côté cinéma. Entre autres. Sans nul doute, Jérémy Fel s’en est nourri et les a intégrés à son bagage culturel. Le résultat, son livre, n’en est pas pour autant une pâle copie de ces créations, mais bien SON œuvre, dense, sombre et implacable.

Dès les premières pages, un long frisson nous vrille la nuque. Il suffit de quelques images faussement idylliques et d’un art de la suggestion magistral. Nous sommes en présence du mal, qui s’accrochera au livre jusqu’à ses dernières pages sans jamais lâcher prise. Le mal est LE personnage principal du roman. Les loups à leur porte, quel plus beau titre pouvait choisir Jérémy Fel pour évoquer cette idée que le mal est là, partout, en embuscade, prêt à frapper n’importe qui, n’importe quand, y compris (surtout) les gens normaux et sans histoire ? Les loups à leur porte, c’est la menace constante de tout voir s’écrouler, la sensation qu’un vide abyssal s’ouvre derrière la première porte venue.

Pour fragiliser son lecteur et ne lui laisser aucun répit, Jérémy Fel s’appuie sur une construction brillante. Son roman est un kaléidoscope d’histoires apparemment sans lien, qui multiplient personnages et lieux, des États-Unis à la France en passant par l’Angleterre, pour mieux renouveler à chaque chapitre la jubilatoire entreprise de déstabilisation du spectateur – je dis à dessein « spectateur », car il y a aussi quelque chose d’éminemment visuel dans le style direct et puissant de l’auteur, qui nous flanque à la figure images inoubliables et sensations fortes sans se soucier de nous laisser respirer.

Clairement, Les loups à leur porte n’est pas tout public. La violence s’y exerce souvent, avec un raffinement de cruauté, et Fel explore le mal sous toutes ses facettes, des plus brutales aux plus sournoises. Il ne recule devant rien et c’est ce qui fait la force inoubliable de ce premier roman plus que prometteur, l’un des vrais chocs de cette rentrée. Tu es prévenu, ami lecteur. Toi qui entres ici, abandonne toute espérance. (Ou presque.)

Les loups à leur porte, de Jérémy Fel
Éditions Rivages, 2015
ISBN 978-2-7436-3324-0
434 p., 20€

Publicités

9 Réponses

  1. Pour un publique averti, donc.

    18 septembre 2015 à 15:18

    • Clairement, oui. Mais pas plus que des lecteurs de Stephen King, qui sont quand même légion.

      19 septembre 2015 à 08:52

  2. Il est sur la ligne de départ pour après… je veux le lire ! ;)

    19 septembre 2015 à 16:08

    • Il pourrait bien te plaire, celui-là, en effet ;-)
      (Surtout que tu es dans une période Stephen King, tu ne seras pas dépaysée !!!)

      21 septembre 2015 à 08:11

      • Rhââââ^! après le chien enragé les loups fous ??

        Au fait, tu connais le cri du loup ? Non ? Il koume… oui, le loup koume… PTDR

        21 septembre 2015 à 15:01

      • Oh là là, j’ai failli oublier de valider ce superbe commentaire !
        Bon, j’imagine que tu es sortie depuis longtemps après ce coup d’éclat, mais ce n’est pas grave, on le garde quand même :p

        24 septembre 2015 à 08:54

      • Pas de soucis, je suis de nouveau rentrée car j’ai les loups à ma porte aussi !! Le toutou, l’ancêtre du toutou… bigre !

        24 septembre 2015 à 14:41

  3. Je dois être trop vieux pour ce genre de catalogue de monstruosités.Je ferai le même reproche qu’à Jax Miller, too much…Et puis ici ,surtout,un roman qui m’a paru être un ensemble de nouvelles reliées entre elles pour en faire un roman,plus dans les goûts du public français.Ceci dit,certains passages sont magnifiques mais beaucoup trop rares.Et la qualité d’écriture est,disons,très moyenne.Très surpris par l’engouement quasi général pour ce roman.

    29 septembre 2015 à 08:30

    • Pour ceux qui veulent découvrir ton avis encore plus complet, et avoir donc une opinion effectivement différente de la mienne – mais parfaitement étayée, et avec laquelle je suis parfois d’accord (notamment sur l’écriture, qui demandera d’être affinée à l’avenir), c’est par ici : http://www.unwalkers.com/les-loups-a-leur-porte-de-jeremy-fel-chez-rivages/

      Pour ma part, ce livre m’a surpris par sa puissance et son énergie à plonger dans les tréfonds du mal. Je n’en lirai pas deux comme celui-ci à la suite, mais oui, je l’avoue, il m’a bluffé et séduit.
      J’attends la suite de Jérémy Fel avec beaucoup de curiosité, en sachant que je ne serai pas prêt à lire une deuxième fois le même genre de roman…

      3 octobre 2015 à 07:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s