Archives de 6 juillet 2021

À première vue : la rentrée Autrement 2021


Intérêt global :


Habituées aux rentrées littéraires sélectives, les éditions Autrement proposent cette année deux titres, dont un français (ce qui est assez rare) et l’autre africain – notons qu’Autrement réserve depuis des années une large place aux voix littéraires noires, avec Ta-Nehisi Coates ou Brit Bennett par exemple.
Il s’agit de deux premiers romans, dont les sujets ambitieux s’emparent soit de l’Histoire, soit de la violence du monde aujourd’hui.


Avant que le monde ne se ferme, d’Alain Mascaro
Né dans la steppe kirghize après la Première Guerre mondiale, Anton Torvath, un Tsigane, grandit au sein d’un cirque et se fait dresseur de chevaux. Il traverse la première moitié du XXe siècle, devenant à la fois témoin du génocide de son peuple et mémoire de sa sagesse.

Black Sunday, de Tola Rotimi Abraham
(traduit de l’anglais (Nigeria) par Karine Lalechère)

Du jour au lendemain, les jumelles Bibike et Ariyike et leurs frères Peter et Andrew tombent dans la pauvreté. Abandonnés par leurs parents, ils se réfugient chez leur grand-mère à Lagos. C’est là que les jumelles découvrent la difficulté de survivre dans une société gangrenée par la corruption et les violences envers les femmes.


À première vue : la rentrée Agullo 2021


Intérêt global :


Agullo a cinq ans !
L’occasion de mettre en lumière et de soutenir plus que jamais cette maison aussi sérieuse qu’aventureuse, grande exploratrice des littératures des pays de l’est (ils nous ainsi offert au premier trimestre la première traduction d’un polar croate, L’Eau rouge) et découvreuse de talents puissants en littérature policière. Dont l’un de leurs plus éminents représentants revient justement en septembre cette année, et on l’attend avec impatience (c’est peu de le dire !)


La Nuit tombée sur nos âmes, de Frédéric Paulin

Sa trilogie Benlazar (La Guerre est une ruse, Prémices de la chute et La Fabrique de la terreur) a marqué les esprits, autant par la force implacable de sa narration que par la pertinence de sa réflexion sur les dérives extrémistes entre la fin du XXème siècle et le début du XXIème.
Le regard acéré de Frédéric Paulin se braque cette fois sur Gênes, en juin 2001, à l’occasion d’une réunion du G8 marquée par de terribles répressions policières contre les nombreux manifestants altermondialistes venus défendre une autre vision du monde.
Grosse promesse, énorme attente, l’un des rendez-vous incontournables de la rentrée pour moi.
(Et le titre est superbe.)

Le Saut d’Aaron, de Magdaléna Platzová
(traduit du tchèque par Barbora Faure)

Une équipe de tournage du XXIème siècle s’intéresse au destin de Berta Altmann, une artiste indépendante de l’entre-deux-guerres qui cherche sa voie de Vienne à Berlin en passant par Prague.
Un roman inspiré par Friedl Dicker-Brandeis, qui a enseigné l’art aux enfants dans le camp de Terezin avant de mourir à Auschwitz.


BILAN


Encore deux titres de la maison qui m’intéressent fortement… Ils sont forts chez Agullo !

Lecture certaine :
La Nuit tombée sur nos âmes, de Frédéric Paulin

Lecture probable :
Le Saut d’Aaron, de Magdaléna Platzová