Archives de 8 juillet 2020

À première vue : la rentrée Fayard 2020

fayard logo2


Intérêt global :

perplexe


En règle générale, je l’avoue très honnêtement, les propositions en littérature des éditions Fayard ne m’attirent guère. Ce qui explique que cet éditeur réputé n’est jamais apparu dans la rubrique « à première vue », en dépit du fait qu’il compte dans ses rangs quelques habitués de l’événement, qui tirent parfois plus ou moins leur épingle du jeu.
Puisque l’idée est de couvrir le plus de terrain possible cette année, il est temps de réparer ce tort, et de vous laisser juge s’il peut se cacher une pépite parmi les quatre titres proposés par Fayard en cette rentrée 2020.


Dorothée Janin - L'Île de JacobL’Île de Jacob, de Dorothée Janin

Un roman où se télescopent et se répondent les tourments intimes de l’adolescence et ceux, globaux, du monde moderne.
Sur une île au large de l’Australie dont le destin, entre crise écologique et crise migratoire, semble anticiper en accéléré celui de la planète toute entière, un garçon se trouve aux prises avec les émois et les découvertes de l’adolescence, cette période où là aussi tout s’accélère. Faut-il se protéger au risque de la solitude, ou faut-il s’exposer au risque de la catastrophe ?

Thierry Beinstingel - YougoslaveYougoslave, de Thierry Beinstingel

Voici l’un des grands fidèles de la rentrée littéraire sous bannière Fayard. Beinstingel se lance cette fois dans une vaste chronique familiale et historique sur six générations, de la mort de Mozart à Vienne en 1791 à nos jours. Avec l’ambition, sous l’éclat cru des grands moments de l’Histoire, de mettre en valeur les vies de tous ceux qui les ont vécus en anonymes. C’est aussi un roman de la Mitteleuropa, cœur de tant d’événements qui ont changé le destin du monde.

Juliette Adam - Tout va me manquerTout va me manquer, de Juliette Adam

Premier roman d’une demoiselle de 18 ans – espérons que l’argument de la précocité n’est pas le seul à justifier cette entrée en littérature. (Oui, désolé, ce n’est pas très gentil, mais il y a eu des précédents alors je me méfie.)
Petite ville ennuyeuse, travail sans intérêt, quotidien rasoir : Étienne s’ensuit. Sa rencontre percutante avec l’explosive Chloé – elle le frappe pendant un carnaval à la suite d’un malentendu – va évidemment tout changer. À force de se croiser sans cesse, et en dépit de leurs différences flagrantes, peut-être vont-ils trouver le moyen de faire un bout de chemin ensemble…

Eloise Lièvre - Notre dernière sauvagerieNotre dernière sauvagerie, d’Éloïse Lièvre

Auteure de plusieurs romans, Éloïse Lièvre propose cette fois un récit personnel. Après s’être séparée du père de ses enfants, elle a en effet décidé de prendre en photo les gens qui lisent dans le métro. Ce qui l’amène à une réflexion sur la place des livres dans nos vies, et sur le geste politique que représente la lecture.

Ottessa Moshfegh - Nostalgie d'un autre mondeNostalgie d’un autre monde, d’Ottessa Moshfegh
(traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude)

Un recueil de nouvelles mettant en scène des personnages qui sont tous à un mauvais moment de leur vie, par une jeune auteure américaine.


BILAN


Une petite curiosité pour L’Île de Jacob, mais sinon, je crains que ne ce soit pas encore cette année qu’une rentrée littéraire Fayard attire mon attention…


À première vue : la rentrée Finitude 2020

logo-finitude


Intérêt global :

sourire léger


Propulsées sur le devant de la devant de la scène pour avoir eu la sublime inspiration de sortir En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut, les éditions Finitude, basées à Bordeaux, n’ont pas pour habitude de publier à tort et à travers. Pour cette rentrée 2020, on les retrouve donc avec un seul livre, et c’est très bien ainsi. Surtout que ce titre étonnant, à première vue, honore la ligne poétique et décalée qui fait leur singularité.


Victor Pouchet - Autoportrait en chevreuilAutoportrait en chevreuil, de Victor Pouchet

Son premier roman, Pourquoi les oiseaux meurent, remonte à 2017, et fut très bien accueilli par la presse. Victor Pouchet reste dans la veine animalière avec un bien intriguant chevreuil.
Ce deuxième roman pour les adultes (Pouchet est aussi publié à l’École des Loisirs) est habité par Avril, qui aime Elias autant qu’elle se fait du souci pour lui, si craintif, si étrange… Elias, qui ploye sous le poids d’une enfance compliquée, lorsqu’il était le « fils du fou », ce père délirant qui prétendait posséder des pouvoirs de médium ou de magnétiseur, et tyrannisait sa famille.
Alors, pourquoi pas espérer se sauver grâce à l’amour d’Avril ?


À première vue : la rentrée Delcourt 2020

logo delcourt


Intérêt global :

neutrre


On connaît bien sûr les éditions Delcourt pour leur monumental catalogue de bandes dessinées. Néanmoins, depuis deux ans, la maison s’est lancée en littérature, avec sérieux et diversité, en privilégiant pour le moment la littérature étrangère. Mais sans encore imposer sa patte ni sa présence de manière indiscutable au milieu d’une concurrence sévère.
Pour cette rentrée 2020, la maison pilotée par Emmanuelle Heurtebize propose deux titres, un en août et un en septembre.


William Melvin Kelley - Jazz à l'âmeJazz à l’âme, de William Kelvin Kelley
(traduit de l’anglais (États-Unis) par Eric Moreau)

Dans le Sud des États-Unis, Ludlow Washington, né aveugle, vit une enfance chaotique et solitaire. Doté d’un talent indéniable, il est accueilli à bras ouverts dans le monde du jazz où Bud Rodney le prend sous son aile. Lassé de jouer le même répertoire, Ludlow s’installe à New York et crée un nouveau style d’avant-garde. Les démons de son enfance ne tardent pas à le rattraper.
Delcourt poursuit la réédition des livres de William Kelvin Kelley, romancier noir américain décédé en 2017 et dont l’œuvre, saluée à sa parution dans les années 60, a ensuite été largement oubliée.

Yu An - Porc braiséPorc braisé, de An Yu
(traduit de l’anglais (Chine) par Carine Chichereau)

À Pékin, Jia Jia retrouve le corps sans vie de son mari dans leur appartement luxueux. Ce dernier a laissé pour elle le mystérieux dessin d’un homme-poisson sur le lavabo. Perdue, elle déambule dans la ville où elle finit par se lier à Leo, un barman qui lui redonne foi en l’amour. À la recherche de sa vérité, elle entreprend un voyage vers le Tibet.
Première traduction de cette jeune auteure chinoise, dont c’est du reste le premier roman.