Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Archives de 19 juillet 2018

A première vue : la rentrée Minuit 2018

Ah, si tous les éditeurs pouvaient nous offrir le même cadeau que les éditions de Minuit cette année : un seul titre à paraître pour la rentrée !!! Ce serait beau, ce serait risqué, ce serait épique, ce serait… bon, oui, ce serait peut-être moins intéressant, surtout qu’on aurait moins l’occasion de râler – et c’est aussi ce qui fait le charme d’une rentrée littéraire.
En vérité, il aurait pu ne pas y avoir de rentrée Minuit du tout cette année. Il s’en est fallu d’un texte, un premier roman surgi de nulle part. Et dont on cause déjà pas mal chez les libraires qui ont pu mettre le nez dedans. Bon signe ?

Delabroy-Allard - Ca raconte SarahCAR TOUT CHANGE ET TOUT PASSE… : Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard
(Présentation de l’éditeur) Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine. Ça raconte Sarah, de symbole : S.


On lira sûrement :
Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard


 

Publicités