Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût (Vauvenargues)

Archives de 1 juillet 2018

A première vue VI : le retour de la rentrée littéraire !

SienneHé oui, mine de rien, c’est déjà la sixième année que nous lançons cette rubrique devenue rituelle chaque été : à première vue ! Six ans que nous scannons rapidement, de plus en plus largement, avec ce qu’il faut d’a priori et parfois de mauvaise foi assumée, la déferlante de la rentrée littéraire.

N’ayant pas forcément le goût de me paraphraser, je cite paresseusement ce que j’avais écrit l’année dernière en préambule, histoire de bien vous remettre en mémoire le principe de ce petit jeu sympathique :

« A première vue » est une présentation partielle et totalement subjective de la prochaine rentrée littéraire. Partielle parce qu’il est impossible de tout évoquer, subjective parce que nous n’avons pas encore lu grand-chose des livres à paraître à partir de la mi-août.

Sauf contre-indication, c’est donc sur la seule foi des résumés, présentations des rentrées par les éditeurs et réputations des auteurs en présence que nous fondons ces textes, qui ne constituent en rien des critiques constructives ni des avis définitifs. Alors, si nous nous permettons parfois quelques coups de griffe ou plaisanteries de plus ou moins mauvais goût, n’oubliez jamais qu’il s’agit d’un exercice où la mauvaise foi et les a priori ont entièrement droit de cité. Libre à vous de ne pas être d’accord, et à nous de nous tromper – quitte à le reconnaître plus tard, après lecture (ou pas).

(L’intégralité de l’article en question est à (re)lire ici : https://cannibaleslecteurs.com/2017/06/30/a-premiere-vue-le-retour-des-cannibales/)

Si je prends soin de faire ce rappel, c’est pour tenter d’éviter toute incompréhension et/ou éructation de lecteurs restés un poil trop au premier degré… et pour m’épargner à l’avance de longues explications inutiles. Tout commentateur prenant la peine de me reprocher une remarque lui semblant déplacée se verra renvoyé ici, et basta !

Par ailleurs, que dire déjà de ce cru 2018 dont j’ai à peine débuté l’exploration et les lectures ? Pour l’instant, pas grand-chose d’enthousiasmant. Ah, si, un premier point positif : le chiffre de la rentrée baisse encore ! Nous ne verrons donc débarquer « que » 567 romans à partir du 16 août prochain… Cela dit, les gros éditeurs produisent toujours trop, certains pour proposer un programme sans intérêt aucun (à première vue toujours, j’insiste !!! Mais la rentrée Grasset, par exemple, je peux déjà vous dire…), tandis que les petits et moyens s’efforcent de viser plus juste, restreignant souvent leurs parutions à deux ou trois titres.
Il faudra donc à nouveau chercher les pépites dans les flaques de boue, tâtonner, essayer, tendre l’oreille pour capter les bruissements positifs, les rumeurs aguichantes… Le boulot le plus intéressant qui soit, en fin de compte, dans une rentrée littéraire : dénicher le beau, le rare, l’excitant, ce qui se cache derrière le cirque médiatique projetant en pleine lumière des auteurs plus ou moins dispensables.

Quoi qu’il en soit, de tout cela, nous reparlerons plus en détail dès la fin août ! En attendant, dès demain, sortez vos petits carnets d’envie, le déballage commence sur Cannibales Lecteurs…
Et on termine en images, avec un aperçu non exhaustif des titres que nous attendons le plus, ou que nous avons déjà lus et aimés :

Publicités