Archives de 27 août 2011

Le héron de Guernica d’Antoine Choplin

Je viens de terminer de lire ce court roman qui m’a pris deux heures. Et j’ai fait une chose que je ne fais jamais. Pardon, ô Dieux des livres. Je suis allée voir ce que disent les collègues blogueurs sur Le héron de Guernica. Pas bien. Attention lecteur, pas pour pomper honteusement ce qu’ils ont si patiemment écrit. Non. Pour savoir s’il y a vraiment des gens qui ont bien aimé ce livre. Pour de vrai.

Le livre raconte l’histoire de Basilio, jeune peintre amateur guerniqué (ou guernikar), pendant la Guerre d’Espagne. Le père Eusebio l’a encouragé à se rendre à Paris, afin de rencontrer Picasso et éventuellement lui présenter ses oeuvres. Mais… comment Picasso a-t-il pu peindre l’horreur du bombardement alors qu’il n’était pas là? 

Le roman commence et se termine au même endroit et a pour corps principal cette terrible journée du 26 avril 1937. La journée ensoleillée, les soldats présents un peu partout mais dont la population s’accommode tant bien que mal. Et puis… 16h30 arrive. Et en moins de trois heures, la ville est en flammes.  

L’idée est bonne, mais mon problème vient de l’écriture d’Antoine Choplin, qui m’a profondément ennuyée. Je n’ai jamais vu autant de virgules en une seule phrase. De plus, moi qui aime les dialogues assez marqués, j’avais l’impression de lire un synopsis griffonné d’un film à venir. Les personnages m’ont paru ternes, sans relief, comme dans une peinture de Philippe de Champaigne. Je n’ai pas du tout accroché à cette écriture. Le texte ne m’a pas émue. Les personnages non plus. Le seul passage que j’ai apprécié (parce qu’il y en a un, quand même, qui dure deux pages), c’est le moment où Basilio « entre » dans son tableau. Les lecteurs de ce livre me comprendront.

Voici un extrait pour vous faire votre propre opinion de l’écriture et du style de l’auteur.

p.84

T’as vu ça, fait Basilio, le regard toujours tendu vers la trouée par laquelle s’est envolé le héron.
Hein, t’as vu ça, il répète et cette fois, il se retourne vers Rafael et voit son air maussade.
Tu me fais marrer, grogne Rafael.
Pourquoi?
Et tu me demandes pourquoi. Alors celle-là.
Il force un éclat de rire.
T’as l’aviation allemande qui nous passe à ras la casquette et qui balance des bombes sur nos maisons et tu voudrais qu’on s’émerveille devant un héron qui s’envole.
Basilio, bouche bée.
T’es vraiment dingue, continue Rafael.
Basilio, silencieux, le regard fixe.
A nouveau, le battement rapide et continue des cloches de Santa Maria.
Merde, fait Rafael.
Ca fait peur, dit Basilio. Ca me fait un drôle de truc aux cheveux.

Et sinon, on en parle en bien dans ces blogs: la lettre du libraire, les livres d’Agathe, Kezakooslo

Le héron de Guernica d’Antoine Choplin
éditions du Rouergue, Août 2011
ISBN 978-2-812-602-481
159 p., 16€

Un article de Clarice Darling.


Terezin Plage de Morten Brask

Je suis un peu une monomaniaque du sujet. La Seconde Guerre Mondiale me hante littéralement. Je me demande toujours comment des « êtres humains » ont pu en arriver à produire une atrocité pareille. La Shoah.

C’est aussi ce que se demande Daniel Faigel, le protagoniste du livre. Daniel, même s’il est déporté, vraisemblablement en 1943, a de la chance. Il est médecin. Il est Danois. Et surtout, il va être déporté à Theresienstadt. Explications.

Theresienstadt était un camp de concentration, autrefois situé en République Tchèque, qui servait de propagande pour le IIIè Reich. En gros, les Allemands entassaient là les prisonniers juifs qui pouvaient poser des problèmes (des personnalités connues dont on s’apercevrait de leur disparition et beaucoup de ressortissants danois. Car le gouvernement danois fut le seul pendant la guerre à se préoccuper de ses compatriotes. Les Allemands souhaitant garder de bonnes relations avec ce pays limitrophe, ils se sont donc engagés à « bien traiter » les Danois.) et avaient fait de cette ville une colonie juive « modèle ». Un journal était publié, les enfants scolarisés, les films de propagande hitlérienne étaient tournés là-bas, pour démontrer la bonté du Führer envers les Juifs, des clubs sportifs s’étaient développés, bref, une vitrine du nazisme.

Daniel est donc presque assuré, s’il survit à la faim, au froid, au typhus, à la scarlatine et autres maladies, de sortir un jour de ce ghetto. Il est médecin, et travaille à Hohen Elbe, l’hôpital du camp. Il soigne, aide, prévient, nourrit, guérit parfois, aide à mourir, travaille sans relâche. Pour oublier ce qui lui est arrivé dans sa jeunesse. Pour oublier sa condition. Pour oublier la maladie de Ludmilla, chère à son coeur, rencontrée dans le ghetto.

Terezin Plage se lit vite et est formidablement bien documenté. J’ai tout vérifié. Les noms des gens, les correspondances des dates. Morten Brask n’a pas fait le travail à moitié. Son premier roman est une oeuvre délicate sur une période sombre. Tout est dit, sans retenue, mais avec beaucoup de finesse dans les mots. Presque une oeuvre poétique sur l’horreur des camps. C’est froid comme les dortoirs de Theresienstadt, mais on ne peut s’empêcher de s’attacher à Daniel. Parce qu’en lisant ses aventures, on le fait vivre avec nous, un peu plus longtemps. Un très beau roman.

 

Terezin Plage de Morten Brask
Presses de la Cité, Août 2011
ISBN 978 2 258 085 190,
330 pages, 20€

Un article de Clarice Darling.